» Lexique Lettre F

Lettre F


Fibres musculaires : Fibres rapides, blanches, (type II B) développant beaucoup de force, très vite fatiguées, anaérobies, contenant de très faibles quantités de myoglobine. Ces fibres ont d'importantes réserves de glycogène pour leur fonctionnement, mais des stocks minimes de graisses car elles n'ont pas les moyens chimiques de les utiliser. Elles produisent naturellement de l'acide lactique. Ces fibres fonctionnent en résistance.
Fibres lentes, rouges sombre, (type I) développant peu de force, peu fatigables, consommant de l'oxygène pour leur énergie, riches en myoglobine, et en graisses et possédant moins de glycogène. Elles sont utilisées surtout pour les efforts en endurance.
Fibres intermédiaires (type II A), rapides, rouges, et fonctionnant de façon mixte, avec et sans oxygène. Toutes leurs propriétés sont entre celles des deux types précédents.
La répartition approximative des fibres à contraction lente et rapide, selon les différentes disciplines sportives est la suivante pour les hommes :
Lentes environ 80% et rapides 20% Marathoniens
lentes environ 75/70% et rapides 25/30% Nageurs, coureurs et patineurs de longue distance lentes environ 65/60% et rapides 35/40% skieurs de fond, hockeyeurs, marcheurs, cyclistes lentes environ 50/45% et rapides 50/55% Lanceurs de javelot, coureurs de 800 et 1000 mètres, skieurs de descente
Lentes environ 40/35% et rapides 60/65% Haltérophiles, lanceurs de poids et de disque, sprinters et sauteurs
Pour les femmes, les valeurs sont légèrement différentes :
sprint environ 75% de rapides 25% de lentes
Sauteuses cyclistes et lanceuses environ 50% / 50%
Coureuses de 800 mètres et skieuses de fond environ 60% de lentes et 40% de rapide
Fibrinoïde : (altération ou nécrose ou tuméfaction). Présence, au sein d’un tissu par ailleurs nécrosé ou non, de dépôts, présentant aux colorations usuelles, l’aspect de la fibrine (constituant principal du caillot). Ces dépôts sont de nature protéique et d’origine sanguine ; ils peuvent contenir des complexes immuns et induire une réaction inflammatoire.
 
Fibromatose : Groupe hétérogène d’affections caractérisées par des proliférations fibroblastiques ou myofibroblastiques, parfois systématisées à une région anatomique. Certaines fibromatoses ont une croissance locale agressive mais, par définition elles ne donnent jamais de MÉTASTASE. (Corrélats : tumeurs a malignité locale, fibrome envahissant). 
 
Fibrome invasif : (Synonyme : tumeur desmoïde). Prolifération fibroblastique que l’on peut classer à la fois parmi les fibromatoses agressives et parmi les tumeurs fibreuses à malignité locale.
 
Fibrosarcome : (Synonyme : sarcome fibroblastique). sarcome développé à partir des fibres du tissu conjonctif, constitué par une prolifération de fibroblastes élaborant une quantité variable de matériel fibrillaire. Il fait partie de l'ensemble des sarcomes des tissus mous et touche surtout l'adulte jeune. Il résulte rarement de la transformation maligne d'un fibrome. 
Foetopathie : Maladie atteignant le produit de conception après le troisième mois de la grossesse. Elle peut avoir pour conséquence une malformation congénitale.
Follicule Tuberculeux : Variété de granulome observé au cours de la tuberculose, constitué par un groupement nodulaire de cellules épithélioïdes, de cellules geantes et de lymphocytes. Correlat : inflammation granulomateuse
Fonction musculaire :
Flexion : mouvement par lequel 2 parties du corps se replient l'une sur l'autre.
Extension : mouvement par lequel deux parties du corps, qui étaient repliées, s'éloignent l'une de l'autre.
Rotation : mouvement qui permet la rotation d'un membre ou du tronc autour d'un axe (ou d'un point).
Elévation : On élève par exemple les épaules en les soulevant, les membres supérieurs étant le long du corps. Les muscles élévateurs des épaules (Trapèze, Angulaire de l'omoplate) sont fixés, le premier sur l'arrière du crâne (Occiput) en haut, et sur la clavicule en bas le second sur les 4 premières vertèbres cervicales en haut, et le bord supérieur de l'omoplate en bas.
Abduction : mouvement par lequel un membre ou un segment de membre s'écarte sur le côté.
Adduction : mouvement inverse de l'abduction. Le membre ou le segment de membre qui était écarté sur le côté, se remet dans sa position de repos.
Supination : mouvement de rotation de l'avant-bras qui permet à la paume de la main de tourner d'arrière en avant si les bras sont le long du corps, ou du bas vers le haut si les bras sont à l'horizontale. Comme celle qui demande l'aumône, la main qui tient un ballon par dessous est en supination.
Pronation : m ouvement de rotation de l'avant-bras qui permet à la paume de la main de tourner d'avant en arrière ou du haut vers le bas. Quand le goal désigne à ses arrières un adversaire à surveiller lors d'un corner, sa main qui désigne est en pronation.
La pronation et la supination (Pro-Supination) suppose l'intégrité de l'articulation du coude. Ce mouvement deviendra douloureux et même impossible si le coude est blessé.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.