» ESTOMAC Polype fibroïde inflammatoire

Polype fibroïde inflammatoire


Polypes muqueux (19 ;46) (2 à 5% des endoscopies hautes)
Pour l’endoscopiste (46), un polype gastrique est une lésion muqueuse, en saillie par rapport à la paroi environnante. Les polypes glandulokystiques sont petits, < 5 mm, les autres sont plus volumineux (moyenne de 10 mm). La plupart des polypes gastriques sont localisés dans l’antre (60 %) et le corps de l’estomac (30 %) ; rares dans le cardia et grosse tubérosité. Ils sont uniques ou multiples (polypes glandulokystiques), parfois dans le cadre d’une polypose.
Diagnostic différentiel : tumeurs mésenchymateuses sous-muqueuses et ectopies pancréatiques. Une écho-endoscopie permet de situer la lésion dans les couches de la paroi gastrique et de préciser ses rapports avec la muqueuse. Dans une gastrite atrophique, des lésions polypoïdes correspondent à des îlots résiduels de muqueuse gastrique normale ou non atrophique.
La classification OMS de 1990, distingue les formes pseudo-tumorales (60 à 80 % des cas) (formes hyperplasiques (30 à 35 %) et glandulokystiques (2/3 des cas), plus rarement les formes hamartomateuses (Peutz-Jeghers, juvéniles, syndrome de Cowden et de Cronkhite-Canada) et lésions inflammatoires (polypes fibroïdes)) et les néoplasiques (20 % des cas) (adénomes, tubuleux ou villeux).
Pathologie rare avec une incidence entre 1°/oo et 1 % des gastroscopies.
Clinique : la plupart sont asymptomatiques.
Le risque de transformation carcinomateuse est quasi-nul pour les polypes glandulokystiques, de 2-3 % pour les polypes hyperplasiques, 5 % pour les adénomes tubuleux et jusqu’à 40 % pour les adénomes villeux.
Polypes fibroïdes inflammatoires (42 ;46 ;52 ;53) Mod Path 2000 ;13:1134, Mod Path 2003 ;16:366, Arch Pathol Lab Med. 2010 Mar ;134(3):378-92 : lésion solitaire sessile ou polypoïde de l’ensemble du tube digestif aboutissant à un syndrome obstructif sans éosinophilie sanguine, dans l’estomac, se trouve à 80 % dans le pylore, le reste ailleurs (antre, fundus). Se voit chez l’adulte surtout entre 60 et 70 ans, avec un sex ratio égal à 1.
L'estomac représente la grande majorité des cas (3-4% des polypes gastriques), suivi par le grêle, ceux de l’œsophage ou colon sont rares, ceux de la vésicule biliaire sont exceptionnels.
Clinique : le plus souvent asymptomatique, associé fréquemment à une hypo- ou achlorydrie, obstruction pylorique.
L’échoendoscopie est évocatrice (images homogènes, hypoéchogènes sans limite nette, dans les 2ème et 3 ème couches, biens détachées de la 4 ème couche.
Macroscopie : nodule bien limité de la sous muqueuse, sessile ou pédiculé, ulcération/érosion dans 1/3 des cas, ferme, surtout dans l’antre pylorique de 0,3 à 3,5 cm, cette lésion peut devenir volumineuse jusqu’à 5 ou 10 cm, avec ulcération apicale (moyenne de 1,2 cm).
Histologie : lésion développée dans la partie superficielle de la sous muqueuse, bien limitée, non encapsulée, pouvant s’étendre à la base de la muqueuse, mais respectant la muqueuse superficielle, et donc rarement responsable d’ulcération (peu accessible à la biopsie).. Tissu de granulation lâche avec prolifération de cellules fusiformes dodues, sur fond collagène lâche, avec un fond inflammatoire de lymphocytes, plasmocytes, mastocytes et PNE assez nombreux (54 ;55), riche réseau vasculaire constitué surtout de capillaires, avec un renforcement concentrique des cellules fusiformes et inflammatoires. Fond mucoïde de mucopolysaccharides acides. Possibilité de cellules géantes multinucléées, et de cellules fusiformes en bulbes d’oignon autour des vaisseaux et glandes (dans les formes jeunes), la lésion se sclérose surant l’évolution.
Le fond est oedémateux et/ou myxoïde, pas de polymorphisme. En surface, la lésion est recouverte par la muqueuse gastrique, parfois ulcérée et remaniée. Les vaisseaux ont une paroi épaisse, avecr plusieurs couches concentriques de cellules d’aspect myofibroblastique (aspect en bulbe d’oignon). Ces tumeurs proches des pseudotumeurs inflammatoires s’en différencient par une taille plus petite, une actine peu souvent positive et un CD 34 + (82%) (56) et ALK1 - (57).
Lésion présumée réactionnelle car peu de mitoses, pas de nécrose ni métastases, peu de récidives.
Images : CD34, CD117, image1, image2
Immunohistochimie  : vimentine toujours +, CD 34 + (pas dans les bulbes d’oignon), : actine muscle lisse ou HFF35 + dans 25% des cas, marqueurs macrophagiques dans 1/3 des cas CD68, Ckit –
L’origine de ces polypes est discutée (description de CD 34 et ckit + (58). Une étude suspecte la nature dendritique sur la positivité constante de CD 34, CD 35, fascine, cycline D1, fréquente de calponine et rare (1/4) de l’actine, les autres marqueurs sont - (ckit, desmine, EMA, S100, CD21, CD23, EBER, HHV8 (57).
Diagnostic différentiel : GIST, mais stroma lâche oedémateux riche en cellules inflammatoires (PNE), cellules stromales concentriques autour des vaisseaux, CD117 -.
Gastro-entérite éosinophile : pas de masse isolée, clinique et histologie différents, infiltrat éosinophile dans toutes les couches, : contexte d’asthme et d’éosinophilie périphérique

