» ONGLE SYNDROME DES ONGLES JAUNES

SYNDROME DES ONGLES JAUNES


Syndrome des ongles jaunes,
de Samman-White qui associe :
- des ongles jaunes ou verts de croissance lente, dystrophiques, épaissis avec onycholyse, des crêtes transverses, une perte de la cuticule avec ralentissement de la pousse de l’ongle, tablette unguéale très dure et accentuation des courbures de l’ongle.
- un lymphoedème symétrique (80% des cas), ne prenant pas le godet, plutôt des membres <, parfois des mains, visage, organes génitaux externes, qui apparaît après l’atteinte unguéale. Ce lymphœdème se révèle dans l’enfance ou chez l’adulte jeune. Il est souvent discret, limité aux chevilles
- un épanchement pleural (signe le moins fréquent), uni- ou bilatéral, qui récidive après draînage, sous forme d’exsudats riches en protéines (>3.0 g/dL) et LDH (>200 IU/L) et < 1000 leucocytes/mm3.
- possibilité de bronchectasies, bronchite chronique et sinusite.
Des maladies associées sont rapportées : polyarthrite rhumatoïde, cancer, maladie de Waldenström ou dysglobulinémie, dysthyroïdie, atteinte rénale.
Devant un lymphœdème, le syndrome des ongles jaunes ne doit pas être diagnostiqué abusivement. En effet, il est habituel qu’un lymphœdème chronique induise une modification de l’aspect des ongles incluant une teinte jaune discrète, un épaississement de l’ongle avec ralentissement de la pousse.

Le Traitement associe une pleurodèse (instillation d’un agent sclérosant dans l’espace pleural), des shunts pleuro-péritonéaux ou une pleurectomie.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.