» COEUR Troubles du rythme et autres anomalies ECG Extrasystolie Supraventriculaire

Extrasystolie Supraventriculaire


Extrasystolie atriale  : par présence d'un foyer automatique anormal, soit d'une zone de réentrée. L’activité auriculaire prématurée, non sinusale, originaire de l’oreillette droite ou gauchen dépolarise le muscle auriculaire de proche en proche et descend habituellement par voie antérograde, via le nœud AV et le faisceau de His, vers les ventricules.
Elle est asymptomatique dans la majorité des cas et découverte soit par hasard, soit à l’occasion du bilan d’une cardiopathie, sinon palpitations désagréables (liées à la systole compensatoire qui déplace plus de sang que d’habitude). Les ESA sont fréquentes et bénignes chez le sujet sain. Leur incidence augmente avec l’âge (quasi constantes après 60 ans). Si elles surviennent sur cardiopathie ou si elles sont polymorphes et à couplage court, elles exposent à une arythmie auriculaire en salves ou soutenue (tachycardie atriale, flutter et fibrillation auriculaire).
ECG : L’extrasystole apparaît sous forme d’ondes P prématurées, de morphologie différente (onde P’). des ondes P sinusales, sauf si elle naît à proximité du nœud sinusal. L’intervalle P’-R est ≥ à l’intervalle P-R en rythme sinusal ou plus court si l’ESA naît dans l’oreillette droite basse ou près du sinus coronaire. Le complexe QRS conduit est généralement identique aux QRS de base.
Certaines ESA conduites précocement peuvent entraîner un bloc AV partiel (PR long) ou complet (onde P’ bloquée) si elles arrivent dans le nœud AV au cours de sa période réfractaire. Elles peuvent aussi entraîner un bloc de branche par un phénomène d’aberration ventriculaire.
Certaines ESA surviennent de façon régulière tous les deux ou trois complexes P-QRS ; on parle d’ESA bigéminées ou trigéminées. Lorsque le couplage est variable, qu’il y a une fusion et/ou que les intervalles interectopiques ont un dénominateur commun, il faut évoquer une parasystolie
Lorsque l’extrasystole est très prématurée, ou en présence de troubles de conduction associés, elle est suivie de complexes ventriculaires anormaux (on parle de bloc de branche fonctionnel) ou absents (on parle d’onde P prématurée bloquée). La pause qui suit l’extrasystole est habituellement décalante. Les extrasystoles atriales peuvent être groupées en salves.
Evolution  : imprévisible, intermittent ou permanent, isolé ou précurseur de tachycardie atriale.
Traitement souvent inutile, tous les anti-arythmiques sont efficaces.




http://spiral.univ-lyon1.fr/polycops/
http://www.ecglibrary.com/apb.html



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.