» TROMPE Imagerie tubaire

Imagerie tubaire

Méthodes d’imagerie des annexes


Imagerie :
Hystérosalpingographie : injection d'un produit de contraste iodé par le col utérin. On prépare la patiente avec un anti-oedémateux et des spasmolytiques, prophylaxie antibiotique, éliminer au préalable une allergie à l'iode ou une grossesse, qui risquerait d'être compromise, ou une infection gynécologique qui pourrait se trouver aggravée. On explore les trompes pendant la première période du cycle, entre la menstruation et l'ovulation. L'injection du liquide de contraste est lente pour éviter un spasme. Plusieurs clichés sont pris avant, pendant et après l'injection du produit de contraste avec plusieurs incidences : de face, oblique et de profil. En cas de trompes normales, la portion intra-murale de la trompe a un aspect fusiforme ou piriforme qui se prolonge imperceptiblement avec la portion isthmique filiforme et sinueuse L'ampoule tubaire est marquée par des plis muqueux longitudinaux qui correspondent à la muqueuse (épithélium qui tapisse la lumière de la trompe) et peut s'orienter dans n'importe quelle direction. Pour finir, le produit de contraste diffuse dans la cavité péritonéale.
Cette technique peut révéler plusieurs pathologies tubaires : obstructions, dilatations, sténoses, polypes, endométriose ainsi que des infections tuberculeuses anciennes.
Complications : rares, infections (surtout si trompes pathologiques), perforations utérines, déchirures tubaires, chocs anaphylactiques, embolie du produit de contraste et interruption de grossesse non diagnostiquée.
Limites :Sensibilité et spécificité peu élevées.
 
Echohystérosalpingographie  : Echographie de l'utérus et des trompes avec injection d'un liquide par le col utérin pour créer une fenêtre acoustique d'échogénicité différente. Les mesures préparatoires sont identiques à celles décrites pour l'hystérographie. Tout d'abord une exploration échographique de l'ensemble de l'appareil génital est réalisée. Ensuite le cathéter est introduit dans la cavité utérine et le produit de contraste est injecté lentement.
 
Salpingoscopie : exploration de la trompe par endoscopie. Le salpingoscope est introduit par laparotomie ou coelioscopie sous AG. L'inspection est rétrograde, de l'ampoule vers la partie la plus proximale. Le falloposcope est un endoscope fin qui peut être mobilisé à partir du vagin, à travers l'utérus jusqu'à l'intérieur de la lumière tubaire, de la portion proximale vers la portion distale. La falloposcopie peut être réalisée de façon ambulatoire sous sédation et analgésique. Les aspects pathologiques correspondent à des adhérences, des polypes, sténoses, dilatations, obstructions, agglutinations de plis et atrophies muqueuses.
Complications  :  rares, perforations tubaires sans conséquences.
 
Coelioscopie : permet l'observation directe de la cavité abdominale et donc de l'extérieur des trompes et de leur environnement, par un endoscope rigide introduit à travers la paroi abdominale. Elle établit un pronostic de la pathologie tubaire, permet certains actes chirurgicaux. Il faut pouvoir réaliser une éventuelle laparotomie d'urgence si complication
Après AG, du CO2 est insufflé dans la cavité abdominale. Puis, l'endoscope et l'instrumentation nécessaire à la mobilisation et à l'examen des organes génitaux sont introduits à travers de petites incisions abdominales. De façon à bien explorer les trompes, il est nécessaire d'instiller un liquide coloré (habituellement du bleu de Méthylène ou du Rouge carmin) par un cathéter placé dans la cavité utérine. Les anomalies tubaires diagnostiquées sont les obstructions, sténoses, inflammations, hydrosalpinx, dilatations, diverticules, adhérences péri-tubaires, agglutinations de franges. Parfois diagnostic étiologique si endométriose ou salpingite isthmique nodulaire.
Complications : rares, anesthésiologiques, perforations, hémorragies, brûlures, infections et complications en rapport avec l'insufflation gazeuse.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.