» CORPS Infections Dengue

Dengue


Ladengue est une maladie infectieuse transmise par les moustiques du genre Aedes aegypti (infectés après avoir piqué une personne infectée). La dengue est dans sa forme non hémorragique une grippe tropicale, décrite en 1779, invalidante plusieurs jours, mais sans gravité confondue avec une grippe ou rougeole du fait du rash.
Au niveau mondial, l’incidence de la dengue progresse nettement depuis quelques décennies (40% de la population mondiale à risque, estimation selon l'OMS de 50 millions de cas de dengue/an, dont 500000 de dengue hémorragique. La mortalité est de 2% surtout chez les enfants de moins de 15 ans), surtout en régions tropicales et subtropicales dans les zones urbaines et semi-urbaines. Au cours des épidémies, les taux d'atteinte chez les sujets sensibles se situent souvent entre 40 et 50% mais peuvent atteindre 80 à 90%.
Le virus ARN simple brin de la dengue (Togavirus, genre Flavivirus) existe sous 4 formes distinctes. La guérison entraîne une immunité à vie contre le sérotype qui a provoqué l'infection mais ne confère qu'une immunité passagère et partielle contre les 3 autres. L'infection par un second virus, accroîtrait le risque de maladie plus grave avec complication hémorragique. C'est principalement l'homme qui est porteur du virus, permet sa prolifération et contamine les moustiques non encore infectés. Chez un sujet infecté, le virus circule dans le sang pendant 2 à 7 jours et les épisodes fébriles coïncident approximativement avec cette période, pendant laquelle un moustique Aedes peut se contaminer. Des singes pouvaient jouer un rôle similaire dans la transmission.
Clinique : syndrome grippal sévère qui touche les nourrissons, les enfants en bas âge et les adultes. Chez les nourrissons et les enfants en bas âge, syndrome fébrile indifférencié avec éruption. Chez l'enfant plus âgé et l'adulte, soit syndrome fébrile bénin, soit maladie incapacitante d'installation brusque avec forte fièvre, éruption (rash maculopapulaire qui débute au dos des mains et pieds et s’étend aux bras, jambes et torse, mais épargne le visage, qui dure quelques heures ou jours), céphalées intenses et douleurs rétro-orbitaires, musculaires et articulaires. Adénopathies, anorexie, constipation, fatigue, troubles du goût et dépression peuvent apparaître après quelques j, puis second rash qui épargne les paumes et plantes, souvent bradycardie persistante.
Parfois complications potentiellement mortelles ou dengue hémorragique, avec forte fièvre sur 2 à 7 j +/- convulsions, érythème du visage +/- hépatomégalie et, dans les cas graves, hémorragies (traumatismes, TD, hématurie, pétéchies, purpura, ecchymoses, épistaxis), polypnée et cyanose, parfois douleurs abdominales, vomissements, épilepsie febrile et troubles de la conscience pouvant évoluer vers un collapsus cardio-vasculaire après que la température soit retombée. C’est une cause importante d'hospitalisation et de mortalité pour les enfants, mortalité de 2,5%, jusqu'à 20% en l'absence de traitement adapté, < 1% si support hématologique) Il n’existe pas de traitement spécifique, mais une prise en charge médicale adaptée permet fréquemment de sauver la vie des malades atteints de la forme hémorragique. Le seul moyen pour prévenir la transmission du virus de la dengue consiste à lutter contre les moustiques vecteurs. Vaccination : des vaccins sont en cours de développement : dengvaxia par Sanofi (vaccin vivant tétravalent recombinant, administré à 3 doses à 0, 6 et 12 mois), enregistré dans plusieurs pays d’Amérique latine (Mexique, Salvador et Brésil) et aux Philippines, 5 autres vaccins candidats sont en développement clinique, dont 2 (Butantan et Takeda) en essais de phase III au début 2016. Les autorités sanitaires des Philippines ont ordonné vendredi 02/02/2018 la suspension de l’utilisation du Dengvaxia, deux jours après une mise en garde de Sanofi recommandant de ne pas utiliser le vaccin chez les personnes n’ayant jamais été exposées au virus. Dans un communiqué publié aux Philippines, le laboratoire français affirme aussi que de nouvelles études cliniques montrent une baisse significative des hospitalisations chez les personnes de 9 ans et plus vaccinées avec le Dengvaxia. L’an dernier, près de 734 000 enfants philippins âgés de 9 ans et plus ont reçu une dose du vaccin de Sanofi. https://www.ouest-france.fr/monde/philippines/philippines-le-vaccin-dengvaxia-de-sanofi-suspecte-d-aggraver-la-dengue-5423459 Le Haut Conseil de la santé publique vient de publier un avis relatif à la vaccination contre la dengue dans les territoires français d’Amérique (Guyane, Martinique, Guadeloupe…) et de l’Océan indien (La Réunion et Mayotte). Du fait de la nature endémo-épidémique de la dengue dans ces territoires, la question d’une éventuelle utilisation de ce vaccin avant l’octroi de son AMM par l’agence européenne du médicament (EMA : European Medicines Agency) a été posée. L’OMS a publié une synthèse des résultats des essais cliniques d’efficacité et tolérance de Dengvaxia avec 2 essais cliniques de phase III (CDY14 dans 5 pays asiatiques et CYD15 dans 5 pays d’Amérique latine), portant sur > 35.000 sujets de 2 à 16 ans : 1ère vaccination entre 2 et 14 ans dans l’essai CYD14 et entre 9 et 16 ans dans l’essai CDY15. Efficacité vaccinale de 59 % dans l’année après schéma vaccinal, qui varie selon l’âge à la vaccination (efficacité de 66% après 9 ans) et du statut sérologique de départ (78% si exposition antérieure à la maladie), donc + efficace après l’âge de 9 ans et si déjà exposé. Efficacité vaccinale concernant la dengue avec hospitalisation / grave les années 1 et 2 suivant la dose 1, mais excès d’hospitalisations par dengue / graves au cours de l’année 3 dans certains sous-groupes (nombres faibles de cas, surtout chez les enfants de 2 à 5 ans dans l’essai CYD14 en Asie, avec risque relatif d’hospitalisation sur dengue chez les vaccinés de 7,45 % l’année 3. L’OMS a recommandé en 2016 aux pays de n’introduire ce vaccin que dans les zones de forte endémicité avec un taux de séroprévalence dans les populations cibles ≥ 70 %. https://www.mesvaccins.net/web/news/9203-vaccin-dengvaxia-contre-la-dengue-non-recommande-a-la-reunion-et-a-mayotte-en-cours-d-evaluation-pour-les-departements-francais-d-amerique

http://emedicine.medscape.com/article/1133949-overview



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.