» ESTOMAC Hyperplasie lymphoïde bénigne

Hyperplasie lymphoïde bénigne


Pathologie lymphoproliférative : hyperplasie lymphoïde (pseudolymphome) (19 ;65)
La grande majorité des cas ainsi nommés pseudolymphomes diffus sans ulcère correspond en fait à des MALT de faible grade.
La discussion porte donc sur les pseudolymphomes associée à un ulcère.
Se voit chez l’adulte de 40 à 60 ans, avec un sex ratio égal à 2. Sa taille peut être < 1 cm et atteindre 14 cm.

Clinique ; : symptomatologie chronique d’ulcère.
Macroscopie : lésion isolée de taille variable jusqu’à 5 cm, rares cas géants décrits. A la coupe, masse locale en chair de poisson.
Histologie : l’infiltrat est d’épaisseur variable, localisé aux bords de l’ulcère ou diffus, superficiel (muqueuse et sous muqueuse), ou transpariétal. Association quasi obligatoire à H pylori.
L’infiltrat est polymorphe, avec centres germinatifs éparpillés, prédominant en superficie. Les lésions lymphoépithéliales sont plus rares, pas de destruction épithéliale, petits lymphocytes matures en petit nombre, plasmocytes polyclonaux, richement vascularisé, parfois aspect de centre germinatif en transformation progressive ou de Castlemen. La fibrose est fréquente, en particulier sous la zone ulcérée.
Classification de Wotherspoon (Lancet 1993 ;342 :575-7)
Grade Diagnostic Aspect morphologique
0 Normal Pas d’infiltrat au sein du chorion
1 Gastrite chronique active Infiltrat lympho-plasmocytaire modéré. Pas de follicule. Pas de lésion lympho-épithéliale
2 Gastrite chronique active avec hyperplasie folliculaire floride Infiltrat lympho-plasmocytaire notable. Hyperplasie folliculaire.
Pas de lésion lympho-épithéliale
3 Infiltrat lymphoïde atypique, probablement réactionnel Hyperplasie folliculaire.
Infiltrat lymphocytaire à petites cellules infiltrant le chorion, et focalement l’épithélium.
4 Infiltrat lymphoïde atypique, probablement tumoral Hyperplasie folliculaire.
Infiltrat lymphocytaire à petites cellules centrocytique infiltrant diffusément le chorion, et focalement l’épithélium sous la forme de petits amas
5 Lymphome de type MALT Denses infiltrats lymphoïdes à cellules centrocytiques avec lésions lympho-épithéliales notables


NB : dans certains cas on décrit une Ig monoclonale, une coexistence avec un lymphome ou le développement secondaire d’un lymphome, donc grande attention lors de l’interprétation.

(19) Lewin KJ, Appelman HD.Rosai J, Sobin LH, eds. Tumors of the esophagus and stomach. Third series ed. Washington : Armed forces institute of pathology ; 1996.

(65) Wotherspoon A, Chott A, Gascoyne RD, Muller-Hermelink HK, . lymphoma of the stomach. In : Hamilton SR, Aaltonen LA, eds. Tumours of the digestive system. Pathology and genetics. Lyon : IARCC Press ; 2000. p. 57-61.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.