» GLANDES SALIVAIRES Adénocarcinome

Adénocarcinome


Adénocarcinome (7 ;29) : Age : adulte 10-93 ans (58 ans) Taille : entre 2 à 8 centimètres Sexe : 0,9. Deuxième cancer en fréquence après le carcinome muco-épidermoïde : 9% de toutes les tumeurs et 17% des lésions malignes.
Clinique : le plus souvent lésion isolée, asymptomatique, possibilité de douleur ou paralysie faciale. A peu près la moitié sont fixés à la peau ou aux structures profondes. Dans les glandes mineures, lésions souvent ulcérées (1/3) envahissant l'os sous-jacent dans 1/4 des cas.
Topographie  : 60% glandes majeures, 40% glandes mineures (à peu près 50% dans la parotide).
Macroscopie : lésion le plus souvent infiltrante, avec remaniements nécrotico-hémorragiques.
Histologie : grande variété architecturale, solide, tubules, cordons, travées avec dans tous les cas formation de glandes ou canaux. Stroma très variable parfois colloïde, infiltration du tissu adjacent, perméations vasculaires et périnerveuses.
Possibilité de structure kystiques dont le revêtement peut-être papillaire et qui sont minoritaires (diagnostic différentiel cystadénocarcinome). Possibilité de cellules claires et, cellules mucineuses, ou oncocytaires. Dans les adénocarcinomes de faible grade, peu d'atypies, peu de mitoses, structures glandulaires évidentes.
Dans les autres adénocarcinomes de haut grade, atypies cytonucléaires marquées, mitoses + +, différenciation tubulo-glandulaires peu évidentes.
C'est par définition un diagnostic d'exclusion (il faut éliminer tous les types spécifiques de carcinomes des glandes salivaires), et il faut exclure la possibilité de métastases d'un adénocarcinome. Images  : #1, fig 6 = actine
Immunohistochimie : actine lisse -, calponine - (25) , CK7+/CK20- (Mod Pathol 2004 ;17:407), positivité de : EGFR, CK18, HER2
Biologie moléculaire : amplification de EGFR et Her2, rare mutation de KRAS (Arch Pathol Lab Med 2000 ;124:836)
Pronostic  : pas d'accord sur l'importance du grading. La localisation orale semble avoir un meilleur pronostic que parotide ou sous-maxillaires.


(4) Ellis GL, Auclair PL. Tumors of the salivary glands. Third series ed. Washington : Armed Forces Institute of Pathology, 1995.

(25) Prasad AR, Savera AT, Gown AM, Zarbo RJ. The myoepithelial immunophenotype in 135 benign and malignant salivary gland tumors other than pleomorphic adenoma. Arch Pathol Lab Med 1999 ; 123(9):801-806.

http://www.pathologyoutlines.com/topic/salivaryglandsadenocarcinomaNOS.html


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.