» GLANDES SALIVAIRES Carcinome des canaux excréteurs de glande salivaire

Carcinome des canaux excréteurs de glande salivaire


Carcinome des canaux excréteurs (1-4) AJSP 2000 ;24:579, Mod Path 2003 ;16:1218 : Rare entre 1 et 9 % des tumeurs malignes. Age : 21 à 91 ans (moyenne 65 ans ), surtout après 40 ans. Taille : 1 à 6 cm (3 cm). Prédominance masculine (3 à 4/1). Topographie = Parotide (90%), 5% glandes mineures (palais), de novo parfois sur Tumeur mixte ou adénocarcinome polymorphe de faible grade (5) , voir Warthin, tumeur à cellules géantes, sialadénite chronique à IgG4 (Hum Pathol 2009 ;40:881), cylindrome, carcinome épithélial-myoépithélial, carcinome malpighien (Arch Pathol Lab Med 2011 ;135:1088). Clinique : Masse cervicale de croissance rapide avec paralysie faciale fréquente (40%) et douleurs (25%) Macroscopie : lésion multinodulaire, mal limitée, non encapsulée, gris-blanc +/- nécrotique. Histologie : Envahissement ganglionnaire fréquent (30 % clinique, 75 % histologique). La lésion est mal limitée en périphérie, constituée d'une prolifération d'architecture canalaire cribriforme ou papillaire, ressemblant à celle d'un carcinome intracanalaire mammaire avec une composante infiltrante ressemblant à un CCI entre les nodules tumoraux. Les cellules néoplasiques sont de grande taille avec atypies cyto-nucléaires marquées, des noyaux vésiculaires, nucléolés, un polymorphisme marqué et nombreuses mitoses. Les petits nodules sont solides ou kystiques, les grands sont kystiques irréguliers avec comédonécrose. Stroma-réaction desmoplasique, hyalinisante et/ou lymphoplasmocytaire avec fréquentes infiltrations de filets nerveux (60%), perméations vasculaires (30%) et extension aux structures adjacentes. Immunohistochimie Arch Pathol Lab Med.2015 Jan ;139(1):55-66 : S100+, marqueurs myoépithéliaux + autour des structures (p63, CK 14), positivité de CK7, EMA, ACE, CAM5.2 et de GCDFP15, ACE, EMA, CK AE1AE3, et récepteurs d’androgènes. Images histologiques  : #0, #1, #2, #3,#4, 1-cribriforme 2-oncocyte, 3-infiltrant, 4-perméation périnerveuse HE, CK7, CK20, HE et PPAR gammaLame virtuelle Une variante sarcomatoïde a été décrite (6) avec les 2 composants carcinomateux et pseudosarcomateux intimement liés, la composante épithéliale est typique, de type comédocarcinome, la composante sarcomatoïde est formée de cellules fusiformes pléomorphes et anaplasiques avec une matrice plus ou moins dense et hyaline ou myxoïde voire de l'ostéosarcome, on peut retrouver souvent un adénome pléomorphe résiduel (7). Existence d’une forme papillaire avec psammomes (8), d'une forme micropapillaire similaire à celle décrite dans le sein, vessie, ovaire ou poumon (9) avec perméations lymphatiques et périnerveuses CK7 +, CK20 - et une forme mucineuse (colloïde) (5) , à différencier de métastases, d’un carcinome mucoépidermoïde : AR negative, cellules intermédiaires et claires. Immunohistochimie : les 2 composantes sont kératine + (CK 5/6, CK7, CK8/18, CK19, CK20, B72.3), EMA +, ACE +, CD15 +, RA + (>90%), PPAR gamma + (80%, Mod Pathol 2003 ;16:1218), GCDFP-15 + (intracanalaire), la composante sarcomateuse est vimentine+, S100 -, actine -, calponine – (11), (sauf les cellules myoépithéliales résiduelles autour des canaux). Le PSA peut être occasionnellement + avec élévation du PSA sérique (87), le PAP dans la moitié des cas, récepteurs d’androgène + dans > 90%, RE rare, RP (20%) + (12). Biologie moléculaire : amplification de HER2, mutations de p53 Diagnostic différentiel : - Carcinome oncocytaire, PTAH +, cellules + grandes + éosinophiles granulaires, pas d'architecture papillokystique, cribriforme ou comédo- - Carcinome muco-épidermoïde haut grade, cellules mucineuses, squameuses et intermédiaires. - Carcinome à cellules acineuses, PAS D +, cellules vacuolées et cellules claires. - Cylindrome, pas de kystes, pas de comédonécrose, matériel hyalin à l'intérieur des lumières. - Adénocarcinome SAI : RA+, métastase, carcinome métastatique, carcinome eccrine (GCDFP15-), adénocarcinome pléomorphe de bas grade, - Pronostic : mauvais, 40-50 % de métastases systémiques et ganglionnaires, 65% de décès (dans les 3-4 ans !) surtout si taille > 30 mm ou métastases.  Pronostic : mauvais, 40-50 % de métastases systémiques et ganglionnaires, 65% de décès (dans les 3-4 ans !) surtout si taille > 30 mm ou métastases. Les facteurs de mauvais pronostic sont : > 3 cm, M+, RE-, p53+,. HER2+, MMP9+, polysomie du chromosome 7 http://www.pathologyoutlines.com/topic/salivaryglandssalivaryductcarcinoma.html Forme de faible grade intracanalaire = Cystadénocarcinome cribriforme de bas grade (3 ;13 ;14) Am J Surg Pathol 2004 ;28:266 : tumeur rare considérée d’abord comme un carcinome des canaux excréteurs de bas grade. Presque toujours dans la parotide, parfois dans les ganglions intraparotidiens (Head Neck Pathol 2011 ;5:321), palais, prédominance féminine (2/1), moyenne de 62 ans (32 à 91 ans) Macroscopie : tumeur non encapsulée, partiellement kystique Histologie : non encapsulé, un ou plusieurs canaux kystiques avec prolifération intracanalaire (plusieurs couches de petites cellules monomorphes avec des micropapilles anastomosées ou un aspect cribriforme. Chromatine fine dispersée, petits nucléoles, ressemble à une hyperplasie épithéliale atypique mammaire ou intracanalaire de bas grade, seule une minorité présente une composante infiltrante ressemblant à du CCI (14), avec ou sans métaplasie apocrine (15). Les cellules de surface peuvent présenter des microvacuoles cytoplasmiques apocrines (PAS +/ diastase résistant), et des lipofuchsines. Peu ou pas de polymorphisme ou de mitoses, ni nécrose, ni perméations vasculaires ou périnerveuses. Images histologiquesimite 1 hyperplasie atypique mammaire Immunohistochimie : S100 ++. Présence d’une couche de cellules myoépithéliales, positivité de : CK14, p63, GCDFP-15 (Am J Surg Pathol 2006 ;30:1014), MUC1, MUC2, MUC4, MUC6, CK19, AR, ER, PR, SOX10 Hum Pathol. 2016 Oct ;56:134-42. . Négativité de : CK20, p53. Diagnostic différentiel : forme papillaire kystique de carcinome à cellules acineuses ou de cystadénocarcinome. Traitement : exérèse complète. http://www.pathologyoutlines.com/topic/salivaryglandsintraductalsalivary.html

