» Biologie et génétique Troubles du métabolisme Syndrome métabolique

Syndrome métabolique


Le syndrome métabolique est une association de facteurs de risque cardiovasculaire incluant à divers degrés, des perturbations du métabolisme glucidique (insulinorésistance) et/ou lipidique (surcharge graisseuse, mesure de HDL-cholestérol et triglycérides), des anomalies vasculaires, un état inflammatoire, un état pro-thrombotique, voire une stéatohépatite non alcoolique (NASH (bilan hépatique, échographie hépatique)), un syndrome des ovaires polykystiques (irrégularité menstruelle / aménorrhée, infertilité, hirsutisme) et des troubles respiratoires incluant le syndrome d'apnées du sommeil (ronflements, somnolence diurne, nycturie, céphalées matinales).
Mesure du tour de taille (à mi-distance entre les dernières côtes et la crête iliaque antérosupérieure) et de la TA au repos.
 
Traitement du syndrome métabolique : hiérarchiser les problèmes en agissant sur le mode de vie du patient (lutte contre la sédentarité et alimentation trop riche). Les traitements médicamenteux ne sont introduits qu'en seconde intention.
Une réduction du tour de taille améliore les anomalies du syndrome métabolique (objectif réaliste est une diminution du poids de 5 à 10 % avec réduction raisonnablede l'apport calorique global). Augmenter l’activité physique, au minimum environ 30 minutes de marche rapide quotidienne, éventuellement fractionné sur la journée. Toute activité d'endurance peut être proposée, en tenant compte des antécédents, notamment rhumatologiques et cardiologiques, du patient. Des séances plurihebdomadaires d'une durée de 20 minutes à 1 heure seront conseillées.
Alimentation : réduire l'apport en graisses saturées au profit des graisses mono- et polyinsaturées (poissons), limiter les aliments à fort index glycémique, augmenter l'apport en fibres (légumes / céréales) + fruits.
Définitions du syndrome métabolique (ou d’insulinorésistance)
 


 

OMS
EGIR
NCEP-ATPIII
(modifiée en 2004 par L’AHA)
IDF
 
Insulinémie : clamp
<Q1 ou GAJ ≥110mg/dl
+ 2 autres critères
(parmi les 4 suivants)
Insulinémie à jeun ≥Q4
+ 2 autres critères (parmi les 4 suivants)
≥ 3 critères parmi les 5 suivants
Tour de taille élevé :
≥94 cm (H)
≥80 cm (F)
+ 2 autres critères (parmi les 4 suivants)
 
 
GAJ ≥ 100mg/dl
A l’exclusion du diabète)
GAJ ≥ 100mg/dl
GAJ≥100mg/dl
 
TG≥ 150mg/dl et/ou HDL-C ≤ 35mg/dl(H)
≤40mg/dl(F)
TG≥ 180 mg/dl et/ou HDL-C< 40 mg/dl
TG≥ 150 mg/dl
HDL-C< 40mg/dl (H)
< 50 mg/dl (F)
et/ou ttt de
l’hypoHDLémie
TG≥ 150 mg/dl
HDL-C ≤40 mg/dl (H)
≤ 50 mf/dl (F)
et/ou ttt
de l’hypoHDLémie
PA≥140/90mm/Hg
PA≥140/90 mm Hg et/ou ttt anti-HTA
PA≥130/85mmHg
 et/ou ttt anti -HTA
PA≥ 130/85mmHg
et/ou ttt anti-HTA
Taille/hanche >0,90 (H)
 >0,85 (F)
et/ou IMC≥30 kg/m²
Tour de taille ≥94 cm (H)
≥ 80 cm (F)
Tour de taille ≥102 cm (H)
≥88 cm (F)
 
µalbuminurie>20mg/min
ou alb/créat
urines ≥30mg/g
 
 
 
EGIR (Groupe européen pour l’étude de l’insulinorésistance), NCEP-ATPIII (experts du programme national cholestérol).
GAJ, glycémie à jeun ; TG, trigylcérides ; HGPO, hyperglycémie provoquée par voie orale (glycémie mesurée 2 h après la charge en glucose), PAS et PAD, pression artérielle systolique et diastolique ; H, hommes ; F, femmes ; >Q4, valeur limite correspondant aux 25 % des sujets de la population ayant les valeurs les plus élevées ; <Q1, valeur limite correspondant aux 25 % des sujets de la population ayant les valeurs les plus basses
 
Les médicaments de l’obésité : Orlistat et la sibutramine (mais risques cardiovasculaires). L'orlistat, non remboursé, peut entraîner une perte de 3 à 4 kg en moyenne (mais rebond à l’arrêt du traitement).
Les recommandations concernant les hypolipémiants sont basées sur le LDL-C, sans indication à traiter spécifiquement l'hypertriglycéridémie et/ou l'hypoHDLémie, sauf dans les deux circonstances suivantes : (i) triglycérides au delà de 4 g/l, (ii) hypertriglycéridémie et hypoHDLémie chez un patient en prévention secondaire (antécédent de maladie cardiovasculaire). Dans ces situations un fibrate ou l'acide nicotinique peuvent être introduits.
Les antidiabétiques oraux ne sont indiqués uniquement qu’en cas de diabète (pas d'AMM dans l’indication de syndrome métabolique).
Maintenirune TA au repos < 140/90 mmHg, (130 /80 mmHg si diabète et/ou de maladie rénale chronique), sinon antihypertenseur indiqué.
les inhibiteurs de l'enzyme de conversion et antagonistes des récepteurs de l'angiotensine 2 ont des effets métaboliques favorables(réduction du risque d'apparition de diabète) .
les bêta-bloquants et diurétiques favorisent l'apparition d'un diabète chez le sujet à risque ; pour les diurétiques, leurs effets favorablessont > aux effets métaboliques (utile si HTA, même en cas de syndrome métabolique, pour réduire le risque cardiovasculaire)
les inhibiteurs calciques paraissent neutres sur le plan métabolique ; en particulier, ils ne favorisent pas, mais ne réduisent pas non plus, le risque de développer un diabète.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.