» BOURSE TUMEURS CONJONCTIVES BENIGNES

TUMEURS CONJONCTIVES BENIGNES




- Tumeurs bénignes : quelques cas de tumeurs épithéliales bénignes ont été décrits.


Tumeurs mésenchymateuses bénignes :


Tumeurs vasculaires :


- Hémangiome : les formes cutanées sont capillaires, les formes sous-cutanées sont caverneuses de type acquis ou congénital, l’aspect est identique que dans les autres localisations au niveau de l’organisme.


- Angiokératome : la forme scrotale est la forme de Fordyce avec des sujets d’âge moyen ou avancé, lésion rouge-bleue, molle, compressive de 1 à 4 mm, les patients se plaignent de douleurs, de démangeaisons ou de saignements. Pour certains auteurs, une augmentation de la pression veineuse est un facteur prédisposant (varicocèle, hernie, trombophlébite, prostatite, tumeur génito-urinaire).


Histologie : dilatation marquée des vaisseaux dermiques s’accompagnant ou non de thrombi, acanthose et allongement des crêtes épidermiques, hyperkératose modérée à marquée avec parakératose et fibrose dermique avec un infiltrat inflammatoire modéré.


- Lymphangiomes : peuvent être acquis secondairement à une filariose, parfois kystique (hygrome kystique), souvent mal limités, extension possible au périnée ou à la région inguinale rendant l’exérèse complète impossible. Histologie classique.


- Léiomyome Mod Path 1998 ;11:282 : rare (< 1/1000 tumeurs scrotales), moins de 50 cas décrits de 0,2 à 3 cm, masse ferme rugueuse qui peut adhérer à la peau, lésion bien limitée, non encapsulée, qui peut s’accompagner d’une atrophie cutanée. Originaires de la peau ou du Dartos avec de pilo- ou angioléiomyomes, masse ferme / dure pouvant imiter un kyste. Rarement polypoïde / ulcéré, les aspects épithélioïdes, myxoïdes, hyalinisation sont plus rares que dans la vulve (Histopathology 1991 ;18:523) Macro


Histologie : classique ou forme myxoïde voire symplastique (comme schwannome ancien), importance de l’activité mitotique dans le diagnostic différentiel avec le léiomyosarcome (pas de mitoses, ni hypercellularité, ni infiltration, ni nécrose).


Images histologiques : #0, #1, #2, #3


forme symplastique Images histologiques : #0


Diagnostic différentiel : piloléiomyome (mal limité, dermique, douloureux), angioléiomyome ( encapsulé, très vasculaire, douloureux)


http://www.pathologyoutlines.com/penscrotum.html#leiomyomabizarre


 


D’autres tumeurs mésenchymateuses bénignes ont été décrites : lipome (surtout paratesticulaire), fibrome, fibrolipome, myxome, fibromatose infantile, fibroblastome à cellules géantes, mésothéliome fibreux (1).


Myxome cutané : masse de croissance lente, indolore, de 1 à 6 cm, parfois multinodulaire, gélatineux. Histologie classique avec un fond myxoïde abondant comportant des cellules stellaires, de rares cellules géantes multinucléées, la vascularisation est soit pauvre, soit marquée, arborisée.


Pseudotumeur fibreuse calcifiante AJSP 1993 ;17:502 : tumeur rare du sujet jeune (16-19 ans), rare au scrotum, du tissu sous-cutané ou tissus mous profonds, de 0.5-26 cm (moyenne 5.5 cm). Solide, gris +/- bien limité, parfois myxoïde Images macro


Histologie : lesion paucicellulaire sur fond collagène focalement calcifiée (psammomes on non), cellules inflammatoires éparpillées parfois centres germinatifs, faisceaux irréguliers de cellules fusiformes, rare réaction gigantocellulaire, ni nécrose, ni atypies, ni mitoses. Images histologiques : #0, #1


- Pseudo-tumeurs.
- Xanthome verruciforme AJSP 1998 ;22:479 : c’est une pathologie rare qui se voit surtout au niveau de la cavité buccale, quelques cas ano-génitaux ont été décrits, l’âge moyen est de 52 ans avec une lésion isolée de 0,2 à 1,8 cm, de croissance lente, indolore. Le revêtement est verruqueux, papillaire ou en cratère, avec une hyperkératose, acanthose, papillomatose et parakératose surtout entre les papilles avec un infiltrat inflammatoire à prédominance de PNN + infiltrat en bande de plasmocytes à la base de l’épiderme. Nombreux histiocytes spumeux, dodus, ronds du derme papillaire.


Images histologiques : #0, #1, HE + CD68, #3


 


- Calcinose scrotale idiopathique.


Développement progressif de nodules calcifiés dans la peau scrotale qui peuvent déformer et détruire le scrotum, ceci apparaît surtout chez l’enfant et l’adolescent. Cela serait dû à des calcifications dystrophiques de kystes épidermiques. Lésion indolore, parfois décharge de matériel crayeux. Images cliniques : #0


Macroscopie : de quelques mm jusqu’à une lésion volumineuse, nodulaire ou bosselée.