Autres tumeurs mésenchymateuses telles : schwannome, léiomyome, tumeur fibreuse solitaire mais pas de PNE, S-100 + (schwannome), desmine (léiomyome), bcl-2 (tumeur fibreuse solitaire).
Pseudotumeur inflammatoire : rare dans le tube digestif avec 3 aspects possibles : myxoïde comme du tissu de granulation, riche en cellules inflammatoires (PNE et plasmocytes) ; compact fusiforme imitant une fibromatose ou histiocytome fibreux, ou dense collagène. Lésion + grande qu’un polype fibroïde inflammatoire, chez des sujets + jeunes avec signes systémiques (fièvre douleurs abdominales, amaigrissement). Positivité des marqueurs musculaires lisses (86% versus 13%), négativité de CD34, positivité de ALK1 dans 50 à 60%.
Polype fibroblastique avec fibroblastes benoits qui épargnent le chorion superficiel avec possibilité de bulbes d’oignons sans extension à la sous-muqueuse, sans mitoses, vimentine + dans le chorion, écartant les cryptes coloniques qui peuvent prendre un aspect festonné. Petit polype asymptomatique. Immunohistochimie :: positivité focale de CD34 et actine, négativité de : S100, EMA, c-kit, CD31, desmine.
Périneuriome digestif, surtout du colon gauche, cellules fusiformes benoites à noyaux ovoïdes, cytoplasme faiblement de la muqueuse et sous-muqueuse, qui entourent les glandes coliques.
Immunohistochimie :positivité de EMA et claudine-1 ; négativité de : S100, NF, CD34.

(42) Lewin KJ, Appelman HD.Rosai J, Sobin LH, eds. Tumors of the esophagus and stomach. Third series ed. Washington : Armed forces institute of pathology ; 1996.
(46) Scoazec JY. Gastric polyps : pathology and genetics. Ann Pathol 26[3], 173-199. 2006..
(52) Miettinen M, Blay JY, Sobin LH. Mesenchymal tumours of the stomach. In : Hamilton SR, Aaltonen LA, editors. Tumours of the digestive system. Pathology and genetics. Lyon : IARCC Press, 2000 : 62-65.
(53) Kolodziejczyk P, Yao T, Tsuneyoshi M. : Inflammatory fibroid polyp of the stomach. A special reference to an immunohistochemical profile of 42 cases. Am J Surg Pathol 1993 ; 17(11):1159-1168.
(54) Assarian GS, Sundareson A. Inflammatory fibroid polyp of the ileum. Hum Pathol 1985 ; 16(3):311-312.
(55) Trillo AA, Rowden G. The histogenesis of inflammatory fibroid polyps of the gastrointestinal tract. Histopathology 1991 ; 19(5):431-436.
(56) Makhlouf HR, Sobin LH. Inflammatory myofibroblastic tumors (inflammatory pseudotumors) of the gastrointestinal tract : how closely are they related to inflammatory fibroid polyps ? Hum Pathol 2002 ; 33(3):307-315.
(57) Pantanowitz L, Antonioli DA, Pinkus GS, Shahsafaei A, Odze RD. Inflammatory fibroid polyps of the gastrointestinal tract : evidence for a dendritic cell origin. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(1):107-114.
(58) Kim MK, Higgins J, Cho EY, Ko YH, Oh YL. Expression of CD34, bcl-2, and kit in inflammatory fibroid polyps of the gastrointestinal tract. Appl Immunohistochem Mol Morphol 2000 ; 8(2):147-153.
(19) Lewin KJ, Appelman HD.Rosai J, Sobin LH, eds. Tumors of the esophagus and stomach. Third series ed. Washington : Armed forces institute of pathology ; 1996.
(46) Scoazec JY. Gastric polyps : pathology and genetics. Ann Pathol 26[3], 173-199. 2006.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.