» PENIS Donovanose (Granulome inguinal)

Donovanose (Granulome inguinal)


Granulome inguinal(Donovanose) : pathologie exotique tropicale due au colymmatobacterium granulomatis (Klebsiella granulomatis) qui est un germe Gram- avec une période d’incubation variable (possibilité de transmission fécale et auto-inoculation). Foyers d’endémie sont l’Inde, l’Australie, la Papouasie Nouvelle Guinée, l’Afrique du sud, les Guyanes, les Caraïbes, le Brésil, prédominance masculine surtout entre 20 et 40 ans.
Clinique : incubation longue (moyenne de 50 j, de 1 semaine à 3 mois). Ulcération de la peau génitale ou péri-anale, qui débute sous forme de nodules (granulomes) ou papules fermes qui s’érodent avec ulcères indolores charnus, rouges surélevés qui s’accroissent, qui peuvent saigner, s’accompagne d’une atteinte tissulaire marquée. La forme hypertrophique (verruqueuse) évoque une verrue, la forme nécrotique profondément ulcéreuse et destructrice, ulcère sec scléreux qui cicatrise. L’extension locorégionale pouvant être +/- importante. Atteinte génitale dans 90% (prépuce, sillon balano-préputial, plus rarement, le gland), inguinale dans 10%. L’évolution non traitée peut s’étaler sur des années avec des destructions tissulaires étendues, laissant des cicatrices rétractiles ou d’importantes mutilations. De ces lésions sourd en permanence une sérosité. Atteinte extra-génitale (lèvres, gencives, joues, palais, pharynx, cou, nez, larynx, thorax dans 6% des cas. Rarement dissémination osseuse et hépatique (si grossesse et atteinte cervicale).

Complications possibles : saignements, surinfection et lymphoedème. Adénite parfois abcédée ou ulcérée. Au début difficile à différencier d’un chancroïde, plus tard d’un Lymphogranulome vénérien, voire d’un carcinome génital ou syphilis (condylomata lata), voire herpès génital.
Les frottis et biopsies montrent des corps de Donovan dans de grandes cellules mononucléées (Giemsa).
Diagnostic : sur frottis : bacilles Gram négatif dans les histiocytes, à coloration bipolaire (les corps de Donovan) fait le diagnostic de donovanose.
Le diagnostic peut être complété par un examen histopathologique, en particulier en cas de localisation cervicale chez la femme et par la PCR.
Histologie : prolifération épithéliale pouvant imiter un carcinome malpighien, important infiltrat inflammatoire avec plasmocytes et PNN.
Traitement : azithromycine 1 g/semaine sur 3 semaines ou guérison, sinon co-trimoxazole, ciprofloxacine, doxycycline, gentamicine IM ouIV. Erythromycine 500 mg x/j sur 3 semaines si grossesse
(4) Freinkel AL. Histological aspects of sexually transmitted genital lesions. Histopathology 1987 ; 11(8):819-831.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.