» Moelle hématopoïétique Aplasie

Aplasie


L’Aplasie médullaire (2) :
L'aplasie correspond à une insuffisance médullaire profonde avec pancytopénie périphérique, la BOM élimine d'autres infections telles que des métastases, leucémies ou myélofibrose. Images : #1 ; #2 ; #4 ; post-chimio #1 ; #2 (infiltrat plasmocytaire) ; #3 ; #4
Il existe de nombreuses étiologies
Les agents myélotoxiques : ont 1 effet constant proportionnel à la dose et durée d'exposition.
Les radiations ionisantes (RX, isotopes, explosions nucléaires), parfois après délai très long.
(20 ans après Hiroshima). Associée souvent à un dépérissement progressif : chute des cheveux, diarrhée chronique, cachexie, risque de transformation leucémique.
Les chimiothérapies (moutardes azotées, uréthane, amethoptérine, 6-mercaptopurine, myleran, etc...).
Solvants, insecticides, hydrocarbures aromatiques dont le benzène et ses dérivés et organophosphorés, la phénacétine (médicament retiré de la vente dans l'Union Européenne car effets secondaires (insuffisance rénale, anémie aplastique).
Idiosyncrasie (toxi-allergie) : toxicité imprévisible (non-toxique et d'emploi courant en médecine, très dangereux chez certains sujets, ni effet de dose ni de durée d’exposition (survenue soudaine après longue période d'exposition bien tolérée ; apparition insidieuse, longtemps après la fin de l'exposition ou à l'occasion d'une réexposition).
Les principaux agents à action idiosyncrasique sont : le chloramphénicol dont les propriétés aplasiantes irréversibles ont abouti à un retrait du marché (sous forme per os) dans l'Union Européenne : les accidents sont rares (environ 0,1%) mais presque toujours mortels. Rarement avec toxicité réversible les sulfamides, tétracyclines et streptomycine, anti-convulsivants dont la mésantoïne, antithyroïdienset sels d'or(surtout agranulocytose plutôt que pancytopénie), sinon antihistaminiques, insecticides, exceptionnellement : la trinitrine, phénylbutazone, chlorpromazine, méprobamate, sels de bismuth et de mercure, l'argent colloïdal, le tétrachlorure de carbone, les teintures de cheveux.
Décrite dans le contexte d’une hémoglobinurie nocturne paroxystique
Aplasies médullaires idiopathiques (moitié des cas) : idiosyncrasie non diagnostiquée, auto-immunisation contre le tissu hématopoïétique (anémie érythroblastopénique et thymome), rôlr de virus ? Un traitement possible est la greffe de moelle osseuse.
Formes congénitales  : anémie de Fanconi, syndrome de Shwachman–Diamond, Syndrome thrombopénie –radius absent,anémie aplasique familiale, dyskératose congénitale, Syndrome de Pearson, thrombopénie amégacaryocytaire, syndrome de Dubowitz
Agents infectieux (hépatite A, B, C, EBV, Herpès-virus, VIH, parvovirus B19, rarement BK, Histoplasma, Salmonella, Brucella),
Parfois destruction immunitaire des progéniteurs/cellules souches par des cellulesTh1 T (BMC Genomics 2006 ;7:263), chez les enfants, possibilité de monosomie 7 (AJCP 2006 ;126:925)
Clinique : Pathologie rare, incidence de 2 à 1410-6 selon les pays, pic d'incidence à 20-25 ans et > 60 ans. Début insidieux, anémie avec pâleur, dyspnée, fatigue, thrombopénie avec ses complications hémorragiques (gingivorragies, épistaxis, hématémèses, purpura, hémorragies cérébrales), neutropénie est ses conséquences infectieuses (gingivites, angines, infections respiratoires, septicémie). Discrète splénomégalie
Rechercher des stigmates d'origine congénitale (pigmentation cutanée, petite taille, microcéphalie, hypogonadisme, retard mental, anomalies squelettiques).
Biologie : parfois discrète macrocytose, peu de réticulocytes, la présence de poikilocytes, dacryocytes et de leuco-érythroplasie est en faveur d'une pathologie infiltrante, absence de signes de dysmyélopoïèse (voir syndromes myélodysplasiques). Augmentation de Hb fœtale suggérant une érythropoïèse de stress, proportionnelle à la macrocytose.
