» GAINE TENDINEUSE TENDINITE (AVANT-BRAS)

TENDINITE (AVANT-BRAS)


Diagnostic d’une douleur chronique de l’avant-bras : 1 % des consultations en traumatologie sportive. Les sports à risque sont : de raquette (tennis, squash, badminton, où 40 % des atteintes traumatiques touchent le coude/avant-bras/poignet) ; de lancer, de contact avec 20 % d'atteintes coude/avant-bras/poignet ; la gymnastique (lésions plutôt radiales chez les femmes, plutôt cubitales chez les hommes), surtout les sports de glisse (wind surf, kite surf, le ski nautique) ; les sports mécaniques (VTT, motocyclisme, skateboard, le roller)

Les lésions tendineuses
Tendinite des radiaux ou "aïe crépitant" : La tendinite des radiaux ou bursite de glissement, se situe en amont du poignet, au croisement des 1er et 2ème radiaux, sous les tendons de De Quervain, avec une bourse de glissement s'interposant entre ces deux systèmes tendineux. A la palpation, douleur, 4-6 cm en amont de la styloïde radiale, avec sensation palpatoire de crépitation neigeuse, classique d'une bursite. A la mobilisation passive, douleur à la mise en tension des radiaux lors de la manœuvre de Finkelstein qui consiste à ramener le pouce dans la paume, refermer les doigts sur le pouce et effectuer une flexion cubitale. Enfin, les tests isométriques contre résistance en extension contrariée du IIe et du IIIe doigts, (1er radial ERCL-extenseur radiali carpi longus (long extenseur radial du carpe)-s'insère sur la face dorsale du 2e méta et le 2e radial ERCB-extenseur radiali carpi brevis (court extenseur radial du carpe)-sur la face dorsale du 3e méta), reproduisent la douleur de cette zone de croisement. Elle est fréquente en tennis, aviron, et canoë-kayak
Le traitement est médical, avec repos sportif, glaçage, anti-inflammatoires locaux, +/- attelle de repos en légère flexion radiale. En cas d'échec, infiltration locale à environ 4 à 6 cm en amont de la styloïde radiale.
Tendinite du grand palmaire : douleur du bord antéro-externe du 1/3 < de l'avant-bras du grimpeur. Douleur palpatoire, +/- tuméfaction à proximité de la gouttière du pouls, + douleur à la mise en tension passive du grand palmaire, poignet en extension forcée, reproduite à la flexion contrariée du IIe et du IIIe doigt. Anatomiquement, le grand palmaire a des rapports étroits avec l'articulation scapho-trapézienne, donc prudence lors du geste infiltratoire.
Rares tendinites du triceps brachial décrites chez les haltérophiles. Rares tendinites de l'extrémité inférieure du biceps brachial, avec possibilité de ruptures basses chez des vétérans, (judo, rugby, haltérophilie, culturisme, gymnastique), par avulsion du tendon sur la tubérosité bicipitale, sans atteinte de l'expansion aponévrotique. Souvent, tableau aigu, avec claquement, lors de flexion contrariée de l'avant-bras. La rétraction du corps musculaire est inconstante. On reproduit la douleur lors de la contraction contre résistance du biceps. Tardivement, le diagnostic est difficile et sera objectivé par échographie et IRM. 
Le traitement est le plus souvent chirurgical (mais il se heurte à un risque de flessum non négligeable, 10 % des cas), reposant sur la réinsertion du biceps sur la tubérosité bicipitale du radius, seule susceptible de restituer la force de flexion supination.
http://www.msport.net/newSite/index.php?op=aff_article&id_article=205
Atteinte de la capsule antérieure  : douleur antérieure du coude, aggravée à l'hyperextension répétée mais pas à la flexion.
Syndrome pronateur : douleur de l'avant-bras proximal antérieur, paresthésies du nerf médian (conflit neurologique) qui se différencie du syndrome du canal carpien par une perte de la sensibilité de l'éminence thénar (dont l'innervation ne passe pas par le canal carpien), test de Tinel négatif au poignet, difficultés à faire le signe "okay" hypertrophie des pronateurs, utilité de l'EMG.
Syndrome du canal radial après traumatisme de l'humérus distal : rare dans un contexte de sur-utilisation. Douleur confondue avec une épicondylite, mais en fait + distale qui irradie dans le dos de l'avant-bras et peut être nocturne (Tinel positif 7 cm distalement à l'épicondyle, piégeage du nerf sous l'arcade of Frohse), douleur à la supination contrariée, utilité de l'EMG.
Tendinose du triceps : douleur partie postérieure du coude aggravée à l'extension contrariée du coude à l'insertion sur l'olécrane.
Conflit de l'olécrane : douleur partie postérieure du coude, aggravée à l'extension du coude, ressaut ou blocage lors du jet, instabilité en valgus, à la palpation parfois crépitement, possibilité de corps libres ou d'ostéophytes.
fracture de fatigue de l'olécrane : douleur chronique de la partie postérieure du coude non soulagée par modification de position, souvent nocturne, aggravée si extension contrariée du coude (baseball, javelot), parfois on voit tardivement une petite fracture à la radiographie, mais image précoce à la scintigraphie/RMN (voir fractures de fatigue)
Chondromalacie Radiocapitulaire : chez athlètes à sport de raquette ou de jet avec excès de valgus de l'avant-bras. La pronation-supination passive produit un crépitement, douleur, parfois un blocage, à la radiographie : espace articulaire irrégulier, ostéophytes ou corps libres, scintigraphie/RMN positive.
Instabilité rotatoire postérolatérale : souvent secondaire à une luxation du coude avec entorse du LLI.
La tendionpathie du biceps : douleur de l'insertion radiale du biceps, exacerbée à la flexion/supination contrariée, voire flessum, vérifier l'absence de rupture du muscle biceps distale (NB le patient peut toujours être capable de fléchir et supiner l'avant-bras), la RMN montre les lésions.
Traitement : toutes ces lésions sont traitées par le même protocole qui est celui des entorses (RICE = rest, ice, compression, elevation), le sportif modifie son geste ou équipement avec un arrêt relatif (pour éviter le déconditionnement) qui met au repos le membre ou articulation concernée, pas de compression dans les conflits neurologiques. Si nécessaire antalgiques +/- AINS, voire infiltrations +/- physiothérapie et massages. Attention la Cryothérapie peut déclencher une neuropraxie cubitale sur l'épitrochlée.
Chirurgie : si conflit de l'olécrane/ Chondromalacie Radiocapitulaire pour enlever les corps libres, dans l'instabilité rotatoire postérolatérale (réparartion du LLI).


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.