» URETERE NORMAL

NORMAL


Anatomie normale : L’uretère est un tube musculaire long (25 à 30 cm) et étroit qui véhicule l’urine du rein à la vessie ; sa paroi est formée de trois couches : une muqueuse, une musculeuse et une adventice
. la muqueuse comprend un épithélium particulier appelé urothélium et un chorion aglandulaire conjonctivo-élastique ; elle est plissée à l’état vacant, dessinant une lumière canalaire étoilée en coupe transversale, ce qui permet sa dilatation lors du passage de l’urine
. la musculeuse est formée de deux couches de fibres musculaires lisses dans la partie proximale de l’uretère (comme dans la paroi du bassinet) : une couche longitudinale interne et une couche circulaire externe ; dans le 1/3 terminal de son trajet, elle s’enrichit d’une couche supplémentaire formée de fibres musculaires longitudinales ; dans les trois couches, les fibres musculaires sont groupées en faisceaux séparés par des travées conjonctives épaisses ; des mouvements péristaltiques, sous contrôle nerveux végétatif, assurent la progression de l’urine
. l’adventice a la structure classique de tissu conjonctif lâche contenant des vaisseaux et des nerfs ; elle contient de nombreuses fibres élastiques.
L’urothélium tapisse la muqueuse des calices, du bassinet, de l’uretère et de la vessie ; c’est un épithélium pluristratifié particulier, appelé parfois épithélium de transition, qui est polymorphe c.à.d. qu’il change d’aspect en fonction de l’état de vacuité ou de réplétion des voies urinaires :
- dans l’état de vacuité, il comprend une assise profonde dense de petites cellules cubiques serrées les unes contre les autres, une couche moyenne de cellules dites "en raquette" avec un pôle apical convexe et un pôle basal effilé, et une assise superficielle de cellules cubiques ou prismatiques souvent binucléées
- dans l’état de réplétion, l’épithélium s’étire et devient moins épais ; les cellules changent de forme et glissent les unes par rapport aux autres ; l’assise basale est moins dense car les cellules sont plus étalées ; les cellules en raquette de la couche moyenne se sont transformées en cellules pavimenteuses ainsi que les cellules de l’assise superficielle.
La surface de l’urothélium est recouverte d’une sorte de cuticule protégeant l’épithélium des substances toxiques contenues dans l’urine ; cette cuticule se présente sous forme de plaques articulées rigides et épaisses séparées par de petites zones plasmatiques* "charnière" ; quand l’épithélium se plisse à la manière d’un accordéon, les zones charnières s’enfoncent sous forme de fentes entre les cellules épithéliales
* à leur niveau, des complexes de jonction empêchent la pénétration de l’urine dans la paroi
Images : #0, #1, #2
 


Nb. Durant une cathétérisation ou une endoscopie, possibilité de libérer de petits amas d’aspect papillaire car la muqueuse forme des plis, ceci ne doit pas âtre confondu avec un carcinome urothélial papillaire, en cytologie.


 


Pseudopolype de l’uretère, macroscopie : pseudopolype de l'uretère



http://spiral.univ-lyon1.fr/polycops/HistologieFonctionnelleOrganes/FrameAccueil.html
http://137.222.110.150/calnet/renal2/renal2.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Ureter
http://www.kumc.edu/instruction/medicine/anatomy/histoweb/urinary/urinary.htm



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.