» CANAL ANAL Proctite

Proctite


Proctite  : inflammation rectale, aiguë ou chronique limitée au rectum, iatrogénique (antibiotiques, RTE), MST (gonorrhée et chlamydia, parfois Lymphogranulome vénérien, Donovanose, chancroïde ou herpes (voir pénis faire lien pour chaque entité)), colite ato-immune comme le Crohn ou RCUH, instrumentation/traumatisme rectal, maladie cœliaque.
Histologie  : inflammation aiguë du chorion, abcès cryptiques éosinophiles, œdème endothélial des artérioles. Evolution possible vers une fibrose et endartérite des artérioles, avec ischémie et friabilité muqueuse, saignements, ulcérations, sténoses, fistules.
Dans la donovanose : les nodules inflammatoires et fibrose cicatrisante et sténosante peuvent imiter un lymphogranulome vénérien, en histologie acanthose + hyperplasie pseudo-épithéliomateuse, , chorion inflammatoire avec histiocytes (contenant des corps de Donovan (amas arrondis de bacilles) et plasmocytes. Les ulcères chancroïdes présentent 3 couches : en surface de la fibrine + GR + PN + nécrose + bacilles, couche intermédiaire vasculaire et oedémateuse, couche profonde = infiltrat inflammatoire mixte. Endoscopie
En post-radique : ténesmes, diarrhées, dans la forme chronique (des mois ou années plus tard) ténesmes, saignement, diarrhées de faible volume, douleurs rectales. Endoscopie : #0, #1, #2
Diagnostic différentiel : Fistules et fissures anales, Herpes Simplex, SIDA, Chancroïde, colite idiopathique, Clostridium difficile, Diverticulose, Lymphogranulome vénérien, Syphilis, Gonorrhée, Vulvovaginite, corps étranger, Rectum, proctite traumatique, infections ( shigellose, amibiase)
Traitement : selon l'étiologie, bains de siège, antispasmodiques, Steroïdes locaux si proctite ulcérative, Céftriaxone et doxycycline si gonorrhée, Acyclovir si herpès, Tétracycline / doxycycline si chlamydia, ampicilline / tétracycline, ciprofloxacine, Bactrim si Shigella, métronidazole (Flagyl) /iodoquinol si amibiase, métronidazole (Flagyl) / vancomycine per os si C difficiles
 
Maladie de Crohn (voir grêle) : Atteinte anale dans 25% ou plus des Crohn du grêle et 75% de ceux du colon
Clinique : fissures, fistules, ulcères, abcès qui ne sont pas des signes de présentation, cancérisation tardive possible, on pense au Crohn si sujet jeune sans autre cause de fissure ou fistule, rechercher des fistules internes assez spécifiques. Endoscopie : Forme Minime, Modérée, Sévère, Fistules, Sténoses
Histologie : petits granulomes non nécrosants sous-muqueux ; les cellules géantes multinucléées peuvent manquer
Diagnostic différentiel : tuberculose disséminée (granulomes caséeux, BAAR, cultures positives), granulomes à corps étrangers.
 
RCUH : 10% ont des lésions anales, avec fissures dorsales médianes, excoriation cutanée, abcès péri-anaux ou ischiorectaux, fistule rectovaginale. Endoscopie : forme Minime, Modérée, Cicatricielle


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.