Reference List

(1) Ellis GL, Auclair PL. Tumors of the salivary glands. Third series ed. Washington : Armed Forces Institute of Pathology, 1995.

(2) Lewis JE, McKinney BC, Weiland LH, Ferreiro JA, Olsen KD. Salivary duct carcinoma. Clinicopathologic and immunohistochemical review of 26 cases. Cancer 1996 ; 77(2):223-230.

(3) Barnes L, Eveson JW, Reichart P, Sidransky D. Pathology and genetics of Head and neck tumours. IARC press, 2005.

(4) Delgado R, Vuitch F, Albores-Saavedra J. Salivary duct carcinoma. Cancer 1993 ; 72(5):1503-1512.

(5) Simpson RH, Prasad AR, Lewis JE, Skalova A, David L. Mucin-rich variant of salivary duct carcinoma : a clinicopathologic and immunohistochemical study of four cases. Am J Surg Pathol 2003 ; 27(8):1070-1079.

(6) Henley JD, Seo IS, Dayan D, Gnepp DR. Sarcomatoid salivary duct carcinoma of the parotid gland. Hum Pathol 2000 ; 31(2):208-213.

(7) Nagao T, Gaffey TA, Serizawa H, Iwaya K, Watanabe A, Yoshida T et al. Sarcomatoid variant of salivary duct carcinoma : clinicopathologic and immunohistochemical study of eight cases with review of the literature. Am J Clin Pathol 2004 ; 122(2):222-231.

(8) Brandwein MS, Jagirdar J, Patil J, Biller H, Kaneko M. Salivary duct carcinoma (cribriform salivary carcinoma of excretory ducts). A clinicopathologic and immunohistochemical study of 12 cases. Cancer 1990 ; 65(10):2307-2314.

(9) Nagao T, Gaffey TA, Visscher DW, Kay PA, Minato H, Serizawa H et al. Invasive micropapillary salivary duct carcinoma : a distinct histologic variant with biologic significance. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(3):319-326.

(10) Prasad AR, Savera AT, Gown AM, Zarbo RJ. The myoepithelial immunophenotype in 135 benign and malignant salivary gland tumors other than pleomorphic adenoma. Arch Pathol Lab Med 1999 ; 123(9):801-806.

(11) James GK, Pudek M, Berean KW, Diamandis EP, Archibald BL. Salivary duct carcinoma secreting prostate-specific antigen. Am J Clin Pathol 1996 ; 106(2):242-247.

(12) Fan CY, Wang J, Barnes EL. Expression of androgen receptor and prostatic specific markers in salivary duct carcinoma : an immunohistochemical analysis of 13 cases and review of the literature. Am J Surg Pathol 2000 ; 24(4):579-586.

(13) Delgado R, Klimstra D, Albores-Saavedra J. Low grade salivary duct carcinoma. A distinctive variant with a low grade histology and a predominant intraductal growth pattern. Cancer 1996 ; 78(5):958-967.

(14) Brandwein-Gensler M, Hille J, Wang BY, Urken M, Gordon R, Wang LJ et al. Low-grade salivary duct carcinoma : description of 16 cases. Am J Surg Pathol 2004 ; 28(8):1040-1044.

(15) Weinreb I, Tabanda-Lichauco R, van der KT, Perez-Ordonez B. Low-grade intraductal carcinoma of salivary gland : report of 3 cases with marked apocrine differentiation. Am J Surg Pathol 2006 ; 30(8):1014-1021.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.