» COEUR Troubles du rythme et autres anomalies ECG Fibrillation et flutter ventriculaire

Fibrillation et flutter ventriculaire


 
Fibrillation ventriculaire  : excitation très rapide et désordonnée des ventricules, par mécanisme de réentrée avec arrêt cardio-circulatoire immédiat par perte de fonction contractile ventriculaire (perte de connaissance ou décès).
Une FV démarre comme une salve de tachycardie ventriculaire rapide et régulière qui se fragmente ensuite en de multiples ondelettes de réentrée. Ce trouble du rythme fatal complique généralement une extrasystolie maligne ou une tachycardie ventriculaire, au cours d’un événement cardiologique aigu (infarctus, myocardite) ou une cardiopathie préexistante structurelle (insuffisance coronaire, cardiomyopathie, DVDA) ou non (syndrome du QT long, syndrome de Brugada, syndrome du QT court, FV idiopathique).
La première cause est la présence d'une cardiopathie ischémique, sinon peut compliquer toute cardiopathie, voire survenir chez un sujet sans cardiopathie (exceptionnel). Dans tous les cas, un facteur d'appoint (hypokaliémie ou surdosage digitalique) doit être recherché.
A l’ECG : aspect totalement désordonné du tracé électrique, sans complexes QRS nets.
Evolution : Lorsque le premier épisode a pu faire l'objet d'une réanimation efficace, le risque est celui d'un décès subit par récidive. Ce risque, d'autant plus élevé qu'existe une altération de la fonction ventriculaire gauche, reste notable dans tous les cas, sauf lorsqu'une cause aiguë curable a pu être établie. Des tachycardies ventriculaires peuvent compliquer l'évolution de ces patients même lorsque la première manifestation clinique a été une fibrillation ventriculaire.
Le seul traitement est le choc électrique externe et les manœuvres de réanimation. A plus long terme, la prévention des récidives s'appuie sur la prescription de médicaments antiarythmiques de classe I, de classe III, ou de ß bloquants. L'implantation d'un défibrillateur implantable est indiquée chez la majorité des patients.
 
Flutter ventriculaire  : Tachycardie ventriculaire monomorphe très rapide où les complexes ventriculaires sont relativement similaires et ondulent sous forme sinusoïdale à plus de 250/mn.
Ce trouble du rythme en rapport avec une réentrée est observé généralement sur cœur ischémique. Il est mal toléré sur le plan hémodynamique et dégénère rapidement en fibrillation ventriculaire.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.