» Gériatrie Oncogériatrie

Oncogériatrie



L'espérance de vie sans incapacité croït plus vite que l'espérance de vie totale. Les espérances de vie aux grands âges demeurent importantes avec actuellement, à 86 ans, en moyenne 5,8 ans pour les hommes et 6,7 ans pour les femmes.
La prise en charge d'un malade âgé cancéreux doit intégrer les dimensions médicales, psychocognitives et sociales.

Cinq critères de fragilité sont pertinents : diminution de la force musculaire, fatigue et réduction de l'activité, perte de poids et ralentissement de la vitesse de marche, avec des sujets fragiles (3 critères), pré-fragiles (1 à 2 critères) et non fragiles (0 critère). Cette fragilité est prédictive des incidents néfastes : entrée en institution, hospitalisation, chute, perte d'autonomie. On peut y rajouter la dépression ou cognition. Une simple échelle clinique (état de santé observé et autonomie fonctionnelle), est pertinente de la fragilité.

Il existe 3 axes de prise en charge : chimiothérapie standard /adaptée au sujet fragile / prise en charge palliative.

Deux méta-analyses démontrent qu'une évaluation gériatrique multidimensionnelle débouchant sur un plan de soins et services améliore le pronostic des malades âgés versus le soin usuel, cette évaluation gériatrique n'étant qu'une étape initiale. Le pronostic global est moins influencé par les constatations initiales que par les recommandations de prise en charge et la qualité de leur mise en oeuvre.
L'oncogériatrie, cherhche à réconcilier 2 approches : décision immédiate (meilleur choix thérapeutique (offre thérapeutique diversifiée, à fort potentiel iatrogène et coà»teuse)), plan de prise en charge au long cours, pour réduire le risque de mauvais résultat.
Cette démarche ne peut s'appuyer sur un niveau de preuve élevé (pas d'algorithmes de décision validés (équivalent gériatrique de la classification TNM ou du performance status).
L'évaluation gériatrique apporte des informations utilisables par les oncologues et plus d'informations que les outils usuels des oncologues, les résultats de l'évaluation modulent le traitement, avec dans près de 40 %, un traitement modifié (allègement du protocole, voire augmentation de l'intensité oncologique de celui-ci).
Les cancers sont des pathologies du sujet âgé, pour 2008, 30,6 -31,4 (H-F) % des cancers surviennent après 75 ans, (environ 63 000 cas) et 6,1-9,9 % (H-F) après 85 ans. Les sujets Àgés présentent plus de tumeurs invasives de la vessie, de LLC, myélomes multiples, tumeurs digestives colorectales, cancer de l'estomac, pancréas, moindre proportion de cancers liés au tabac / alcool (poumon, ORL, larynx, oesophage), du sein.

L'effet délétère de l'âge sur le pronostic est variable selon les cancers. Augmentation du
risque avec l'âge parfois linéaire (cancers du larynx / ovaire), souvent accélération de la dégradation du pronostic entre 60 et 70 ans (cancer du côlon-rectum, oesophage, estomac, poumon), mauvais pronostic vers 65-70 ans et au-delà de 70 ans, accélération du risque de décès.
Le plus mauvais pronostic des sujets âgés est pour l'essentiel dû à une forte mortalité dans l'année qui suit le diagnostic, souvent même dans les 6 premiers mois.
Le stade tumoral est plus avancé lors du diagnostic après 80, surtout 85 ans.
Comorbidités : l'HTA est la comorbidité la plus représentée et augmente avec l'âge suivie de : maladies respiratoires, diabète, maladies coronariennes/artérite.
Les patients avec diabète et syndrome métabolique ont une incidence accrue de cancer
colorectal, du sein, du pancréas, du foie, de la vessie et de Hodgkin (insulino-résistance ? par augmentation de facteurs de croissance tel l'IGF-1(insulin growth factor-1).
Les comorbidités affectent le traitement et le pronostic, ainsi le diabète est associé à une
diminution de la survie sans maladie (cancer colorectal, cancer de la prostate, du sein). Elle intervient aussi sur la a chimiothérapie adjuvante (stade III de cancer colique) ou la RTE (cancer du rectum, si HTA ou diabète).
Les comorbidités les plus influentes sont : maladie cardiovasculaire, maladie pulmonaire obstructive chronique pour les cancers coliques et HTA associée au diabète, maladie pulmonaire
obstructive chronique pour les cancers du rectum.


http://www.e-cancer.fr/v1/fichiers/public/rapport_integral_oncogeriatrie_220609.pdf



None



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.