» Pédiatrie Exanthème subit (Roséole infantile)

Exanthème subit (Roséole infantile)


Maladies éruptives infantiles (39)

La survenue d uneéruption le plus souvent en contexte fébrile nécessite une analyse clinique précise. Il faut tout d'abord caractériser l'éruption : identification de la lésion élémentaire, groupement lésionnel, type de l'éruption, topographie, modalités d'apparition et (ou) d'extension en sachant que différents aspects peuvent s'associer d'emblée ou en cours d'évolution. Il faut ensuite préciser le contexte : état des vaccinations, notion de contage, d'un voyage récent, d'une prise médicamenteuse, inventaire des signes d'accompagnement. Dans tous les cas, l'examen clinique doit être complet chez un enfant entièrement nu. Les lésions liquidiennes (vésicules, bulles, pustules) peuvent être ponctionnées (cytodiagnostic de Tzanck, bactériologique, mycologique, virologique)
http://www.chups.jussieu.fr/polys/nivA/POLY.Chp.3.1.4.html

Les exanthèmes viraux non spécifiques se traduisent histologiquement par un discret infiltrat lymphocytaire périvasculaire superficiel
Eruptions maculopapuleuses
Le syndrome &laquoTORCH » de Toxoplasmose, Rubéole, CMV, Herpès. Les signes cutanés : éruptions rubéoliformes, scarlatiniformes, maculopapules plus ou moins infiltrées, bleutées, correspondant à une érythropoïèse dermique, purpura, ictère.Les septicémies néonatales peuvent comporter une éruption maculopapuleuse (tableau clinique d'infection + signes cutanés), morbilliforme, ou comme non spécifique. La listériose présente dans 15 à 20 % des cas une éruption de maculopapuleuse disséminée devenant pustuleuse, avec parfois base purpurique, prédominent sur le dos.

Exanthème subit ou Roséole infantile (sixième maladie) : Il est dû à 2 virus du groupe herpes (HHV6 et HHV7) (possibilité de 2 épisodes). 90 % des cas avant 2 ans avec un pic entre 7 et 13 mois. La transmission est directe, interhumaine. Les formes typiques associent fièvre et rash cutané. Après une incubation de 5 à 15jours, survient une fièvre élevée à 39-40°C se maintenant en plateau pendant 3jours, isolée ou pouvant être associée à des troubles digestifs, une irritabilité accentuée, une tension de la fontanelle, un discret oedème péri-orbitaire, quelques adénopathies. A la fin du 3e ou au début du 4e jour, la fièvre cède et l'éruption apparaït. Elle est faite de macules ou de maculo-papules rosées, pâles, de 3 à 5 mm de diamètre siégeant préférentiellement au niveau du tronc, du cou et de la racine des membres, rarement à la face. Elle disparaït en règle générale en 12 à 24 heures. Il existe des formes hyperthermiques pures sans rash, des formes avec rash sans fièvre.
Il peut se compliquer de convulsions, le plus souvent hyperpyrétiques, témoignant beaucoup plus rarement d'une méningite (hypercytose à prédominance lymphocytaire) ou d'une méningo-encéphalite. Le diagnostic est avant tout clinique.
Classiquement, au 3e ou 4e jour apparaït une leucopénie avec neutropénie relative. La confirmation sérologique n'a d'intérêt que dans les complications graves. Les autres causes d'érythème doivent être discutées. Le traitement n'est que symptomatique.

(39) Gaudelus J. eruptive illnesses of childhood. Rev Prat 2004 ; 54(12):1343-1350.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.