» CORPS Infections BABESIOSE

BABESIOSE


La Babésiose : infection à protozoaires intra-érythrocytaires, transmis par piqûre de tique (ixodide, de grands nombres de sporozoïdes infectieux sont produits durant la phase sexuée chez la tique), ou lors de transfusion, rare, mais souvent non reconnu, ubiquitaire avec 70 espèces (surtout B. microti aux USA et B. divergens en Europe).
De nombreux mammifères forment le réservoir y compris le bétail, l’infection humaine est favorisée par une splénectomie ou autre immunosuppression, souvent associée à une borréliose (maladie de Lyme car même vecteur).
Clinique : souvent asymptomatique ou mineure, fièvre et anémie hémolytique modérée. Quelques cas sévères avec sueurs, frissons, myalgies, arthralgies, épuisement, fièvre et anémie hémolytique (confondu avec paludisme). Au contraire du Plasmodium, les Babésia n’ont pas de phase exo-érythrocytaire, aussi le foie n’est-il pas atteint.
La parasitémie et fatigue peut durer des semaines et mois, malgré le traitement symptomatique, possibilité de dépression.
Diagnostic : examen direct du sang, les Babésia ressemblent aux parasites malariques mais sont dépourvus de pigment (inclusions en forme de croix (4 mérozoïtes non différenciés sexuellement mais attachés ensembles et formant une structure semblable à une croix de Malte), sérologie, ou PCR. Anémie hémolytique, thrombopénie.
Traitement : le plus souvent guérison spontanée, sinon quinine et clindamycine voire association de atovaquone et d’azithromycine.
 
Voir en ligne : Babesiosis › http://emedicine.medscape.com/article/996610-overview


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.