» SEIN cancer du sein chez l'homme

cancer du sein chez l’homme


Le cancer du sein chez l'homme : Le cancer du sein chez l’homme est rare. Il représente environ 0,5 à 1% des cancers mammaires dans les pays occidentaux et près de 0,2% de l’ensemble des cancers masculins (217 ;218), rare avant 40 ans (moyenne de 60 ans). L’incidence du cancer du sein chez l’homme est supérieure en Amérique du Nord et en Grande-Bretagne par rapport à la Finlande et au Japon, avec une incidence accrue chez les noirs (218 ;219). Dans une étude de 606 cas , moyenne de 68 ans Cancer. 2013 May 1 ;119(9):1611-7
Facteurs de risque : l'hérédité (la présence d'antécédents familiaux (220) augmente le risque de cancer du sein chez l'homme (218), mutations de BRCA1/2 (risque maximum entre 30 et 40 ans (risque X 20 à 30 versus 70 ans), avec risque accru si mutation de BRCA2 (X5 versus BRCA1)(221). L'exposition aux radiations et des antécédents de pathologie mammaire bénigne, statut socio-économique élevé (sans en connaître les raisons). Exposition aux hormones femelles, parfois du fait d’une fonction testiculaire diminuée (orchite ourlienne (elle n’augmente le risque que si celle-ci survient à l’âge adulte, des antécédents d’orchidectomies ou de cryptorchidie augmentent le risque de survenue de carcinome mammaire (217), Klinefelter (4 à 7,5 % des patients porteurs d’un cancer du sein, le risque de cancer du sein étant multipliée par 20 à 50 par rapport à la population générale (218 ;222), l’âge de survenue du cancer étant inférieur de 5 ans (moyenne de 58 ans) chez ces patients (218), risque similaire aux femmes)), obésité par augmentation de la conversion des androgènes en estrogènes par aromatisation périphérique par le tissu adipeux (223), anomalies hépatiques par augmentation du taux circulant d’œstrone, d’œstradiol et de progestérone (diminution de l’élimination hépatique, conversion accrue des androgènes en estrogènes dans les cellules hépatiques), chez les cirrhotiques (224-226) et en Egypte où l’incidence du cancer du sein masculin est très forte, ce que certains attribuent à la fibrose hépatique des bilharzioses (218)
FR">L’hyperprolactinémie (adénome pituitaire, traumatisme cérébral, médicaments) semble jouer un rôle (227), non retrouvé par d’autres auteurs, gynécomastie (risque faible).
Clinique : masse mammaire (7-38%), rétraction de la peau du sein (5-25%), écoulement (4-15%), ulcération de la peau ou du mamelon (0-27%), fixation du tissu mammaire à la peau (14-22%), douleur mammaire (4-14%), gonflement sous les bras (40-45%)
A noter que la présence d'un ou de plusieurs de ces symptômes nécessite une confirmation de la maladie par une biopsie ou par d'autres tests comme une aspiration à l'aiguille fine et/ou une biopsie chirurgicale.
Imagerie : la mammographie présente une sensibilité et spécificité > 90%, du fait de l’importance de la biopsie, la RMN ne semble pas présenter d’indication claire. A la mammographie, le cancer est sous-aréolaire ou +/- excentré avec des bords spiculés, calcifications moins fréquentes que chez la femme.
Génétique : Les cas de cancer du sein masculin d’origine génétique sont majoritairement liés à une mutation de BRCA2, l’incidence reste faible de 4 (228), 10 % (229) à 28% (230). A notre connaissance 1 cas a été rapporté associés à BRCA1 (231). Des antécédents familiaux sont présents dans 6 à 10% des cas (217 ;218 ;226 ;232 ;233). Dans une étude de 20 cas, tous présentent un gain du chromosome X dans 31% à 85% des cellules néoplasiques, vs X sauvage dans les cas de gynécomastie Hum Pathol. 2015 Dec ;46(12):1908-12.
