» ARTICULATION Bourse sereuse BURSITE DE L'OLECRANE

BURSITE DE L’OLECRANE


Bursite de l'olécrane (Hygroma) : Pathologie non rare, du fait de sa localisation superficielle : elle est secondaire à un traumatisme à des microtraumatismes répétés, rarement de cause infectieuse.
Cette bourse permet à la peau de glisser librement sur l'olécrane. Prédominance masculine (âge moyen de 35 ans).
Clinique : gonflement postérieur du coude avec tuméfaction ronde d'apparition rapide, de taille variable, jusqu’à 10 cm, poche mobile, non adhérente, coude mobile, non douloureux.
Possibilité de douleur exacerbée on non par la pression, +/- rougeur/chaleur, la forme chronique est peu sensible. Parfois discrète limitation des mouvements. Peut se voir dans un contexte systémique (arthrite rhumatoïde, goutte, pseudogoutte, infection virale). Possibilité de nodules rhumatoïdes.
En cas d'inflammation nette (sécrétion de liquide synovial et bursite) suspecter une infection (tuméfaction rouge, chaude, douloureuse avec lésion cutanée en regard et des ganglions), faire une culture sur aspiration de liquide puis antibiothérapie. L'examen du liquide est considéré comme : Normal – < 200 leucocytes/µL, non inflammatoire de 200-2000 leucocytes/µL, inflammatoire 2000 à 100000 leucocytes/µL, septique > 100000 leucocytes/µL Le diagnostic est clinique, à la radiographie parfois épine olécranienne (saillie osseuse en arrière de l’olécrane avec irritation chronique).
Radiologie : exclure une fracture si traumatisme direct ou l'avulsion d'un ostéophyte de l'olécrane. Une RMN peut exclure une fracture de fatigue, une tendinopathie du triceps, voire une rare ostéomyélite ou tumeur.
Traitement : RICE (repos, glace, compression, élévation) +/- physiothérapie +/- AINS, aspiration du liquide, voire infiltration. Si inefficace on peut proposer une bursectomie. La chirurgie est rarement nécessaire (formes rebelles ou surinfectées répondant mal aux antibiotiques), excisition par voie postérieure et attelle sur quelques jours pour diminuer le risque de récidives. La ponction évacuatrice est inefficace, l’hygroma se reforme aussitôt et les infiltrations de cortisone transforment parfois l’hygroma en bursite infectée.
Complications possibles de la chirurgie (infection, désunion cutanée, raideur post opératoire et algodystrophie)


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.