» Biologie et génétique Troubles du métabolisme LIPOFUCHSINOSE

LIPOFUCHSINOSE


Les lipofuscinoses céroïdes neuronales  ou maladie de Batten sont une des thésaurismoses les plus fréquentes, avec neurodégénérescence (épilepsie, démence, perte de vision atrophie cérébrale). Ce sont des pathologies autosomiques récessives caractérisées par l’accumulation de lipopigments autofluorescents dans les lysosomes des neurones, d’autres cellules des systèmes nerveux central et périphérique, et dans les viscères. Prédomine au nord de l'Europe et Canada, incidence de 2-4 10-5.
 
CLN1, infantile ou de type Santavuori-Haltia (23% des cas), déficit en palmitoyl protéine thioestérase (PPT) avec accumulation de sapsosines A et D dans les lysosomes, gène en 1p32, incidence élevée en Finlande (1/20000 et de 1/70 pour les porteurs)
Phénotype infantile : Retard de croissance, hypotonie, hyperexcitabilité, troubles cognitifs, cécité (vers 2 ans), ataxie, spasticité, myoclonies (vers 3 ans), décès entre 6-13 ans
Phénotype infantile tardif : déclin cognitif, épilepsie, cécité entre 1.5-3.5 ans, ataxie, décès entre 10-13 ans
Le LCR est normal, pas d’altération de l’EMG ni des vitesses de conduction nerveuse. On ne trouve pas de lymphocytes vacuolés dans le sang circulant, ni d’anomalies squelettiques à la radiographie. Le tracé de l’ERG est toujours anormal et plat, même chez les patients qui ont un fond d’oeil apparemment normal. L’IRM montre une atrophie cérébrale et cérébelleuse.
Il est possible de voir des zones hypodenses dans la région thalamique et des signaux hyperintenses dans la substance blanche périventriculaire. À l’EEG, il existe une diminution d’amplitude des ondes, mais surtout une réponse anormale aux stimulations photopiques.
La surcharge est soudanophile, éosinophile et granulaire en HE, PAS +++, autofluorescence en lumière jaune, immunoréactivité avec les Ac anti-SAP ou anti-sousunité C de lATP synthétase mitochondriale. La surcharge touche les cellules du système nerveux, neurones, macrophages, cellules gliales ; non nerveuses, lymphocytes circulants, cellules endothéliales, musculaires lisses, cardiaques et striées, cellules myoépithéliales des glandes sudoripares, cellules tubulaires rénales, macrophages tissulaires ; dans le placenta, les cellules des villosités choriales ou les cellules amniotiques dans les formes juvéniles.
Une nouvelle forme de céroïde lipofuscinose vient d’être identifiée, sur la base des critères histologiques, la northern epilepsy, qui est une épilepsie myoclonique progressive à début infantile pouvant évoluer durant plusieurs décennies ; dans ce syndrome, il existe une surcharge LFB et PAS positive, autofluorescente en lumière ultraviolette, immunomarquée par les anticorps anti-sous-unité C et SAP, et qui en ultrastructure se présente comme composée d’éléments curvilinéaires et granulaires.
 
Phénotype juvénile : troubles visuels ou de l'apprentissage entre 5-7 ans,
Phénotype adulte : début à la 3ème décennie, symptômes psychiatriques et déclin cognitif, ataxie, parkinsonisme, atrophie du nerf optique, espérance de vie de 45 ans
Imagerie  : discrète atrophie cérébrale et cérebelleuse après 4 ans,
Histologie : perte neuronale corticale
 
 
CLN2 ou infantile tardive de type Jansky-Bielschowsky, déficit en tripeptidyl peptidase 1, gène en 11p15.5, prévalence de 0.6-0.7 10-6 (35%)
Phénotype infantile tardif : début entre 2-4 ans, déclin cognitif, épilepsie (crises qui augmentent rapidement en fréquence et se révèlent intraitables (convulsions tonicocloniques généralisées, myoclonies, crises atoniques)), dont les conséquences sont une ataxie avec des troubles de la coordination, signes extrapyramidaux et pyramidaux, myoclonies, cécité entre 4-6 ans (dégénérescence maculaire puis atrophie optique), décès durant la seconde décennie après décérébration.
Phénotype juvénile : début entre 6-8 ans, déclin cognitif progressif, épilepsie, ataxie, troubles moteurs, perte variable de vision, Survie possible jusqu'à 40 ans
Imagerie  : atrophie progressive surtout infratentorielle. L’ERG est plat.
 
CLN3 ou adulte de type Spielmeyer-Sjögren, gène localisé en 16p12.1, incidence de 7 10-5 en Islande
Perte progressive de la vue entre 4-7 ans, avec cécité en 2-10 ans, troubles de la parole, déclin cognitif, épilepsie, symptômes psychiatriques dans 74% des cas, voire agressivité, ; parkinsonisme, myoclonies, troubles du sommeil, symptômes pyramidaux, extrapyramidaux, cérebelleux. Au stade terminal, le patient est aveugle, paralysé et dément.
Forme prolongée : uniquement cécité vers 40 ans
Imagerie : atrophie du SNC après 15 ans
Histologie : lymphocytes vacuolés, nécrose sélective des cellules stellaires des couches 2 et 3 et des cellules pyramidales de la couche n°5.
 
CLN4 ou adulte de type maladie de Kufs (parfois hérédité dominante) début parfois vers 11 ans, le plus souvent vers 30 ans
Type A : épilepsie myoclonique progressive, démence, ataxie, signes pyramidaux et extrapyramidaux.
Type B : troubles du comportement, démence, troubles moteurs, ataxie, signes extrapyramidaux et suprabulbaires,peut commencer après 50 ans
 
CLN5 ou forme infantile tardive ou finlandaise : début vers 4.5-7 ans, maladresse motrice, similaire au CLN2 mais d'évolution plus lente, décès dans 2ème ou 3ème décennies, gène en13q21.1-q32
Histologie : perte neuronale du néocortex et cervelet, surtout des couches III et V, gliose extensive, perte quasi totale des cellules de Purkinje avec gliose
CLN6 ou variante infantile tardive/juvénile précoce (maladie de Lake Cavanagh), gène en 15q21-q23
début entre 18 mois et 8 ans, perte visuelle, épilepsie, imite une CLN2, perte de motricité entre 4-10 ans, décès dans 2ème et 3ème décennies.
Imagerie : atrophie marquées du SNC
Histologie : perte neuronale surtout de la couche V
 
CLN7 variante infantile tardive turque : début entre 3 et 7.5 ans, perte visuelle progressive, dysarthrie, épilepsie, déclin cognitif, ataxie, myoclonies
 
CLN8 variante infantile tardive turque et épilepsie nordique, épilepsie vers 5-10 ans, troubles moteurs modérés, retard mental lentement progressif, parfois vision normale, survie possible jusqu'à 60 ans. Gène en 8p23
NB : dans toutes les CLN sauf type 1, accumulation de la sous-unité C de l'ATP synthétase mitochondriale dans les lysosomes (codée par 2 gènes en 17 et 12).
Traitement : non spécifique.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.