» Lexique Lettre D

Lettre D


Dédifférenciation cellulaire : Disparition, dans une population cellulaire, de certains caractères morphologiques propres à la souche dont elle dérivée.
Dégénératif : En pathologie ostéo-articulaire c’est la dégradation, le catabolisme d`une zone tissulaire. Cette lésion fait perdre au tissu ses qualités fonctionnelles. Elle se traduit par des modifications de l’affinité tinctoriale et très souvent par de multiples pénétrations vasculaires ; petits vaisseaux autour desquels va se développer, en général, un tissu fibreux, incapable de remplacer fonctionnellement le tissu spécialisé « dégénéré ». Il est souhaitable de parler d`état dégénératif meniscal.
 
• Dégénérescence : Terme ancien utilisé pour la première fois au XVIIe siècle pour expliquer les cancers partant de la lymphe ' dégénérée ', suivant la théorie des humeurs alors en vigueur. Aujourd’hui peu usité, sauf en neurologie et désignant :
1. Diverses lesions elementaires cellulaires supposées réversibles par opposition aux lésions de nécrose cellulaire. Exemple : Dégénérescence vacuolaire.
2. Diverses modifications d’organes ou de tissus, sans cause tumorale, ni infectieuse, ni malformative manifeste. C’est à peu près l’équivalent de dystrophie. Exemple : Dégénérescence graisseuse pour désigner la stéatose. Dégénérescence hépato-lenticu1o-striée.
L`emploi de degenerescence pour désigner la transformation cancéreuse d`une tumeur bénigne ou d`une lésion précancéreuse est impropre, bien qu`il soit très répandu.
La dégénérescence maligne correspond à l'évolution d'une anomalie ou d'une lésion bénigne en un cancer. Elle est due à un phénomène de cancérogenèse et à la transformation d'une cellule qui devient cancéreuse.
Détersion : Elimination des éléments étrangers, exogènes ou endogènes et des structures cellulaires et tissulaires nécrosées, présentes dans un foyer inflammatoire.
Diapédèse leucocytaire : Passage actif de leucocytes à travers les parois vasculaires précédant leur migration vers un foyer inflammatoire.
• Diaphragme
• Diarrhée
• Dictionnaire Dechambre
• Diététique
• Diéthylstilbœstrol (Abrév : DES)
• Différenciation : C’est le processus suivant lequel des cellules-filles acquièrent des caractères nouveaux par rapport à des cellules-mères indifférenciées. La différenciation existe au cours de certains cancers mais est d’abord indispensable à la formation de l’embryon : à partir de l’œuf, cellule initiale unique, apparaissent des cellules ayant d’abord des caractères généraux (de sécrétion ou de revêtement par exemple), puis des propriétés de plus en plus précises comme la production d’une hormone, d’une enzyme ou d’un pigment typique de cette cellule. Chaque cellule contient la totalité de l’ADN et de l’information génétique propre à chaque individu mais n’exprime qu’un petit nombre de ces informations : seuls quelques gènes (sur les 20 000 à 25 000 que contiennent les chromosomes d’un noyau) fonctionnent, tous les autres étant réprimés dans cette cellule (mais exprimés dans d’autres cellules). La différenciation conduit ainsi une cellule « jeune » indifférenciée à produire, après quelques générations, des cellules « mûres » différenciées, promises à une mort prochaine après avoir rempli leur rôle.
Une prolifération cancéreuse peut reproduire les caractères distinctifs du tissu d’origine – on parle alors de cancer bien différencié – ou les perdre – cancer indifférencié ou anaplasique. Dans le premier cas l’origine et la nature du cancer sont faciles à identifier d’après un trait morphologique ou biochimique caractéristique. Dans le second cas, elle sont difficiles à déterminer, faute de repères spécifiques. Les cancers indifférenciés ont habituellement une évolution plus grave et plus rapide que les cancers différenciés, mais ils se montrent aussi plus sensibles aux traitements.
 
Différenciation tissulaire : Acquisition par un tissu de caractères morphologiques originaux, cytologiques et architecturaux en rapport avec une spécialisation fonctionnelle.
Drill biopsie : Cf. Ponction biopsie.
• Drogue
• Druillet (Philippe)
• Duhamel (Georges)
• Dulles (John Foster, 1888-1959)
• Duodénum
• Dupuytren (Guillaume, baron, 1777-1835)
• Dys-
• Dysembryome : ou tératome. Tumeur reproduisant un développement embryonnaire anormal. Elle apparaît à partir d'une cellule germinale du testicule, de l'ovaire ou d'un vestige embryonnaire situé dans le thorax ou l'abdomen. Selon les tissus produits, on distingue des dysembryomes matures, faits de tissus adultes ou bien différenciés, en général bénins ou peu malins, et des dysembryomes immatures, faits de tissus moins différenciés ou indifférenciés (anaplasiques), plus malins.
 
Dysembryoplasie  : Malformation résultant d`une anomalie du développement survenant au cours de l`embryogenèse. (Corrélats : DYSPLASIE).
Dyslipidoses héréditaires : Ensemble d`affections constitutionnelles rares consistant en diverses anomalies du métabolisme des lipides, habituellement liées à une anomalie enzymatique et se traduisant morphologiquement par des surcharges de topographie variée. (Cf. surcharge cellulaire).
• Dysphagie
• Dysplasie : Au sens étymologique, ce terme désigne toutes les lésions résultant d`une anomalie du développement d`un tissu, d`un organe, ou d’une partie de l’organisme à partir de ses cellules constitutives qui peuvent être elles-mêmes modifiées. La dysplasie apparaît en général à la suite d'influences extérieures. A partir d'un tissu normal, une dysplasie peut s'aggraver peu à peu pour aboutir, le cas échéant, à un cancer ou néoplasie.
En pratique, le terme est utilisé dans le langage médical, dans deux acceptions différentes :
1. Maladie constitutionnelle rare à caractère mal format if plus ou moins manifeste. Ex. : Dysplasie du squelette, phacomatose, dysembryoplasie.
2. Lésion acquise consistant en une anomalie de maturation d’un tissu à renouvellement rapide. Dans ce sens, dysplasie est souvent considéré, à plus ou moins juste titre, comme synonyme de lesions pré-cancéreuse. Ex. : Dysplasie de la moelle osseuse, dysplasie des épithéliums de revêtement.
 
Dysraphie  : Persistance anormale de hiatus normalement présent chez l’embryon et qui aurait du se combler au cours du développement embryonnaire.
Dystrophie : Au sens étymologique, altération d’un tissu, d’un organe, d’une partie de l`organisme ou de l’organisme entier, liée à un trouble nutritionnel. L’origine de ce trouble est très variable : vasculaire, hormonale, nerveuse, métabolique, etc. Les anatomo-pathologistes appliquent volontiers le terme de dystrophie à toute lésion qui n’est manifestement ni ma1formative, ni tumorale, ni inflammatoire. (Corrélat : Dégénérescence ).


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.