» Médecine du sport Sport (surtout natation) et correction optique

Sport (surtout natation) et correction optique


Le port des lunettes est envisageable pour certains sports. Les lentilles cornéennes souples jetables semblent la solution la plus pratique dans l'attente du développement évident de la chirurgie réfractive.
Ces dernières années, l'essor commercial des LRF (lentilles à renouvellement fréquent) et de nouveaux matériaux apparaît prometteur. Mais la simplicité croissante des procédures d'adaptation ne doit pas faire oublier qu'il s'agit d'un acte médical. Le port de lentilles expose l'œil à des complications en cas de non-respect de certaines règles et peut occasionner des incidents ou accidents désagréables pour un athlète en pleine compétition.
Complications ophtalmologiques de la natation : Conjonctivite irritative qui guérit en quelques heures / jours, avec un traitement antiseptique banal.
Conjonctivite bactérienne : la conjonctivite perdure ou des symptômes plus intenses apparaissent avec des sécrétions responsables de la sensation de baisse d'acuité visuelle sous forme d’un voile (passage devant la cornée des sécrétions, sensations de brûlures, de corps étranger. On nettoie les yeux le matin avec du sérum physiologique type Dacudoses®, Dacryoserum® unidose (+++) + antibiotique à large spectre (Chibroxine®, Exocine®, Ciloxan ®, Tobrex®), 3 fois par jour / 6 jours, si nécessaire collyre anti-inflammatoire (unidoses ++++ 4 fois par jour).
Conjonctivite virale : oeil très rouge, enflé (chémosis), larmoyant avec des sécrétions souvent claires au début et des adénopathies prétragiennes. A noter la gravité de l'exceptionnelle kératite amibienne, très contagieuse (transmission manuportée).
Conjonctivite allergique : rougeur chronique + épisodes +/- aigus de douleurs, picotements, brûlures. On lave les sécrétions matinales + collyre antiseptique ou antibiotique + collyre antidégranulants mastocytaires (Multicrom®, Cromoptic®, Cromabak®, Opticron®, Almide®, Naaxia®, Cromedil®...) (4 à 6 fois / jour sur 1 à 2 mois). Iatrogénicité de certains collyres
Kératites par "réveil"d'une kératite herpétique, le plus souvent, par toxicité de certaines eaux (chloramines), les lentilles de contact, non-respect de règles d'hygiène. L’œil est rouge, très photophobe, douloureux avec acuité visuelle diminuée voire effondrée.
Pas de corticoïdes locaux avant d'avoir éliminé une altération de l'épithélium cornéen ou une atteinte virale (herpès, kérato-conjonctivite virale, etc.). Cette kératite est souvent l'évolution d'une conjonctivite mal traitée qui est entrée en contact avec les chloramines trop tôt et trop longtemps sans respecter un délai d'abstinence suffisant. En effet, même avec les lunettes, de l'eau a pu pénétrer jusqu'à la cornée ou, pire, au niveau de la lentille qui a maintenu les chloramines au contact de celle-ci. Ces tableaux imposent une consultation spécialisée (+++) que ne doit pas faire retarder la prescription d'un collyre antiseptique. Il faut éviter les pansements occlusifs type rondelles oculaires (+++), ne pas prescrire d'anesthésique (+++) ni de corticoïdes (++++).
La kératite amibienne  : très rare et gravissime. Son pronostic dépend de la précocité du diagnostic. Le traitement s'étalera sur 2 à 4 mois. Cinquante pour cent des patients ne récupéreront pas une acuité de 5/10, et 25 % des patients atteints de kératite amibienne devront bénéficier d'une greffe de cornée. La pratique de la natation peut faire cumuler beaucoup de facteurs de risque qui sont : l'eau des piscines, le port de lentilles, la mauvaise observance des règles d'hygiène des lentilles.
L'eau potable de réseau peut contenir entre 1000 et 10000 amibes / L, qui résistent de + en + aux doses de chlore. Le diagnostic est souvent retardé sous forme de kératite qui traîne et devient très douloureuse avec abcès cornéen, malgré les différents traitements. Quoique très rare, elle est particulièrement grave et s'observe avec prédilection chez les porteurs de lentilles qui ne respectent pas certaines règles.
Son traitement préventif est simple :
● éduquer les porteurs de lentilles et porteurs de lunettes de piscine ;
● préférer les lentilles jetables journalières (+++), sinon insister sur le soin (++) dans l'entretien des lentilles ;
● ne pas rincer des lentilles à l'eau du robinet (++++) ;
● utiliser des solutions d'entretien ;
● laver puis sécher les mains ;
● respecter le renouvellement des lentilles, des boîtiers ;
● abolir l'automédication ou la prescription illicite ou prolongée et l'utilisation de collyres périmés.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.