» CERVEAU Délirium

Délirium


Délirium : Atteinte de la conscience avec troubles de l’attention et troubles cognitifs / sensoriels en un court laps de temps (heures à jours), fluctuante au cours de la journée, souvent en soins intensifs. Il existe une forme hyperactive (psychose), rare, de meilleur pronostic avec agitation, labilité émotionnelle, arrachage des cathéters, une forme hypo-active (encéphalopathie), souvent méconnue avec apathie, léthargie, peu d’interactivité, repli sur soi. Il est mesuré en routine à l’aide d’échelles et en plusieurs étapes : en dépistage avec l’Intensive Care Delirium Screening Checklist (8 items, cotés de 0 à 1 selon absence ou présence) : délirium si score ³ 4. Evaluation du degré d’agitation, sédation par l’échelle RASS (Richmond Agitation – Sedation Scale) et de la confusion : LAM-ICU (confusion assessment method for the ICU)
Facteurs de risque : Préexistants : démence, phénotype apolipoprotéine E4, maladie chronique (dont l’HTA), âge avancé, dépression, tabagisme, alcoolisme, sévérité de la maladie à l’admission
Facteurs précipitants ils sont nombreux : hypoxie, troubles métaboliques / ioniques, insuffisance cardiaque, sepsis, immobilisation forcée (liens), syndrome de sevrage, infections aiguës, convulsions, déshydratation, hyperthermie, traumatisme crânien, troubles vasculaires, processus expansif intracrânien, médicaments : benzodiazépine, morphiniques, propofol, privation de sommeil
Traitement : éliminer les facteurs de risques environnementaux : pas de privation de sommeil, rappels de la vie habituelle, présence de la famille, mobilisation précoce, port des lunettes, calme, retrait à temps des cathéters et sondes, rassurer et expliquer
Sédatifs : benzodiazépines (sans excès, sauf sevrage alcoolique), analgésiques, antipsychotiques :
Classiques : halopéridol 1 à 2 mg PO ou IV toutes les 2 ou 4h (0,5 mg si âgé)
Atypiques : moins d’effets extrapyramidaux mais risque accru d’AVC chez le sujet âgé :
° rispéridone (RisperdalR) : très anti-hallucinogène (1 à 2 mg/j)
° olanzapine (ZyprexaR) : le plus sédatif (5 à 10 mg/j)
° quiétiapine (SeroquelR) : sédatif (à partir de 25 mg/j)
° amisulpride (SolianR) : très anxiolytique (à partir de 50 mg/j)


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.