Hémogramme : cytopénie parfois peu importante au début, dans le cas d'une anémie il s'agit d'une anémie normochrome normocytaire arégénérative. La constatation de deux cytopénies ou plus, est très évocateur d'une pathologie médullaire. Il n'y a pas de myélémie ni de cellule anormale circulante.
Le myélogramme : peu informatif, il fait le diagnostic d'insuffisance médullaire à moelle riche (anomalies morphologiques des myélodysplasies et carences vitaminiques, ou la présence de cellules anormales dans les leucémies, lymphomes ou envahissements médullaires des cancers).
Dans les aplasies, il montre une moelle pauvre ou du sang (médullaire) avec présence de lymphocytes augmentés en proportion sans cellules anormales ni troubles de maturation. Le degré de cellularité médullaire permet de définir une moelle hypoplasique 20 à 40% ou aplasique < 20% ou totalement déserte : "moelle de sureau".
Scintigraphie médullaire
C'est le seul examen fonctionnel de la moelle osseuse, il n'explore que l'érythropoïèse Schématiquement : les érythrocytes sont marqués au 51Cr pour étude de leur durée de vie et du 59 Fe est injecté au patient la radioactivité est mesurée au niveau sacrum (moelle) du foie de la rate et du cœur (qui sert de témoin). Cet examen fait la différence et la part des choses entre insuffisance médullaire quantitative (aplasie) ou la captation du fer est réduite et la durée de vie des érythrocytes normale et les insuffisances qualitatives (myélodysplasies).
L'examen est capital dans en cas de myélofibrose car il permet de détecter une activité hématopoïétiques extra médullaire (splénique ou hépatique comme dans la splénomégalie myéloïde).
La BOM est indispensable car elle permet de confirmer le diagnostic, exclut les cytopénies périphériques et permet aussi le diagnostic différentiel avec des pathologies malignes qui envahissent la moelle. Elle apporte également des éléments de pronostic (42).
Lésions de l’insuffisance médullaire organique :
Histologie : Hypoplasie du tissu myéloïdequi peut aller jusqu’à la moelle désertique, involution adipeuse due aux cellules réticulaires et adventitielles du sinus qui se chargent de lipides.
Il peut persister un certain degré d’hématopoïèse sous forme de rares petits îlots dispersés voire sous forme de quelques cavités ou l’hématopoïèse est subnormale et qui co-existent avec des cavités désertiques. Quand la moelle est hétérogène, il faut mettre en doute le diagnostic d’aplasie et rechercher un trouble de maturation, un hypersplénisme ou un syndrome myélodysplasique.
A noter que, quand il persiste un certain degré d’hématopoïèse, celle-ci se caractérise par une diminution importante voire une absence des mégacaryocytes qui sont de morphologie normale, la lignée granuleuse est sous-représentée et équilibrée et on note une prédominance érythroblastique avec des signes de dysérythropoïèse modérée.
Présence fréquente de lésions du stroma telles que des altérations vasculaires avec des sinus distendus et lacs vasculaires avec possibilité d’hémorragies qui entraînent à la longue une désorganisation du réseau réticulinique qui peut être augmenté après nécrose.
Cette désorganisation réticulinique se traduit par une altération des fibres qui sont subdivisées et fragmentaires, il s’y associe un œdème médullaire avec élargissement des cloisons séparant les cellules adipeuses par une substance homogène hyaline, éosinophile, grenue, acellulaire.
Une transformation fibreuse n’apparaît jamais d’emblée mais n’est que secondaire dans les formes prolongées où elle apparaît dans les territoires œdémateux et au contact des lésions vasculaires aboutissant à une rétraction des lésions hémorragiques. Cette fibrose n’est jamais intense mais entraîne une désorganisation du tissu médullaire empêchant toute reprise de l’hématopoïèse.
Les réactions cellulaires associées peuvent être plasmocytaires, elles sont essentiellement précoces, contemporaines de la désertion cellulaire et débutent en périphérie des petits vaisseaux. Cette réaction plasmocytaire peut être marquée, formant des nappes de plasmocytes surtout quand il existe une participation allergique. Ces réactions plasmocytaires sont brèves et précédent une réparation médullaire. A noter qu’une réaction plasmocytaire de survenue tardive est de pronostic moins favorable car accompagne des remaniements fibreux, irréversibles. Les réactions réticulaires se voient surtout dans les insuffisances médullaires chroniques sous forme de petits groupes de cellules réticulées dont le cytoplasme se prolonge le long des mailles du réseau, parfois, on note des plages étendues de cellules claires qui peuvent correspondre soit à des cellules mûres de la trame, soit à des cellules souches d’hématopoïèse qui peuvent représenter, au point de départ, une prolifération lymphoblastique.
