» Médecine du sport EPAULE NORMALE + examen clinique du sportif

EPAULE NORMALE + examen clinique du sportif


L'Épaule est essentiellement composée de 2 articulations : l'articulation principale entre omoplate et humérus, une articulation accessoire entre omoplate et clavicule.
L'articulation gléno-humérale : La cavité articulaire de l'omoplate ou glène est quasiment plate. Elle s'articule avec la tête de l'humérus qui a la forme d'un tiers de sphère, et regarde en arrière avec un angle moyen de 30° par rapport au plan de la palette humérale. Cette articulation beaucoup moins emboîtée que l'articulation de la hanche, est l'articulation la plus mobile du corps, mais également facilement instable. Le défaut de congruence osseuse entre la cavité glénoïde et la tête humérale est plus important dans le plan sagittal que dans le plan coronal. La répartition du revêtement cartilagineux sur les 2 versants augmente la congruence des surfaces : l’épaisseur du cartilage de la glène est plus faible dans la partie centrale qu’en périphérie, et le cartilage de la tête est plus épais au centre qu’à la périphérie.
Ces deux surfaces articulaires sont maintenues par les ligaments qui forment la capsule, dont de renforcement tout autour de la glène est le bourrelet (épaississement de la capsule, au niveau de l'attache des ligaments).
Au-dessus de la capsule, on décrit une couche musculaire de 4 muscles courts qui s'attachent sur l'omoplate : sus-épineux, sous-épineux, sous-scapulaire et petit-rond et qui avec le tendon du long biceps forment la coiffe des rotateurs. Ces tendons jointifs les uns aux autres, s'attachent autour de la tête de l'humérus (tendon du sus épineux en haut, du sous épineux et petit rond en arrière,du sous scapulaire en avant). Le tendon du long biceps, intra-articulaire. est situé sous la capsule. La bourse sous-acromiale sépare la coiffe de l'acromion situé au dessus d'elle. Tous les éléments de la coiffe peuvent être le siège d'altérations, mais ce sont les tendons qui sont les plus vulnérables. Ils sont altérés par les traumatismes et les microtraumatismes qui imposent aux fibres collagènes des frottements et dès efforts de traction et surtout de cisaillement, par le vieillissement et, d'une façon plus générale, par des lésions dégénératives dont les facteurs étiologiques sont multiples et souvent obscurs. Ces altérations fragilisent le système de contention de l'épaule, nuisent à sa mobilité et peuvent entraîner des douleurs et conduire dans les cas les plus graves à une rupture de la coiffe. Le tendon du sus épineux est, dans cet en­semble complexe, l'élément le plus exposé et le plus fragile.
Les muscles de la coiffe des rotateurs assurent un contrôle statique et dynamique de la tête humérale. Le sus-épineux s'oppose aux translations supérieures et inférieures et le sous scapulaire freine la translation antéro-inférieure. Durant les mouvements le deltoïde et les muscles de la coiffe des rotateurs sont en activité. Le sous-épineux, le sous-scapulaire et le petit rond produisent une traction inférieure qui contrebalance l'effet du deltoïde. Le sus-épineux provoque une force compressive sur la gléno-humérale. Le couple de force résultant de ces effets maintient la tête humérale centrée sur la glène à 1 mm près durant tout le secteur de mobilité. Ce rôle de stabilisateur dynamique est assuré principalement par le sus-épineux et le sous-scapulaire en position intermédiaire, et par le sous-scapulaire et le sous-épineux en abduction maximale. Le sous-scapulaire est le plus puissant des muscles de la coiffe des rotateurs.
Ligament glénohuméral supérieur : le plus constant et plus petit des ligaments glénohuméraux. Il s’insère en dehors sur la berge interne de la gouttière bicipitale, se dirige en haut et en avant, et se termine dans la région supraglénoïdienne, sur la partie haute du labrum et sur le pôle supérieur de la glène. Il n’a pas de rôle dans la stabilité antérieure, mais intervient dans le contrôle de la stabilité inférieure.
Ligament glénohuméral moyen : s’insère en dehors sur le col anatomique de l’humérus, en dedans de l’insertion du sous-scapulaire sur le tubercule mineur. Il se dirige en haut et en avant, croise le tendon du subscapulaire et se termine sur la moitié supérieure du col de la scapula. Il limite la translation antérieure de la tête humérale entre 60° et 90° d’abduction.
Ligament glénohuméral inférieur : le plus long et résistant des ligaments glénohuméraux. L’épaisseur du LGHI décroît d’avant en arrière. C’est le seul frein à la luxation au-delà de 90° d’abduction. Dans cette position, le faisceau antérieur du LGHI et le faisceau postérieur contrôlent respectivement la translation antérieure et la translation postérieure.
En situation normale, les ligaments glénohuméraux ont un comportement viscoélastique lié à la présence de fibres de collagène et d’un gel de protéoglycane visqueux.
Labrum antérieur et inférieur : Le labrum glénoïdien est un fibrocartilage inséré à la périphérie de la glène, en continuité avec la capsule qui assure son apport vasculaire. Au bord > de la glène, le labrum se confond avec l’insertion du tendon du long biceps sur le tubercule supraglénoïdien, avec aspect pseudoméniscal. Dans sa portion antéro-inférieure, le labrum est fermement inséré sur la glène, et se confond avec le récessus axillaire du LGHI.
Le labrum participe à la stabilité glénohumérale à 3 niveaux : il augmente la profondeur de la cavité glénoïde, il joue le rôle d’une cale évitant le déplacement antérieur de la tête, et il sert surtout d’amarrage au LGHI. Il fait office de joint au pourtour de la glène (maintient une dépression intra-articulaire de – 32 mmHg, et d’entretenir l’adhésion des surfaces par capillarité).
 
La majeure partie de la mobilité de l'épaule est due non aux amplitudes développées au sein de l'articulation gléno-humérale. Mais une part de cette mobilité revient également à l'articulation scapulo-thoracique entre omoplate et côtes.
L'élévation antérieure de l'épaule va de 150-180°, l'abduction de 150-180°, la rotation externe en adduction de30-60°, mais 70-90° en abduction, l'adduction de 45°, alors que la rétro-pulsion (mobilité du bras vers l'arrière) va de 0 à 50°.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.