» CORPS Infections Condylome acuminé

Condylome acuminé


Les condylomes acuminés sont des verrues anogénitales liés au HPV et représentent la MST la plus fréquente. Lésions parfois isolées mais souvent en groupes de 5 à 10 lésions (de 1 à 10 mm), voire en plaques + grandes (anogénital), lésions + grandes et nombreuses si immunosuppression.
La forme acuminée se présente sous forme de projections en doigt de gant, en amas, les vaisseaux sous-jacents étant parfois visibles. Sur les muqueuses (vulve, vagin, col, canal anal, méat urinaire, gland, prépuce, dans les zones intertrigineuses de l'aine, périnée et zone anale. Sur la peau du pénis, scrotum, vulve et en péri-anal, non pédiculé hyperkératosique et souvent pigmenté. Parfois lésions maculaires très fines difficiles à voir, grises, roses ou brunes.
Les lésions infracliniques peuvent se voir après application d'acide acétique à 5% au colposcope (le blanchiement à l'acide acétique n'est pas spécifique du condylome). Possibilité de faux positives si pathologie inflammatoire (lichen scléro-atrophique, lichen plan, psoriasis, vulvovaginite, eczéma, herpès génital, abrasions traumatiques.
Diagnostic différentiel : molluscum contagiosum, kératoses séborrhéïques, lichen plan et carcinome malpighien. Papules perlées péniennes Il existe un équivalent chez la femme à la surface interne des petites lèvres et du vestibule (micropapillomatose labiale). Les glandes sébacées du prépuce, pénis, scrotum, vulve, et anus peuvent former de petites papules jaunes, rondes.
Traitement : tous les traitements présentent un taux significatif d'échec. La réponse est lente on peut proposer une exérèse (électrocautérisationn cryothérapie or acide trichloroacétique.
Les HPVs sont des Papova virus icosahédriques à DNA. Le terme papova vient de papillomatose, polyomes, vacuolisation des cellules infectées. Plus de 100 sérotypes existent
Se voit dans la cavité buccale de 6% des enfants et adolescents (5-80% chez les adultes).
En oral, la verrue vulgaire (HPV-2 ou 4 ; parfois HPV-1, 3, 27, 29, 57), est sessile, verruqueux, blanc, solitaire ou multiple, des lèvres, palais, gencives. Parfois condylomes acuminés (HPV-6, HPV-11), cérébriformes, roses, sessiles, isolés ou multiples ; en muqueuse non kératinisée. La maladie de Heck (hyperplasie épithéliale focale)(HPV-13, HPV-32), peut être épidémique chez de jeunes adultes en communautés (nodules sessiles lisses multiples, sur la surface muqueuse des lèvres < et en buccal).

Histologie : dans la verrue prolifération épithéliale verruqueuse avec hyperkératose, koïlocytes dans le stratum spinosum > et stratum cornéum. Le condylome est de structure classique (voir condylome acuminé dans col). La maladie de Heck montre une acanthose avec fusion des crêtes épidermiques.
Traitement : exérèse, traiter les partenaires sexuels, Cidofovir topique ou bléomycine voire interféron alpha. En systémique on peut utiliser des rétinoïdes ou vitamine A synthétique.

Voir en ligne : Condyloma Acuminata › http://emedicine.medscape.com/article/781735-overview


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.