» COEUR Arrêt cardiorespiratoire

Arrêt cardiorespiratoire


Arrêt cardiorespiratoire : NB : L’urgent n’est pas d’intuber et de mettre une voie centrale mais d’oxygéner au masque et de masser
Le diagnostic est clinique : absence de pouls à la palpation carotidienne ou fémorale, avec sur le plan neurologique perte de connaissance et aréactivité (parfois convulsions) et sur le plan ventilatoire apnée ou gasp.
On recherche d’éventuelles causes potentiellement réversibles : hypoxie, hypovolémie, troubles électrolytiques ( hyper/hypokaliémie, hypomagnésémie, hypo/hypercalcémie et autres troubles métaboliques), hypothermie, pneumothorax suffocant, tamponnade, causes toxiques et médicaments dont les antipsychotiques typiques et atypiques (clozapine, olanzapine, risperidone ...), obstruction mécanique ( ! thromboembolie)
Premières mesures : mettre le patient sur un plan dur, donner un coup sur le sternum et voir si le pouls revient, sinon passer à la suppléance des fonctions vitales
A :Libérer les voies aériennes et mettre le cou en extension et subluxer la mandibule
B ventiler au masque à l’Ambu, 2 insufflations pour 30 massages (faible niveau de preuve)(ne pas oublier de mettre l’oxygène à 10 l/min). L’intubation orotrachéale (vérification de la position correcte du tube : auscultation & aspiration à la seringue ou connexion à un capnographe) se fera dans un second temps quand la suppléance des fonctions vitales sera bien en route.
C Massage cardiaque externe à une fréquence de 100 compressions par minute (talon de la main strictement médian, au 1/3 inférieur du sternum, en assurant une dépression sternale de 4 cm)
Brancher au monitoring et faire le diagnostic différentiel entre asystolie, fibrillation ventriculaire (FV), dissociation électromécanique, bradycardie extrême.
Adrénaline 1 mg i.v. (ou à défaut intratrachéal en diluant dans 10 ml NaCl 0,9 %) à répéter toutes les 3 à 5 minutes après avoir, si nécessaire, placé une voie veineuse périphérique, fémorale ou via un PAC préexistant (perfusion d’entretien : NaCl 0,9 %)
autres médicaments : MgSO4 (2 amp i.v. lent si torsade de pointe et hypomagnésémie), IsuprelR(5 amp à 0,2 mg dans 250 ml glucosé 5 % en goutte à goutte si bradycardie extrême), amiodarone 300 mg iv lent (si TV/FV ne répondant pas au choc électrique avec échec de 3 tentatives), atropine (3 mg i.v. en cas de bradycardie extrême)
Choc électrique externe (défibrillation) : 150-200 Joules, à répéter à intervalle régulier, tout en continuant ABC et en donnant de l’adrénaline, jusqu’à disparition de la FV
NB : ne pas oublier de placer du gel sur les palettes du défibrillateur et de faire écarter l’assistance lors du choc
La réanimation est un échec en l’absence d’activité cardiaque après 30 minutes de réanimation bien conduite
Prise en charge en réanimation des conséquences de l’anoxie (encéphalopathie, syndrome de défaillance multiviscérale)
envisager hypothermie thérapeutique (34-32°C) pendant 12 à 24h en monitorant la température dans la vessie


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.