» GANGLION LYMPHATIQUE Lymphome sur auto-immunité

Lymphome sur auto-immunité


Le syndrome lymphoprolifératif Auto-immun (5-7) Am J Pathol 1998 ;153:1541, OMIM 601859 (ou ALPS ou syndrome de Canale-Smith) est une entité exceptionnelle liée à des déficits de l’apoptose cellulaire (d’où accumulation de lymphocytes activés dans les organes lymphoïdes, surtout T, de phénotype anormal, CD 4 et 8 -). Il en existe une variante
Ce syndrome du nourrisson ou jeune enfant comporte :
- un syndrome lymphoprolifératif avec adénopathies parfois volumineuses (> 5cm), profonde et superficielle, splénomégalie, hépatomégalie dans la moitié des cas, hyperlymphocytose inconstante mais comportant une sous-population particulière de lymphocytes T avec réarrangement des gènes des chaïnes a et b sans expression de CD4 ou CD8, représentant de 1 à 70% des lymphocytes sanguins. Auto-immunité avec anémie hémolytique, thrombopénie ;
- des manifestations auto-immunes constituées essentiellement par un purpura thrombopénique auto-immun parfois sévère, une anémie hémolytique auto-immune, thrombopénie et leucopénie auto-immuns ou d’autres manifestations : vascularite cutanée, glomérulonéphrite, uvéite, polyradiculonévrite et une hypergammaglobulinémie polyclonale prédominant sur les IgG et les IgA.
Histologie : expansion paracorticale marquée avec des immunoblastes pouvant former des amas avec hyperplasie folliculaire floride et centres germinatifs en transformation progressive et plasmocytose polyclonale,TIA1 +, CD 57+ (8), dans 40% histiocytose sinusale massive (AJSP 2005 ;29:903), possibilité de cellules géantes multinucléées de type Warthin-Finkeldey ou Sternberg-Reed. Images :#1, HE, IHC, rate, #5
La prolifération lymphoïde non maligne s’accompagne de lymphocytes T défectifs, CD4 -, CD 8-, CD20 -, CD 56 -, CD 30 -, myéloperoxydase -, CMV -, EBV -.
Possibilité d’histiocytose sinusale massive, voire d’une réaction granulomateuse sarcoïdosique (9).
Ces enfants ont une mutation du gène Fas ligand (10), l’une des principales voies de signalisation de l’apoptose, plus rarement de la caspase 10.
Les mutations décrites aboutissent à une absence d’expression de Fas à la surface cellulaire. Les manifestations observées (lymphoprolifération + auto-immunité) témoignent du rôle physiologique de Fas dans l’homéostasie lymphocytaire.
D’autres mutations, constitutionnelles ou acquises, de protéines de la voie de l’apoptose ont été décrites
- mutation du gène de la caspase 10, responsable d’un tableau clinique similaire (11) ;
- mutation du gène du FasL (TNFR5F6), responsable d’un tableau proche d’un lupus érythémateux disséminé avec lymphoprolifération (12).
D’autres anomalies acquises, peut-être en rapport avec certains virus comme le virus herpès HHV8, pouvant induire une lymphoprolifération pourraient être prochainement décrites.(6)
 
 (5) O'Malley DP, George TI, Orazi A, Abbondanzo SL. Benign and reactive conditions of lymph node and spleen. 1st ed. American registry of pathology, 2009.
 
(6) Sneller MC, Wang J, Dale JK, Strober W, Middelton LA, Choi Y et al. Clincial, immunologic, and genetic features of an autoimmune lymphoproliferative syndrome associated with abnormal lymphocyte apoptosis. Blood 1997 ; 89(4):1341-1348.

(7) Rieux-Laucat F, Blachere S, Danielan S, De Villartay JP, Oleastro M, Solary E et al. Lymphoproliferative syndrome with autoimmunity : A possible genetic basis for dominant expression of the clinical manifestations. Blood 1999 ; 94(8):2575-2582.
(8) Swerdlow SH. Genetic and molecular genetic studies in the diagnosis of atypical lymphoid hyperplasias versus lymphoma. Hum Pathol 2003 ; 34(4):346-351.
(9) Mullauer L, Emhofer J, Wohlfart S, Pichlhofer B, Stary S, Ebetsberger G et al. Autoimmune lymphoproliferative syndrome (ALPS) caused by Fas (CD95) mutation mimicking sarcoidosis. Am J Surg Pathol 2008 ; 32(2):329-334.
(10) Rieux-Laucat F, Le Deist F, Hivroz C, Roberts IA, Debatin KM, Fischer A et al. Mutations in Fas associated with human lymphoproliferative syndrome and autoimmunity. Science 1995 ; 268(5215):1347-1349.
(11) Wang J, Zheng L, Lobito A, Chan FK, Dale J, Sneller M et al. Inherited human Caspase 10 mutations underlie defective lymphocyte and dendritic cell apoptosis in autoimmune lymphoproliferative syndrome type II. Cell 1999 ; 98(1):47-58.
(12) Wu J, Wilson J, He J, Xiang L, Schur PH, Mountz JD. Fas ligand mutation in a patient with systemic lupus erythematosus and lymphoproliferative disease. J Clin Invest 1996 ; 98(5):1107-1113.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.