Histologie : pour l’essentiel carcinome canalaire ou inclassé (93.7%), papillaire (2.6%), le carcinome intracanalaire est moins fréquent en proportion que chez la femme, le lobulaire infiltrant est très rare. Dans une série sur 755 carcinomes infiltrants ; 85% de CCI, près de 5% de carcinome papillaire, 3.5% de mixtes CCI-mucineux et 2.7% de mucineux pur. Dans 2.5% métastases intramammaires dont 58% de méanomes (234). Les tumeurs sont plus souvent RE/RP + (75-94%). Dans une étude de 606 cas Cancer. 2013 May 1 ;119(9):1611-7, 81.5 % sont positifs aux récepteurs hormonaux (RE et/ou RP + et Her2 -), 15% sont Her2 +, 3.6% sont triple négatifs. Pas de différence de pronostic selon le type histologique
Diagnostic : Les hommes consultent tardivement, par ignorance ou déni de la maladie, le retard entre l’apparition du symptôme et le moment de la consultation varie entre 1 et 39 mois avec une moyenne de 15 à 21 mois (235-238). Ce retard au diagnostic peut expliquer la forte proportion de stade avancé au moment de la prise en charge
Chez l’homme, les études statistiques sont difficiles à réaliser en raison de la faiblesse des séries et de la difficulté d’obtenir des résultats significatifs. Les facteurs pronostiques classiquement reconnus sont : le stade TNM (239 ;240), la taille de la tumeur (241-246), le grade et le statut ganglionnaire qui reste le facteur pronostique le plus important (232 ;240-246). Parmi les facteurs pronostiques putatifs, l'activité proliférative qui est a un impact important chez la femme (62 ;80 ;114) a été peu étudiée chez l'homme du fait de la faible incidence de cette pathologie, 4 études dont 3 de la même équipe (247-250) portant sur des effectifs faibles, montrent qu'un Ki-67 augmenté est de mauvais pronostic. Concernant l'intérêt des récepteurs d'androgène, les données de la littérature sont conflictuelles. Sur 3 études, une seule (230) montre dans une population de 43 patients dont 12 avec mutation de BRCA2 (ce qui implique un contexte familial) que la présence de ces récepteurs est de mauvais pronostic. Pich et al (249) ne les corrèlent pas au pronostic mais montrent plutôt un effet inverse. Pour Rayson et al (250), aucune corrélation n'est possible puisque 95% des cas sont positifs aux récepteurs d'androgène
Le traitement local consiste en une mammectomie et curage axillaire avec éventuellement une radiothérapie externe selon les mêmes modalités que le protocole chez la femme. Le traitement général tient compte des mêmes facteurs de risque métastatiques que chez la femme.
La survie à 5 ans varie de 30 à 85% (stade plus avancé que chez la femme, car à stade égal, survie similaire).
Selon le référentiel interrégional 2006 :
Pas de spécificité à la prise en charge sauf pour l’hormonothérapie (en l’absence de données pas d’indication des inhibiteurs de l’aromatase, utilisation d’un anti-oestrogène : Tamoxifène). Penser à la consultation d’oncogénétique.


http://www.emedicine.com/radio/topic115.htm
(62) Michels JJ, Marnay J, Delozier T, Denoux Y, Chasle J. Proliferative activity in primary breast carcinomas is a salient prognostic factor. Cancer 2004 ; 100(3):455-464.
(80) Michels JJ, Duigou F, Marnay J, Henry-Amar M, Delozier T, Denoux Y et al. Flow cytometry and quantitative immunohistochemical study of cell cycle regulation proteins in invasive breast carcinoma. Cancer 2003 ; 97(6):1376-1386.
(114) Michels JJ, Duigou F, Marnay J. Flow cytometry in primary breast carcinomas. Prognostic impact of proliferative activity. Breast Cancer Res Treat 2000 ; 62(2):117-126.
(217) Cutuli B. Male breast cancer. Lett Senologue 2002 ;(17):11-15.
(218) Sasco AJ, Lowenfels AB, Pasker-de Jong P. Review article : epidemiology of male breast cancer. A meta-analysis of published case-control studies and discussion of selected aetiological factors. Int J Cancer 1993 ; 53(4):538-549.
(219) O'Malley CD, Prehn AW, Shema SJ, Glaser SL. Racial/ethnic differences in survival rates in a population-based series of men with breast carcinoma. Cancer 2002 ; 94(11):2836-2843.
(220) Kozak FK, Hall JG, Baird PA. Familial breast cancer in males. A case report and review of the literature. Cancer 1986 ; 58(12):2736-2739.
(221) Tai YC, Domchek S, Parmigiani G, Chen S. Breast cancer risk among male BRCA1 and BRCA2 mutation carriers. J Natl Cancer Inst 2007 ; 99(23):1811-1814.
(222) Hultborn R, Hanson C, Kopf I, Verbiene I, Warnhammar E, Weimarck A. Prevalence of Klinefelter's syndrome in male breast cancer patients. Anticancer Res 1997 ; 17(6D):4293-4297.
(223) Hsing AW, McLaughlin JK, Cocco P, Co Chien HT, Fraumeni JF, Jr. Risk factors for male breast cancer (United States). Cancer Causes Control 1998 ; 9(3):269-275.
(224) Misra SP, Misra V, Dwivedi M. Cancer of the breast in a male cirrhotic : is there an association between the two ? Am J Gastroenterol 1996 ; 91(2):380-382.
(225) Sorensen HT, Friis S, Olsen JH, Thulstrup AM, Mellemkjaer L, Linet M et al. Risk of breast cancer in men with liver cirrhosis. Am J Gastroenterol 1998 ; 93(2):231-233.
(226) Lenfant-Pejovic MH, Mlika-Cabanne N, Bouchardy C, Auquier A. Risk factors for male breast cancer : a Franco-Swiss case-control study. Int J Cancer 1990 ; 45(4):661-665.
(227) Olsson H, Alm P, Aspegren K, Gullberg B, Jonsson PE, Ranstam J. Increased plasma prolactin levels in a group of men with breast cancer—a preliminary study. Anticancer Res 1990 ; 10(1):59-62.
