» GLANDES SALIVAIRES Cystadénocarcinome papillaire

Cystadénocarcinome papillaire


Cystadénocarcinome papillaire (7 ;29 ;105 ;106) : Int J Surg Pathol 2008 ;16:341, Auris Nasus Larynx 2007 ;34:259 : Age : 20-86 (moyenne 59 - 64 ans). Tumeur kystique ou multikystique +/- bien limitée de 0.4 à 6 cm (moyenne 2.2cm). Topographie : 2/3 glandes majeures - 1/3 glandes mineures.
Clinique : tuméfaction indolente, rarement douleur ou PF. M/F= 1.
Histologie : tumeur bien limitée, non encapsulée, les kystes sont de taille et forme variable répartis au hasard, remplis de mucus, possibilité de structures canalaires de taille petite à moyenne. Calcifications dystrophiques et remaniements hémorragiques et granulomateux. Composante infiltrante et composante papillaire évidente dans 3/4 des cas (papilles fines et étroites parfois hyalinisées). Variantes mucineuse (agressive, Auris Nasus Larynx 2005 ;32:301, Acta Cytol 2001 ;45:605), oncocytaire (pédaitrique). Images histologiques : #0, #1, Cytologie : Petites cellules cuboïdes (60%) et/ou grandes cellules cuboïdes (16%) et/ou cellules cylindriques hautes (12%), mono- ou pluristratifiées. Plusieurs types de cellules peuvent se voir, mucineuses, claires, oncocytaires, rarement squameuses, quand le revêtement est épaissi, possibilité d'architecture cribriforme, rarement il existe une importante réaction lymphoïde de type pseudo Warthin. Images cytologiques
Pronostic : bénin - récidives locales (< 10%) - métastases ganglionnaires.(10%) (Ear Nose Throat J 2011 ;90:E6)
Diagnostic différentiel  :
- Cystadénome, absence d’invasion franche
- PLGA, quasi exclusif des glandes mineures, infiltre sous forme de structures concentriques en tourbillons, stroma hyalinisé ou mucineux, caractère polymorphe marqué
- K muco-épidermoïde le diagnostic différentiel est difficile
- K à cellules acineuses mais population majoritaire de cellules acineuses
http://www.pathologyoutlines.com/topic/salivaryglandscystadenocarcinoma.html
Adénocarcinome papillaire : tumeur rare, papillaire, mucineuse, sans composants squameux / intermédiaires = variante non kystique du cystadénocarcinome papillaire voire d'un adénocarcinome polymorphe de bas grade

Peut survenir sur papillome intracanalaire (Arch Pathol Lab Med 2000 ;124:291, ORL J Otorhinolaryngol Relat Spec 1994 ;56:112)
Images histologiques : #0, #1, #2, #3, #4, #5, #6, #7 Positivité de : CK7+/CL20- (Histopathology 2007 ;51:26), ACE, p53 Diagnostic différentiel : carcinome à cellules acineuses, Métastases en particulier de thyroïde, carcinome mucoépidermoïde (mais cellules intermédiaires et squameuses, adénocarcinome polymorphe de bas grade

(4) Ellis GL, Auclair PL. Tumors of the salivary glands. Third series ed. Washington : Armed Forces Institute of Pathology, 1995.

(90) Mills SE, Garland TA, Allen MS, Jr. Low-grade papillary adenocarcinoma of palatal salivary gland origin. Am J Surg Pathol 1984 ; 8(5):367-374.

(91) Foss RD, Ellis GL, Auclair PL. Salivary gland cystadenocarcinomas. A clinicopathologic study of 57 cases. Am J Surg Pathol 1996 ; 20(12):1440-1447.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.