» GLANDES SALIVAIRES Oncocytome (Adénome oncocytaire)

Oncocytome (Adénome oncocytaire)


Oncocytome (7 ;29 ;48-50) (Archives 2003 ;127:e53) : 1-2% des néoplasmes salivaires. Age : > 50 ans. Rares si < 50 ans. Taille : 1 à 7 centimètres (3,5 centimètres).
Prédominance féminine dans les formes à cellules claires. Topographie : le plus souvent parotide (85 à 90%), que sinon sous-maxillaire. Tumeur rare dans les glandes mineures.
Près de 20% ont des antécédents de RTE (survient alors 20 ans plus tôt).
Clinique  : Tuméfaction le plus souvent indolore, bilatérale et multifocale dans à peu près peu 7% des cas.
Imagerie
Macroscopie : nodule bien limité, encapsulé, rouge brun, parfois kystisé, de 1 à 7 cm (moyenne de 3 à 4 cm).
Histologie. Les oncocytes sont des grandes cellules polygonales à limites nettes, à cytoplasme abondant, éosinophile, finement granulaire (architecture solide ou trabéculaire). Noyaux ronds , petit nucléole. Il existe une certaine variation de taille cellulaire et nucléaire. L'oncocytome est entouré par une fine capsule (pas dans l'hyperplasie oncocytaire). Agencement organoïde, avec amas centrés parfois par une petite lumière, voire des kystes. La vascularisation est abondante fine.
Possibilité d'un infiltrat lymphoïde : rarement métaplasie squameuse surtout si antécédents de cytoponction. Images : #2 ; #3, #4, #5, #6, #7
Parfois cellules claires par accumulation de glycogène qui peuvent prédominer : oncocytome à cellules claires.
NB : le PTAH est fréquemment positif dans les oncocytes.
Cytologie : amas de grandes cellules polygonales à cytoplasme éosinophile granulaire, noyaux centraux ou excentrés, à nucléole distinct, possibilité d’anisonu­cléose. L'adénome oxyphile doit être distingué cytologiquement de l'adénolymphome et de la tumeur à cellules acineuses. Image
Immunohistochimie  : positivité de : PTAH, CK5/6, CK8/18, CK10/13, EMA, p63 (Head Neck Pathol 2007 ;1:123) Ac anti mitochondrial, CK7+, négativité de : CK20, ACE, , actine lisse -, calponine – (25).
Diagnostic différentiel : ; se différencie de l'oncocytose, multinodulaire, parfois diffuse, pas de nodule bien identifié
Pronostic : bon mais risque faible de récidive (de 0 à 30 pour cent selon les séries). Le facteur principal étant le caractère multifocal et l'exérèse incomplète. Le polymorphisme nucléaire ou l'infiltration tumorale ne semblent pas jouer un rôle pronostic.
http://www.pathologyoutlines.com/topic/salivaryglandsoncocytoma.html
(4) Ellis GL, Auclair PL. Tumors of the salivary glands. Third series ed. Washington : Armed Forces Institute of Pathology, 1995.
(25) Prasad AR, Savera AT, Gown AM, Zarbo RJ. The myoepithelial immunophenotype in 135 benign and malignant salivary gland tumors other than pleomorphic adenoma. Arch Pathol Lab Med 1999 ; 123(9):801-806.
(38) Brandwein MS, Huvos AG. Oncocytic tumors of major salivary glands. A study of 68 cases with follow-up of 44 patients. Am J Surg Pathol 1991 ; 15(6):514-528.
(39) Gray SR, Cornog JL, Jr., Seo IS. Oncocytic neoplasms of salivary glands : a report of fifteen cases including two malignant oncocytomas. Cancer 1976 ; 38(3):1306-1317.
(40) Ellis GL. "Clear cell" oncocytoma of salivary gland. Hum Pathol 1988 ; 19(7):862-867.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.