Des réactions lymphoïdes peuvent s’observer sous forme de petits amas lâches de lymphocytes s’infiltrant entre les vacuoles graisseuses, plus rarement, la population lymphoïde est abondante, il faut alors évoquer la possibilité d’un syndrome lymphoprolifératif de forme aplasique. Parfois amas assez grands de lymphocytes bénins T dans un contexte de thymome avec lymphocytose non-clonale T sanguine. Le G-CSFpeut amener une immaturité dans la maturation des neutrophiles
Possibilité de macrophages chargés d’hémosidérine et présentant une activité érythrophagocytaire ainsi que des mastocytes.
Les aplasies ne sont responsables que de 10 à 15% des pancytopénies, les autres étiologies sont le syndrome myélodysplasique, les leucémies aiguës, les hémopathies lymphoïdes, les leucémies à tricholeucocytes, les carences vitaminiques, les métastases, la maladie de Hodgkin, les maladies de surcharge des connectivites et l’hypersplénisme (les pancytopénies sont, pour la plupart, à moelle riche).
Le diagnostic repose sur une BOM de grande taille car les espaces sous-corticaux peuvent être désertiques dans une moelle normale.
Images histologiques : #1 ; #2 ; #4 ; #2 (post chimiothérapie) ; #3 ; #4, aplasie : #1, #2, belles images
Le diagnostic différentiel : on doit se méfier du diagnostic d’aplasie en cas de splénomégalie, de présence de mégacaryocytes au frottis ou une myélofibrose.
- La leucémie à tricholeucocytes se présente rarement sous forme hypoplasique, s’accompagne d’une myélosclérose et de splénomégalie (absence de splénomégalie, de myélofibrose dans l’aplasie).
- La leucémie aiguë, dans sa forme hypoplasique, présente cependant un excès de formes immatures monomorphes avec un hiatus cellulaire. Le CD 34 identifie une grande partie des blastes
- Un syndrome myélodysplasique peut aussi être hypoplasique, le diagnostic peut être très difficile car il existe une dysérythropoïèse modérée dans l’aplasie. Il faut rechercher, dans le cas d’un syndrome myélodysplasique, une augmentation des mégacaryocytes dystrophiques, un excès de cellules granuleuses immatures voire une éventuelle myélofibrose.
- Forme aplasique de myélome
L’évolution de l’aplasie est émaillée de complications hémorragiques, et/ou infectieuses sévères avec une mortalité très importante, plus tardivement, on peut observer un syndrome d’hémoglobinurie paroxystique nocturne par anomalie membranaire acquise ou un syndrome myélodysplasique ou leucémie aiguë.
Les facteurs histologiques du pronostic : en dehors des éléments cliniques tels que l’intensité, la durée de la cytopénie et les complications, la biopsie permet de rechercher une involution graisseuse complète ou en aggravation, les altérations de la trame réticuline et des vaisseaux, une nécrose et une fibrose ou de nombreux macrophages qui sont de mauvais pronostic car témoignant de lésions remaniées difficilement réductibles, la présence de foyers de régénération, de mégacaryocytes est de bon pronostic, alors que la lymphocytose et la plasmocytose n’ont pas de poids pronostique (42).
Traitement : Suppression de l'agent causal : mais peu d'illusions quant à l'efficacité de cette mesure, rares succès après ablation de thymome. Association immunosuppresseurs (sérum anti-lymphocytaire, Ciclosporine, corticothérapie courte à forte dose (70% des aplasies sont d'origine auto-immune, médiée par des lymphocytes cytotoxiques, qui produisent des cytokines inhibitrices (gamma interféron, TNF, qui inhibent les progéniteurs)), association éventuelle au G-CSF (facteur de croissance de la granulopoïèse). Ceci nécessite une hospitalisation en milieu spécialisé d'environ un mois. La ciclosporine seule est poursuivie jusqu'à 3 mois avant de juger de son inefficacité. En cas de succès, elle est poursuivie au moins un an. La ciclosporine seule a été montrée efficace dans certains cas. La réponse est lente (1 à 3 mois), récidives fréquentes, d'où nécessité d'immunosuppression prolongée, risque de 15 à 30% de pathologie clonale.
