» PERITOINE Pseudotumeurs

Pseudotumeurs



Pseudotumeurs des séreuses
Lésions granulomateuses :
Vernix caseosa peritonitis : suite à une césarienne, passage de fluide amniotique dans la cavité abdominale ( contient de la bile , du méconium, des cellules squameuses et du lanugo) aboutissant à une péritonite granulomateuse avec des granulomes organisés autour de cellules squameuses anucléées (10 ;11)
 Péritonite méconiale chez le nouveau-né suite à une perforation intestinale (incidence de 1/30000), celle-ci aboutit plus à des calcifications qu'à une réaction granulomateuse, avec possibilité de périorchite ou masse paratesticulaire si atteinte de la vaginale (10). Elle fait suite à : ischémie, atrésie, travées fibreuses, maladie de Hirschprung, hernie interne, iléus méconial, sténose, volvulus ou idiopathique. Présente avec détresse foetale, polyhydramnios, distension abdominale ou masse, rechercher une muscoviscidose (Pediatr Surg Int 2003 ;19:75). L'échographie prénatale montre un grêle dilaté, un polyhydramnios, des calcifications intra-abdominales (Prenat Diagn 2005 ;25:676)
Macroscopie : péritonite organisée avec fibrose, calcifications, adhérences intestinales denses, parfois pseudokyste méconial


Images macroscopiques
Images histologiques


Diagnostic différentiel : péritonite de Vernix caseosa avec exsudat épais couvrant les viscères après une césarienne


Péritonite méconiale chez le nouveau-né suite à une perforation intestinale, celle-ci aboutit plus à des calcifications qu’à une réaction granulomateuse, avec possibilité de périorchite ou masse paratesticulaire si atteinte de la vaginale (10).
Granulomes à kératine suite à une rupture de kyste dermoïde (A noter la possibilité de gliomatose péritonéale en association avec des tératomes ovariens), ou provenant d’un adénocarcinome endométrioïde avec métaplasie squameuse ou d’un adénomyome polypoïde atypique, cela peut aboutir à une réaction intense confondue avec une extension tumorale +/- massive. Ces granulomes doivent être prélevés extensivement pour exclure des cellules néoplasiques viables résiduelles, ils n’ont pas d’intérêt pronostique.
Granulomes à corps étranger : amidon (PAS +, croix de malte en lumière polarisée), talc (a été décrit chez des drogués), matériel huileux de contraste de radiologie pour hystérosalpingographie ou des restes alimentaires si perforation intestinale.
Nodules pseudoxanthomateux nécrotiques : stade terminal d’endométriose ou réponse à une rupture de kyste endométriosique avec un centre nécrotique entouré" d’histiocytes spumeux en palissade.
- lésions histiocytaires non granulomateuses
des proliférations histiocytaires diffuses ont été décrites dans plusieurs contextes :
a) histiocytes contenant des céroïdes secondaires à une endométriose ou à une réaction déciduale
b) histiocytes contenant de la mélanine soit dans le cadre d’un tératome rompu ou non, soit associé à un kyste de duplication entérique (Jung).
c) Granulomes à la PVP : Cette lésion survient après injection locale de médicaments contenant de la PVP qui est stockée dans les histiocytes qui forment des travées et des ïlots de cellules dont le cytoplasme vacuolisé apparaït bleu-gris sur l’HES. La substance de fond est myxoïde et riche en matériel accumulé. Ce matériel étranger est coloré par le mucicarmin et le rouge Congo, mais pas par le bleu Alcian, ni le Giemsa. Localisation ubiquitaire y compris les ganglions pelviens et l’épiploon. Cette lésion peut être confondue avec un liposarcome myxoïde ou un carcinome à cellules "en bague à chaton".
- Endosalpingiose (12) : Dans le péritoine ou ganglions pelviens ou para aortiques (peut se présenter sous forme de calcifications, adénopathies ou psammomes dans le liquide de cul de sac). En histologie : glandes tubulaires +/- dilatées avec occasionnelles papilles intraluminales, bordées de cellules cylindriques ciliées et sécrétoires non ciliées dans un stroma sous mésothélial pouvant s’étendre à la paroi du tube digestif, psammomes assez fréquents.
- Déciduale ectopique (12) : Peut se voir chez la femme enceinte, dans le stroma sous mésothélial du péritoine pelvien, de l’épiploon, surtout dans l’iléon terminal (Arch Pathol Lab Med 2010 ;134:378), possibilité d’obstruction, saignement marqué. Parfois formation de lésions florides péritonéales sous forme de nodules gris ou blancs, focalement hémorragiques ou de plaques. Les cellules déciduales à cytoplasme abondant éosinophile sont soit isolées, soit en plaques ou nodules, parfois mêlées à des cellules musculaires lisses. L’hémorragie focale, la nécrose et un certain degré de polymorphisme peuvent faire évoquer une tumeur maligne (12).


