» TISSU ODONTOGENE anatomie normale des dents

anatomie normale des dents


Anatomie normale des dents : On compte trente deux dents définitives et vingt dents caduques de la première dentition. Quel que soit le type de dent (incisive, canine, prémolaire, molaire), la dent se divise en deux parties : une couronne au dessus de la gencive et une racine logée dans la gencive, dans une cavité de l'os maxillaire supérieur ou inférieur ; ces deux parties sont séparées par le collet. La dent est constituée de quatre types de tissus : un tissu non minéralisé, la pulpe dentaire et trois tissus minéralisés, l'ivoire, l'émail et le cément.
La pulpe dentaire occupe les cavités de la couronne et de la (ou des) racine(s) ; elle est formée de tissu conjonctif lâche riche en vaisseaux et en fibres nerveuses sensitives ; elle est limitée en périphérie par une couche de cellules d'origine mésenchymateuse, les odontoblastes, qui sécrètent l'ivoire pendant toute la vie. La partie profonde de la pulpe dentaire se continue par le canal radiculaire. Elle assure les fonctions dentinogénétiques, nutritives, sensorielles et de défense de la dent.
La palissade d’odontoblastes située en périphérie de la pulpe contrôle les mouvements et la composition ionique du fluide présent dans les tubuli dentinaires et intervient dans la sécrétion et le transport des composants nécessaires à la dentinogenèse.
La formation de la dentine qui est sous le contrôle de nombreux facteurs systémiques (hormones et vitamines) et locaux (facteurs de croissance) passe par la synthèse d’une couche de prédentine essentiellement composée de collagène de type I qui se minéralise secondairement. La minéralisation de la prédentine dépend de la concentration locale en phosphates, en calcium et en protéines spécifiques. Une pathologie générale qui provoque une perturbation des ions, des hormones, des vitamines et de la matrice impliqués dans la dentinogenèse peut donc entraîner un manque ou un excès et/ou des malformations de la dentine. La vascularisation pulpaire est terminale, il n’existe pas de circulation collatérale et l’ensemble du paquet vasculonerveux pénètre dans la pulpe par le foramen apical.
Une pathologie vasculaire d’ordre général pourra donc avoir des répercussions dramatiques sur le tissu pulpaire et par voie de conséquence, sur la dentinogenèse. La pulpe dentaire peut subir une dégénérescence lors de pathologies générales : fibrose pulpaire, calcifications (pulpolithes) +/- importantes dans la pulpe camérale et radiculaire, avec rétrécissement de l’espace canalaire, et dégénérescence nécrotique (nécrose de la pulpe, et complications périapicales). Une pathologie générale peut également entraîner une métaplasie pulpaire à l’origine de résorption dentinaire interne.
Enfin, des mécanismes de défense inappropriés (sur des dents ne présentant ni carie, ni traumatisme) peuvent se produire dans la pulpe (dentine tertiaire) et au niveau de la dentine (formation de dentine sclérotique par fermeture des tubuli).
L'ivoire ou dentine est le tissu le plus épais de la dent et cerne la pulpe dentaire de la couronne et de la (ou des) racine(s) ; peu différent de l'os, il est plus dur car plus riche en sels de calcium, environ 70% de sels de calcium, essentiellement sous forme de cristaux d'hydroxyapatite, et 30% de composés organiques.
L'émail recouvre l'ivoire au niveau de la couronne ; c'est la substance la plus dure de l'organisme avec 97% de sels de calcium sous forme de bâtonnets hexagonaux ou prismes de l'émail (essentiellement de l'hydroxyapatite) et seulement 3% de matière organique ; il est sécrété par les adamantoblastes jusqu'à l'éruption dentaire ; ensuite les adamantoblastes se détruisent, l'émail ne peut donc pas être remplacé.
Le cément recouvre l'ivoire de la racine ; il est voisin du tissu osseux avec des cémentocytes, des fibres de collagène et de la substance fondamentale calcifiée. Autour du cément, le ligament alvéolodentaire ou périodonte, tissu conjonctif fibreux dense, assure la fixation solide de la dent aux parois de l'alvéole osseuse ; c'est une différenciation du périoste de l'os alvéolaire.
Les mandibules et les maxillaires se différencient des autres os par leur proximité avec les muqueuses et la présence des dents, le développement odontogène est un phénomène d’induction réciproque entre deux types de tissu.
Le 1er tissu correspond à une invagination ectodermique de la cavité orale primitive qui prend une forme en cloche et se développe le long de sa partie interne concave sous forme d’une couche de cellules cubocylindriques, les améloblastes responsables de la sécrétion de matrice d’émail.
Le 2ème composant d’origine mésodermique inclus dans la cloche décrite ci-dessus est constitué par la papille dentaire présentant un aspect initial de réticulum lâche avec la maturation, on observe la survenue d’odontoblastes responsables donc de la sécrétion de la matrice dentaire.
Les composants extracellulaires principaux de la dent sont la dentine, l’émail et le cément, la dentine se reconnaît du fait de son aspect strié dû à la présence d’une quantité innombrable de minuscules canaux contenant des expansions cytoplasmiques des odontoblastes, sinon, ce matériel est difficile à distinguer de l’ostéoïde, l’émail consiste enfin en des bâtonnets ou prismes séparés par des lignes concentriques. Le cément ressemble morphologiquement à de l’os qui se caractérise par sa basophilie.
La pulpe dentaire présente un aspect hypocellulaire myxoïde limitant un myxome.
L’articulation temporo-mandibulaire est une articulation de glissement, constitué par le condyle de la mâchoire inférieure et la partie squameuse du temporal. La surface articulaire du temporal se compose d'une éminence articulaire convexe antérieurement et d'une fosse articulaire concave postérieurement. La surface articulaire de la mâchoire inférieure comprend le dessus du condyle. Des surfaces articulaires de la mâchoire inférieure et du temporal sont séparées par un disque articulaire, qui divise la cavité commune en 2 petits espaces.

Le disque articulaire ou ménisque, biconcave et fibro-cartilagineux, fournit la surface de glissement pour le condyle mandibulaire. Il a 3 parties —une bande antérieure épaisse, une zone intermédiaire mince, et une bande postérieure épaisse. La bouche étant fermée, le condyle est séparé de la fosse articulaire du temporal par la bande postérieure épaisse. Quand la bouche est ouverte, le condyle est séparé de l'éminence articulaire du temporal par la zone intermédiaire mince.
Schéma, Schémas Mandibule : externe, interne, arche dentaire <



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.