- Androgénothérapie : (Androgène de synthèse : Nilevar®, 1 mg/kg/J). Alternative au traitement immunosuppresseur. La testostérone, à doses massives et de façon prolongée, permet d'obtenir dans près de la moitié des anémies aplasiques, une rémission hématologique (effets virilisants majeurs chez l'enfant et la femme, et arrêt de croissance par soudure prématurée des cartilages de conjugaison.Le résultat se juge après 3 à 6 mois de traitement et s'annonce par une lente montée du taux des réticulocytes.
- Allogreffe de cellules hématopoïétique (moelle CSP, cordon). Réservé aux aplasies graves du sujet jeune (< 50 ans).
Le traitement symptomatique avec support transfusionnel en culots globulaires et/ ou plaquettes / prévention de l'hémochromatose (qui freine l'érythropoïèse) par la desferrioxamine (Desferal). Les transfusions sanguines, indispensables dans les cas graves, sont espacées tant que possible, elles inhibent l'érythropoïèse déjà déficitaire avec risque infectieux (hépatite virale), allo-immunisation (contre les antigènes des globules de certains donneurs, contre certaines protéines sériques (immunoglobulines et VLDL)avec risque d'accidents transfusionnels.
Traitement des complications infectieusespar antibiothérapie. G-CSF non recommandé, sinon sur courtes durées, en cas d’épisodes infectieux graves sineutropénie importante, sans excès de blastes. Traitement des infections : comme dans les autres neutropénies avec association amoxicilline-acide clavulanique 3 g par jour + ciprofloxacine 1 g par jour)
Traitement de la thrombopénie : Androgénothérapie (hors AMM), 2 agonistes du récepteur de la thrombopoïétine (AMG 531 et eltrombopag) font actuellement l’objet de recherche clinique. Transfusions plaquettaires (à envisager sur le long terme, avec risque d’inefficacité rapide par alloimmunisation, il faut en réduire les indications en dehors des traitements myélosuppresseurs, d’un geste opératoire ou des patients avec syndrome hémorragique).
Les transfusions doivent être limitées chez les patients susceptibles d'être greffés, car cela améliore les résultats, en évitant de recourir aux membres de la famille, pour permettre une éventuelle greffe, avec transfusions de produits déplétés en globules blancs (allo-immunisation) et irradiés (GVH)
Evolution sous traitement : après androgénothérapie ou traitement anti-lymphocytaire, on note d’abord une reprise de l’érythropoïèse pouvant s’accompagner d’une dysérythropoïèse marquée suivie d’une reprise des deux autres lignées, la cellularité est revenue normale, une myélodysplasie peut persister ou apparaître ainsi qu’une hémoglobulinurie paroxystique nocturne.
Après greffe de moelle allogénique, on note d’abord, après le conditionnement radio-chimiothérapique, une moelle totalement désertique, une repopulation progressive prédominant au niveau des foyers érythroblastiques qui sont plus nombreux avec dysérythropoïèse, des foyers granuleux riches en formes immatures et des mégacaryocytes rares, possibilité de nodules lymphoïdes riches en cellules T, en cas de rejet de moelle, celle-ci s’appauvrit très rapidement alors qu’en cas de GVH qui s’observe chez le sujet immunodéprimé transfusé par du sang non irradié, on observe des lésions de rejet sous forme d’inflammation, de nécrose et de myélofibrose réactionnelle.
Résultats : spontanément 10% d'amélioration en 1 an, si aplasie sévère : > 50% de mort dans l'année, si traitement immunosuppresseur : 50% des patients ont une amélioration entre 6 mois et un an, 30% de normalisation hématologique. Si allogreffe apparentée 70% de survie à 2 ans 30 - 50% si greffe non apparentée.
Complications : GVH, échec de greffe
Pronostic : lié aux conséquences hémorragiques et infectieuses, risques de la greffe avec hémoglobinurie nocturne paroxystique, syndrome myélodysplasique, leucémie.
