» Techniques médicales immunoglobulines intraveineuses

immunoglobulines intraveineuses


immunoglobulines intraveineuses : Indications thérapeutiques
Traitement préventif des infections :
- Substitution des déficits immunitaires primitifs avec défaut de production d'anticorps : fortes doses recommandées (0,6g/kg).
- Substitution des déficits immunitaires secondaires avec hypogammaglobulinémie : myélome multiple, leucémie lymphoïde chronique.
- Allogreffes de moelle osseuse : uniquement en cas de survenue d'une infection dans un contexte d'hypogammablobulinémie dans les suites de l'allogreffe.
Traitement curatif des infections graves :
- Erythroblastopénies associées à une infection par le Parvovirus B19 chez l'immunodéprimé.
- Syndrome d'activation macrophagique survenant au cours d'un sepsis grave (?).
Maladies auto-immunes et inflammatoires :
- Purpura thrombopénique immunologique : une dose (1g/kg) associée à la corticothérapie (récupération plus rapide des plaquettes).
- Erythroblastopénies auto-immune (lymphome, thymome).
- Syndrome de Guillain-Barré(efficacité équivalente aux échanges plasmatiques).
- Polyradiculonévrites chroniques.
- Poussée aiguë myasthénique(efficacité équivalente aux échanges plasmatiques).
- Dermatomyosites (et polymyosites) corticorésistants.
- Syndrome de la personne raide.
Modalités d'administration  : par voie IV
- Traitement substitutif des déficits immunitaires : 600mg/kg toutes les 3 à 4 semaines.
- Allogreffe de moelle osseuse : 500 mg/kg une fois par semaine de J7 à J90
- Immunomodulation : 0,8 à 1 g/kg/J x 2J ou 0,4 g/kg/J x 5 J en cas de risque d'insuffisance rénale.
Effets indésirables  :
- Céphalée, flush, douleurs dorsales basses, nausées, wheezing : si infusion trop rapide (ralentir).
- Réactions anaphylactiques : chez patients déficitaires en IgA avec AC anti-IgA d'isotypes IgE ou IgF (rare).
- Méningite aseptique (rare).
- Accidents thromboemboliques : en cas d'hyperviscosité préexistante (rare).
- Insuffisance rénale aiguë par néphropathie tubulaire osmotique (rare).
- Anémie hémolytique par AC anti ABO ou anti rhésus (rare).
- Risque infectieux (considéré comme théorique à l'heure actuelle).
- Fausse hyponatrémie par hyperprotidémie.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.