Diagnostic différentiel  : carcinome métastatique, mésothéliome déciduoïde, tumeur trophoblastique du site placentaire.


 


Fibrose séreuse : la péritonite sclérosante, rare, se caractérise par un épaississement fibreux diffus péritonéal qui peut engainer le grêle, et épargne le rétropéritoine, ceci a été décrit de façon idiopathique chez la jeune fille, secondaire à une dialyse péritonéale ambulatoire, des bêtabloquants, cirrhose, chirurgie abdominale, tuberculose abdominale,  rupture  de kyste dermoïde, endométriose, fièvre méditerranéenne, corps étrangers fibrogènes, malignité du TD, chimiothérapie intrapéritonéale, transplantation hépatique,  deficit en protéine S, péritonite récidivante, sarcoïdose, valve de Le Veen, thécome lutéinisé (associé à une ascite, bilatéralité, atteinte corticale nodulaire et mitoses nombreuses) (13). Parfois la fibrose réactionnelle est nodulaire. Ces fibroses contiennent des cellules fusiformes qui sont vimentine +, actine +, CK + et correspondant à des cellules sous mésothéliales totipotentielles, les critères de diagnostic différentiel sont les mêmes que pour la pleurésie fibreuse versus le mésothéliome desmoplasique. Des pleurésies fibreuses +/- calcifiées se développent dans des contextes d’asbestose, silicose ou autre pneumoconiose, de connectivites (pneumonie d’hypersensibilité, PCE), de pneumonies bactériennes (surtout après empyème). Après dialyse péritonéale ambulatoire continue (21), on note une opacification qui peut aller jusqu’à la péritonite sclérosante, Image clinique.


Endométriose péritonéale : Imagerie : http://www.gfmer.ch/selected_images_v2/detail_list.php?cat1=18&cat2=107&cat3=762&cat4=1&stype=n
Laparoscopie : http://www.gfmer.ch/selected_images_v2/detail_list.php?cat1=18&cat2=107&cat3=762&cat4=7&stype=n
Macroscopie : http://www.gfmer.ch/selected_images_v2/detail_list.php?cat1=18&cat2=107&cat3=762&cat4=2&stype=n



(10) Clement PB. Reactive tumor-like lesions of the peritoneum. Am J Clin Pathol 1995 ; 103(6):673-676.

(11) George E, Leyser S, Zimmer HL, Simonowitz DA, Agress RL, Nordin DD. Vernix caseosa peritonitis. An infrequent complication of cesarean section with distinctive histopathologic features. Am J Clin Pathol 1995 ; 103(6):681-684.

(12) Thor AD, Young RH, Clement PB. Pathology of the fallopian tube, broad ligament, peritoneum, and pelvic soft tissues. Hum Pathol 1991 ; 22(9):856-867.

(13) Clement PB, Young RH, Hanna W, Scully RE. Sclerosing peritonitis associated with luteinized thecomas of the ovary. A clinicopathological analysis of six cases. Am J Surg Pathol 1994 ; 18(1):1-13.


 


(21)  Dobbie JW. Pathogenesis of peritoneal fibrosing syndromes (sclerosing peritonitis) in peritoneal dialysis. Perit Dial Int 1992 ; 12(1):14-27.


 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.