Formes particulières d’aplasie :
Agranulocytose allergique
Forme congénitale d’aplasiet elle que maladie de Fanconi
Syndrome de Shwachman–Diamond
Syndrome thrombopénie–radius absent
Le syndrome de Pearson

Syndrome d’Aase  : pathologie autosomique récessive associée à anémie congénitale hypoplasique et anomalies squelettiques (pouce triphalangé, petite taille, fermeture retardée des fontanelles, épaules étroites) qui se rapproche de l’anémie de Fanconi et syndrome Thrombopénie- radius absent

Atransferrinémie  : exceptionnel (autosomique récessif ?) avec anémie hypochrome microcytaire sévère (il existerait un forme acquise par Ac anti-transferrine (transporteur du fer) suite à des transfusions multiples
Clinique : pâleur, splénomégalie, anorexie, souffle systolique, irritabilité, tachycardie
Les complications sont celles de l’hémosidérose comme dans lathalassémie

Erythroblastopénie : une moelle riche avec présence de cellules réticulaires et de nombreux myélocytes mais absence d’îlot érythroblastique, chez l’enfant, cela peut correspondre à un Blackfan-Diamond (Atteinte in utero de cellules souches dans 90% des syndromes de Blackfan-Diamond, car rarement familial et peu d’anomalies chromosomiques), chez l’adulte, il faut rechercher un thymome, une auto-immunité, un état pré-leucémique, un syndrome hémolytique ou une affection rénale.
Histologie : possibilité de mégaloblastose dans la forme congénitale. Dans la forme aiguë si l’on est à la phase de récupération on observe une érythropoïèse active.
Traitement : dans la forme aiguë symptomatique (crise aplasique), il peut être nécessaire de transfuser, si l’on suspecte une cause immunologique ou congénitale : corticothérapie (efficace dans 45% des cas), si inefficace on recourt aux immunosuppresseurs (Cyclophosphamide, 6-mercaptopurine, azathioprine, cyclosporine). Transplantation non myélo-ablative de cellules souches périphériques si réfractaire aux traitements antérieurs. On peut utiliser également le danazol. En cas de transfusions fréquentes (formes congénitales) on prend les mêmes précautions que lors d’une thalassémie.
http://www.emedicine.com/ped/topic2279.htm

Dyskératose congénitale eMedicine, OMIM305000 (X-linked), OMIM 127550 (autosomal dominant), OMIM 224230(autosomique récessive) (3), OMIM 300240(Hoyeraal-Hreidarsson) : ou syndrome de Zinsser-Engman-Cole, rare ; 90% hommes ; surtout adulte, autosomique dominant par mutations du gène télomérase RNA (TERC). Les cas liés à l’X, sont dus à des mutations du gène DKC1 (encodant la dyskérine en Xq28), ribonucléoprotéine nucléolaire, impliquée dans le RNA ribosomique et le complexe télomérase, certains cas dominants sont liés à TERC (DKC2) qui est une télomérase
Responsable d’aplasie progressive, létale et de leucoplasie des muqueuses orale et oculaire (cancérisation possible), dystrophie unguéale atrophique d’aspect lichénien associée à des paronychies récidivantes (ongles plats, atrophiques avec stries longitudinales pouvant imiter une mycose chronique) et pigmentation cutanée (hyperpigmentation réticulée souvent poïkilodermique de la partie > du corps de façon quasi constante (nuque, la partie haute du tronc et la partie proximale des membres >), début vers 8 ans (extrêmes : 1 à 15 ans), la pigmentation s’accentue avec l’âge en intensité et en surface pas de tache café au lait), leucoplasie de la muqueuse buccale, troubles oculaires (ectropion, cataracte, obstruction lacrymale, conjonctivite, blépharite, perte des cils, strabisme, glaucome, et rétinopathie de Coats). Les cheveux sont rares, parfois séborrhéiques, et deviennent gris de façon prématurée. Atteinte pulmonaire chez 20 % avec syndrome restrictif, évolutive, parfois tableaux sévères de fibrose pulmonaire ou d’hypoxie réfractaire.
L’âge médian au diagnostic est de 15 ans, alors même que les anomalies cutanées et unguéales apparaissent le plus souvent entre 5 et 10 ans. Les leucoplasies et l’épiphora apparaissent secondairement, puis survient l’atteinte hématologique. La médiane de survie est classiquement de l’ordre de 30 ans.