Histologie : calcinose du derme pouvant s’accompagner d’une réaction granulomateuse résorptive (phosphate de calcium et phosphate d’ammonium ou de magnésium). Images : #1, #2, #3, #4, #5, #8,


Diagnostic différentiel : calcifications dystrophiques sur parasites (nématodes ou onchocercose).


http://www.pathologyoutlines.com/penscrotum.html#idiopathiccalcinosis


 


Nécrose adipeuse  : jeunes obèses prépubères (J Urol 1976 ;116:825), 1% des urgencies scrotales pédiatriques, par traumatisme ou hypothermie (nage en eau très froide, Br J Urol 1975 ;47:331)


Clinique : scrotum sensible, ferme,gonflé, souvent bilateral, testicule indemne, guérison spontanée


Macroscopie  : masse jaune mal limitée


Histologie : nécrose adipeuse + infiltrat inflammatoire net Images histologiques : #0,


 


- Lipogranulome sclérosant Archives 1977 ;101:321 : parfois spontané, souvent secondaire à l’application de l’injection de produits lipidiques. Masse maligne indurée, sensible de quelques cm pouvant occuper une grande partie du scrotum, se voit chez des sujets jeunes de moins de 40 ans.


Macroscopie  : lésion ferme, jaune ou gris-blanc, parfois micro-kystes, parfois micro-kystes, possibilité de grande taille jusqu’à 20 cm Turk Patoloji Derg. 2014 ;30(1):78-80. Images macro : #0


Histologie : vacuoles lipidiques de taille très variable (allant de la taille de globules rouges aux pseudo-kystes bordés de cellules géantes) dans un stroma scléreux et inflammatoire résorptif. Images histologiques : #0


Diagnostic différentiel : tumeur adénomatoïde, lymphangiome, liposarcome sclérosant


http://www.pathologyoutlines.com/topic/penscrotumsclerosinglipo.html


 


Nodule post-opératoire à cellules fusiformes  : masse limitée ou épaississement diffus progressif de la paroi scrotale, quelques semaines / mois après chirurgie / traumatisme, pas de récidive après exérèse locale.


Histologie : prolifération monomorphe, dense fusocellulaire avec nodules dans la paroi d’un hématome, matrice collagène dense, peu de mitoses, pas d’atypies


Images (voir vessie)


 


Pseudotumeur inflammatoire Hum Path 1990 ;21:866 : surtout décrite au niveau du cordon, le plus souvent découverte par hasard au décours d’une hernie inguinale, parfois formation d’une masse.


Macroscopie  : nodule mal limité, gris blanc, plus ou moins gélatineux, parfois remaniements kystico-hémorragiques, la majorité mesure moins de 3 cm.


Histologie  : classique, fond plus ou moins myxoïde ou collagène : voir pseudo-tumeur inflammatoire (29). image0


Diagnostic différentiel : différents types de sarcomes tels que rhabdomyosarcome, léiomyosarcome ou liposarcome inflammatoire.
- Nodules post-opératoires : rares cas décrits dans le scrotum (voir pseudosarcome).


- Hamartome scrotal : scrotum accessoire : petite tache cutanée ou nodule de taille variable avec une peau plissée ondulée et des proportions variables de tissu adipeux et de muscle lisse.
- Hamartome fibreux de l’enfance : (voir tissus mous).
- Hamartome du muscle lisse du dartos : lésion cutanée bénigne avec une prolifération au hasard de bouquets de muscle lisse.
-Nécrose adipeuse scrotale : lésion souvent bilatérale chez des sujets pré-pubères obèses avec un scrotum gonflé, ferme, sensible, mal limité, gris-jaune avec une histologie classique de nécrose adipeuse.


Funiculite proliférative AJSP 1992 ;16:448  : prolifération myofibroblastique pseudosarcomateuse du cordon spermatique. Souvent découvert lors d’une hernioraphie. Se voit de 52-76 ans, parfois secondaire à une ischémie, torsion ou extension de vasite.


Histologie : Ressemble à une fasciite nodulaire, possibilité d’inclusions glandulaires mésothéliales (Int J Surg Pathol 2008 ;16:48), voire de mastocytes (Pathol Int 2003 ;53:897)


(1) Benisch B, Peison B, Sobel HJ, Marquet E. Fibrous mesotheliomas (pseudofibroma) of the scrotal sac : a light and ultrastructural study. Cancer 1981 ; 47(4):731-735.


 


(29) Ulbright TM, Amin MB, Young RH. Tumor-like lesions of testis ; paratestis, and spermatic cord. In : Rosai J, Sobin LH, editors. Tumors of the testis, adnexa, spermatic cord, and scrotum. Washington DC : Armed forces institute of pathology, 1999 : 291-342.



http://www.pathologyoutlines.com/penscrotum.html#leiomyomabizarre
http://www.pathologyoutlines.com/penscrotum.html#sclerosinglipo


 


 


 


Reference List


 


 (1) Benisch B, Peison B, Sobel HJ, Marquet E. Fibrous mesotheliomas (pseudofibroma) of the scrotal sac : a light and ultrastructural study. Cancer 1981 ; 47(4):731-735.




 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.