» OEIL Toxocarose et cysticercose oculaire

Toxocarose et cysticercose oculaire


Parasitose à nématode (1) : une des formes les plus fréquentes de nématodose oculaire est une forme viscérale de Larva migrans due à Toxocara canis. C’est une infection de l’enfant entre 3 et 14 ans (10000/an dont 700 avec cécité, bilatéral dans 3% des cas). De façon quasi constante les enfants avec infection oculaire n’ont pas eu de signe clinique de larva migrans viscéral et à l’inverse ceux avec une forme viscérale de larva migrans n’ont pas de lésion oculaire. De façon typique, une seule larve arrive de façon hématogène dans l’œil et s’arrête dans le vitré ou à la surface interne de la rétine. En conséquence on observe une infiltration inflammatoire aiguë et chronique souvent avec éosinophilie intense qui finit par s’organiser, à former des contractures avec décollement secondaire de la rétine qui amènent à une leucocorie et à une énucléation afin d’exclure un rétinoblastome. A la mort de la larve, on observe une réaction inflammatoire granulomateuse, souvent sous forme de foyers microscopiques. A l’ophthalmoscope, uvéite antérieure, vitrite, neurorétinite, endophthalmite chronique. Macroscopie : Masse collagène du vitré avec décollement de rétine, Phénomène de splendore hoeppli (matériel éosinophile) autour de la larve
Traitement : inefficace au niveau de l’œil on peut proposer une photocoagulation laser et cryorétinopexie.
La Cysticercose oculaire : rares des annexes (paupières, conjonctives, orbites), surtout du globe oculaire, parfois du segment antérieur (iris, chambre antérieure), souvent du segment postérieur, dans le corps vitré ou sous la rétine.
Les atteintes du globe oculaire sont les plus fréquentes. Les localisations sont intra-vitréennes et sous rétiniennes. Au niveau du vitré, la vésicule cernée d’un contour irisé, est animée de mouvements péristaltiques déclenchés par la lumière. En l’absence de traitement, l’évolution se fait vers des complications inflammatoires majeures, entraînant décollement de rétine, hypertonie et cataracte secondaire. Au niveau de la rétine, le kyste siège en position sous rétinienne. Il entraîne une baisse de l’acuité visuelle. L’aspect clinique est celui d’une formation kystique translucide, blanc grisâtre ou blanc jaunâtre. Il est animé de mouvements péristaltiques. En l’absence de traitement, l’évolution se fait vers une lyse entraînant un décollement rétinien ou une panuvéite. Les localisations annexielles sont plus rares. On retient la localisation conjonctivale, la plus fréquente, réalisant une tuméfaction de 5 à 15 mm de diamètre d’aspect kystique diaphane, rose ou jaunâtre.
Le diagnostic des localisations oculaires est facile si le cysticerque est visible à l’intérieur du globe. L’échographie en mode B donne des résultats déterminants dans les localisations sous-rétiniennes ou vitréennes.
Les formes généralisées ou disséminées :  associent des atteintes cérébrales, oculaires, sous-cutanées, musculaires. Elles peuvent être bruyantes associant crises comitiales, baisse de l’acuité visuelle, céphalées, désorientation temporo-spatiale, myalgies, nodules sous-cutanés ou au contraire, silencieuses, révélées par des calcifications sous forme d’opacités fusiformes, calcifiées, denses, homogènes lors d'un examen radiologique.
Traitement : médical et chirurgical (extraction de la larve en évitant la rupture du kyste génératrice de réactions inflammatoires majeures). Importance de l’examen ophtalmologique systématique avant tout traitement cestocide, compte tenu de la grande quantité d’Ag libérée en cas de traitement avec des réactions inflammatoires et des phénomènes de nécrose tissulaire pouvant conduire à la perte de la vision.
 
(1) Rosai J. Ackerman's surgical pathology. 8th ed. St Louis : Mosby, 1996


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.