Possibilité de sténose lacrimale, d’anomalies génito-urinaires, prédisposition aux cancers. L’insuffisance médullaire peut être le 1er signe (+ fréquente dans la forme autosomique), responsable de 71 % de la mortalité, avec anémie +/- thrombopénie qui s’aggrave puis pancytopénie (possibilité de macrocytose et d’HbF), 93 % des patients ont au moins une cytopénie, l’âge médian à la pancytopénie est de 10 ans (1 à 32 ans, avec 85 % avant 20 ans).
Les autres anomalies le plus souvent associées (20 % des malades chacune) sont l’atteinte pulmonaire (fibrose pulmonaire), le retard mental, l’hyperhidrose, les altérations dentaires, la petite taille.
Déficit immunitaire  : avec infections opportunistes (pneumocystose, pneumonie à CMV, papillomatose disséminée), touchant à la fois l’immunité cellulaire (lymphopénie T, surtout des T CD4+, lymphopénie B, tests de prolifération anormaux, tests cutanés anormaux) et l’immunité humorale (hypogammaglobulinémie).
Tumeurs solides : lors de la 3ème et 4ème décennie de la cavité buccale et TD, prédominance de cancers épidermoïdes, adénocarcinomes plus rares.
Diagnostic : pas de test biologique spécifique ni d’augmentation du nombre de cassures chromosomiques en présence d’alkylants, ce qui permet de différencier nettement la dyskératose congénitale de l’AF.
Au caryotype (sur lymphocytes du sang périphérique, cellules médullaires ou, surtout, fibroblastes) possibilité surtout si le patient est âgé, anomalies traduisant l’existence d’une instabilité chromosomique (chromosomes dicentriques ou tricentriques et translocations non équilibrées). L’identification du gène DKC1, impliqué dans les formes dont la transmission est liée à l’X, permet désormais un diagnostic moléculaire pour la majorité des patients et autorise un diagnostic prénatal.
Histologie  : nombreux mélanophages dans le derme papillaire, dermite d’interface avec dégénérescence vacuolaire de la membrane basale.
Forme grave ou syndrome de Hoyeraal-Hreidarsson, liée à l’X, multisystémique avec anémie aplasique, immunodéficit, microcéphalie, hypoplasie cérébelleuse et retard de croissance.
Traitement  : soins hématologiques de support, androgénothérapie +/- facteurs de croissance, 2/3 des patients décèdent des complications de l’insuffisance médullaire vers 20-25 ans, les survivants présentent un risque accru de cancer voire myélodysplasie.
Schémas  : #1Traitement : En ce qui concerne l’insuffisance médullaire, les androgènes peuvent être efficaces, G-CSF, érythropoïétine ; greffe de moelle, néanmoins, les résultats à moyen terme des greffes ont été jusqu’à présent mauvais en raison d’une incidence particulièrement élevée de complications postgreffe (pneumopathies, maladie veinoocclusive du foie, microangiopathie thrombotique) pouvant traduire une sensibilité particulière de ces patients aux conditionnements utilisés (irradiation corporelle totale, busulfan).
Le bénéfice de l’utilisation d’un conditionnement moins toxique (cyclophosphamide et sérum antilymphocytaire) reste à évaluer.
http://www.medix.free.fr/sim/aplasies-medullaires-constitutionnelles.php

Neutropénie pure : moelle riche avec des plages uniformes de myélocytes et/ou myéloblastes qui évoquent un blocage de maturation, les autres lignées sont normales, ceci correspond à des maladies constitutionnelles rares de l’enfant et fréquemment à une agranulocytose allergique chez l’adulte.
http://alf3.urz.unibas.ch/pathopic/...
(2) Sultan.C., Scoazec JY, Imbert M.Masson, ed. Histopathologie de la moelle osseuse. Paris : 1991.
(34) Alter BP. Cancer in Fanconi anemia, 1927-2001. Cancer 2003 ; 97(2):425-440.
http://www.pathologyoutlines.com/bonemarrow.html
http://www.emedicine.com/ped/topic2279.htm
http://www.emedicine.com/med/topic82.htm
http://ashimagebank.hematologylibrary.org/cgi/content/full/2001/1205/100241



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.