(228) Friedman LS, Gayther SA, Kurosaki T, Gordon D, Noble B, Casey G et al. Mutation analysis of BRCA1 and BRCA2 in a male breast cancer population. Am J Hum Genet 1997 ; 60(2):313-319.
(229) Mavraki E, Gray IC, Bishop DT, Spurr NK. Germline BRCA2 mutations in men with breast cancer. Br J Cancer 1997 ; 76(11):1428-1431.
(230) Kwiatkowska E, Teresiak M, Filas V, Karczewska A, Breborowicz D, Mackiewicz A. BRCA2 mutations and androgen receptor expression as independent predictors of outcome of male breast cancer patients. Clin Cancer Res 2003 ; 9(12):4452-4459.
(231) Struewing JP, Brody LC, Erdos MR, Kase RG, Giambarresi TR, Smith SA et al. Detection of eight BRCA1 mutations in 10 breast/ovarian cancer families, including 1 family with male breast cancer. Am J Hum Genet 1995 ; 57(1):1-7.
(232) Borgen PI, Wong GY, Vlamis V, Potter C, Hoffmann B, Kinne DW et al. Current management of male breast cancer. A review of 104 cases. Ann Surg 1992 ; 215(5):451-457.
(233) Ewertz M, Holmberg L, Tretli S, Pedersen BV, Kristensen A. Risk factors for male breast cancer—a case-control study from Scandinavia. Acta Oncol 2001 ; 40(4):467-471.
(234) Burga AM, Fadare O, Lininger RA, Tavassoli FA. Invasive carcinomas of the male breast : a morphologic study of the distribution of histologic subtypes and metastatic patterns in 778 cases. Virchows Arch 2006 ; 449(5):507-512.
(235) Donegan WL. Cancer of the breast in men. CA Cancer J Clin 1991 ; 41(6):339-354.
(236) Donegan WL. Cancer of the male breast. J Gend Specif Med 2000 ; 3(4):55-58.
(237) el Hajjam M, Khaiz D, Benider A, Lakhloufi A, Abi F, Kahlain A et al. [Cancer of the breast in men. Apropos of 50 cases]. J Chir (Paris) 1995 ; 132(3):131-136.
(238) Hodson GR, Urdaneta LF, Al Jurf AS, Jochimsen PR. Male breast carcinoma. Am Surg 1985 ; 51(1):47-49.
(239) Andre S, Fonseca I, Pinto AE, Cardoso P, Pereira T, Soares J. Male breast cancer—a reappraisal of clinical and biologic indicators of prognosis. Acta Oncol 2001 ; 40(4):472-478.
(240) Stranzl H, Mayer R, Quehenberger F, Prettenhofer U, Willfurth P, Stoger H et al. Adjuvant radiotherapy in male breast cancer. Radiother Oncol 1999 ; 53(1):29-35.
(241) Bagley CS, Wesley MN, Young RC, Lippman ME. Adjuvant chemotherapy in males with cancer of the breast. Am J Clin Oncol 1987 ; 10(1):55-60.
(242) Cutuli B, Lacroze M, Dilhuydy JM, Velten M, De Lafontan B, Marchal C et al. Male breast cancer : results of the treatments and prognostic factors in 397 cases. Eur J Cancer 1995 ; 31A(12):1960-1964.
(243) Meguerditchian AN, Falardeau M, Martin G. Male breast carcinoma. Can J Surg 2002 ; 45(4):296-302.
(244) Salvadori B, Saccozzi R, Manzari A, Andreola S, Conti RA, Cusumano F et al. Prognosis of breast cancer in males : an analysis of 170 cases. Eur J Cancer 1994 ; 30A(7):930-935.
(245) Giordano SH, Cohen DS, Buzdar AU, Perkins G, Hortobagyi GN. Breast carcinoma in men : a population-based study. Cancer 2004 ; 101(1):51-57.
(246) Guinee VF, Olsson H, Moller T, Shallenberger RC, van den Blink JW, Peter Z et al. The prognosis of breast cancer in males. A report of 335 cases. Cancer 1993 ; 71(1):154-161.
(247) Pich A, Margaria E, Chiusa L. Proliferative activity is a significant prognostic factor in male breast carcinoma. Am J Pathol 1994 ; 145(2):481-489.
(248) Pich A, Margaria E, Chiusa L, Ponti R, Geuna M. DNA ploidy and p53 expression correlate with survival and cell proliferative activity in male breast carcinoma. Hum Pathol 1996 ; 27(7):676-682.
(249) Pich A, Margaria E, Chiusa L, Candelaresi G, Dal Canton O. Androgen receptor expression in male breast carcinoma : lack of clinicopathological association. Br J Cancer 1999 ; 79(5-6):959-964.
(250) Rayson D, Erlichman C, Suman VJ, Roche PC, Wold LE, Ingle JN et al. Molecular markers in male breast carcinoma. Cancer 1998 ; 83(9):1947-1955.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.