» SYSTEME HEMATOPOIETIQUE Hyperleucocytose

Hyperleucocytose


L’hyperleucocytose se réfère à une augmentation des globules blancs avec neutrophilie/ lymphocytose / monocytose / éosinophilie / basophilie
La neutrophilie peut être due à : une augmentation de production, une démargination, mobilisation accrue du pool médullaire. D’origine : infectieuse, inflammatoire, allergique, maligne, pathologies héréditaires. Elle est médiée par le GCSF, GMCSF, c-kit ligand), des molécules d’adhésion (CD11b/CD18), cytokines (IL1/3/6/8, TNF).
L’hyperleucocytose >100 103/µL se voit dans les leucémies et syndromes myéloprolifératifs peut provoquer une leucostase avec ischémie/œdème des organes atteints (troubles mentaux, AVC, insuffisance rénale / pulmonaire, possibilité de syndrome de lyse tumorale, de CIVD. Dans un contexte infectieux si > 30000/μ L on parle de réaction leucémoïde.
 
Le tableau ci-dessous donne les valeurs normales selon l’âge
 
 
Leucocytes Totaux*
Lymphocytes
Neutrophiles
Monocytes
Eosinophiles
Age
My
gamme
My
gamme
%
My
gamme
%
My
%
My
%
Birth
...
...
4.2
2-7.3
...
4
2-6
...
0.6
...
0.1
...
12 h
...
...
4.2
2-7.3
...
11
7.8-14.5
...
0.6
...
0.1
...
24 h
...
...
4.2
2-7.3
...
9
7-12
...
0.6
...
0.1
...
1-4 sm
...
...
5.6
2.9-9.1
...
3.6
1.8-5.4
...
0.7
...
0.2
...
6 mois
11.9
6-17.5
7.3
4-13.5
61
3.8
1-8.5
32
0.6
5
0.3
3
1 y
11.4
6-17.5
7.0
4-10.5
61
3.5
1.5-8.5
31
0.6
5
0.3
3
2 y
10.6
6-17
6.3
3-9.5
59
3.5
1.5-8.5
33
0.5
5
0.3
3
4 y
9.1
5.5-15.5
4.5
2-8
50
3.8
1.5-8.5
42
0.5
5
0.3
3
6 y
8.5
5-14.5
3.5
1.5-7
42
4.3
1.5-8
51
0.4
5
0.2
3
8 y
8.3
4.5-13.5
3.3
1.5-6.8
39
4.4
1.5-8
53
0.4
4
0.2
2
10 y
8.1
4.5-13.5
3.1
1.5-6.5
38
4.4
1.8-8
54
0.4
4
0.2
2
16 y
7.8
4.5-13
2.8
1.2-5.2
35
4.4
1.8-8
57
0.4
5
0.2
3
21 y
7.4
4.5-11
2.5
1-4.8
34
4.4
1.8-7.7
59
0.3
4
0.2
3
Etiologie : neutrophilie : surtout post-infectieux (bactérienne à l’exception de la typhoïde et chez les prématurés qui n’ont que peu de réserves médullaires et donc neutropénie de consommation), une bactériémie à pneumocoques peut donner une réaction leucémoïde (se voit aussi en cas de très faible poids sous assistance respiratoire avec dysplasie bronchopulmonaire)
Néanmoins la neutrophilie ne suffit pas à prédire une infection bactérienne (possible en phase précoce de virose). Pathologie inflammatoire dont MICI, arthrite rhumatoïde, vascularite (Syndrome de Kawasaki chez l’enfant). Neutrophilie modérée si Hodgkin, elle est associée à des formes immatures, éosinophilie, basophilie et thrombocytose dans les LMC, avec monocytose dans les LMMC. Dans le cadre d’un syndrome de Down  : possibilité de désordre myéloprolifératif transitoire en postnatal avec parfois leucémie aiguë. Possibilité de neutrophile comme syndrome paranéoplasique (sécrétion de GCSF).
Neutrophilie sur insuffisance de diapédèse dans les tissues : possible après corticoïdes, splénectomie, déficit congénital en molécules d’adhérence leucocytaire (chute retardée du cordon ombilical et neutrophilie sans contexte infectieux, mais susceptibilité aux infections, en CMF absence de CD11b/CD18 leucocytaire).
Neutrophilie par diminution de la margination : sous corticoïdes, exercice, épinéphrine, autres stress (traumatisme, douleur sévère), cette neutrophilie est transitoire
Libération accrue de neutrophiles médullaires (infection, stress, hypoxie, libération d’endotoxines, corticoïdes).
Lymphocytose si >4 109/L (4000/µL), se voit physiologiquement chez le petit enfant, dans la coqueluche (leucocytose de 40-50 109/L, une lymphocytose élevée (100 109/L) étant de mauvais pronostic), dans les viroses +/- neutropénie (MNI, CMV,virus respiratoire syncitial, hépatite infectieuse), bien sûr dans la LLC
Monocytose si > 0.95 X 199/L (950/µL) se voit dans : infections bactériennes dont tuberculose, endocardite bactériennesubaiguë, brucellose, Syphilis, viroses (MNI), protozooses et rickettsioses (kala azar, paludisme (#0)), phase de guérison de neutropénie ou d’infection aiguë, pathologies auto-immunes et vascularites dont le lupus érythémateux, rectocolite hémorragique, MICI. Egalement après Sarcoïdose et thésaurismose
Hémopathies : LMMC, LMA M4 et M5, Hodgkin, syndromes myéloprolifératifs, voire des carcinomes métastatiques.
Basophilie si > 0.10-0.15 X 109/L est rare se voit surtout dans la LMC.
Eosinophilie si > 0.5 109/L. Se voit après : allergie et hypersensibilité médicamenteuse dont asthme, fièvre des foins, œdème angioneurotique, urticaire, dermatite atopique, eczéma, réaction aux anticonvulsivants, allergie médicamenteuse, oesophagite / gastroentérite éosinophile. Après parasitose en particulier llarva  migrans à Toxocara canis. Après scarlatine,phase de guérison de viroses, chlamydia (sans leucocytose). Sur pathologies dermatologiques (Dermatite herpetiforme, pemphigus, érythème polymorphe)
Une éosinophilie sans leucocytose se voit également dans un contexte malin..


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.