» Médecine légale Intoxication aux benzodiazépines

Intoxication aux benzodiazépines


Intoxications aiguës par les benzodiazépines : Les benzodiazépines sont une des classes médicamenteuses les plus prescrites dans les pays occidentaux (propriétés anxiolytiques, hypnotiques, sédatives, anticonvulsivantes et myorelaxantes). L’efficacité thérapeutique et la grande sécurité d’emploi des benzodiazépines expliquent l’importance de la prescription.
Cinétique et métabolisme : L’absorption digestive est rapide. Le délai d’apparition du pic plasmatique varie entre 1 et 3 heures. Les benzodiazépines sont très liposolubles, ont un volume de distribution élevé et une importante fixation protéique (85 à 99 %).
Le métabolisme est exclusivement hépatique avec formation de métabolites actifs pour certaines molécules (desméthyldiazépam par exemple).
La demi-vie des benzodiazépines est très variable d’une molécule à l’autre (de 3 à 70 heures) et ne reflète qu’imparfaitement la durée de l’action clinique. L’excrétion rénale concerne essentiellement les métabolites.
Clinique : obnubilation, somnolence, voire coma. La dépression respiratoire est modérée (en l’absence d’insuffisance respiratoire préexistante) et l’inhalation bronchique peu fréquente.
Le pronostic est favorable et les décès exceptionnels. L’existence d’un coma profond doit faire rechercher une association à d’autres psychotropes ou à de l’alcool. Chez le sujet âgé, l’évolution peut-être parfois très lente avec un réveil progressif prolongé sur quelques jours.
Dans certains cas, en particulier chez l’enfant, on peut observer des états d’agitation avec troubles du comportement.
Traitement : symptomatique, protection des voies aériennes (position latérale de sécurité, canule de Guedel, intubation si nécessaire).
Le lavage gastrique est inutile en raison de l’absorption digestive rapide de ce type de molécule, de la faible quantité épurée et de l’évolution favorable en moins de 48 heures.
Le charbon activé (dose unique de 50 grammes) dans le but de limiter l’absorption digestive, n’est pas justifié ; sauf si administré dans les 30 minutes suivant l’ingestion.
Les indications d’administration du Flumazénil, antagoniste pur et spécifique des benzodiazépines au niveau de leurs récepteurs cérébraux sont limitées et répondent à deux objectifs :
Eviter une intubation et une ventilation surtout chez le sujet âgé ou insuffisant respiratoire.
L’administration se fait par injection IV de doses de 0,2 à 0,3 mg qui peuvent être répétées et titrées jusqu’à l’obtention du réveil ou en perfusion continue (0,5 à 1 mg/h) 
Aider au diagnostic d’un coma d’étiologie inconnue : dans ce cas l’absence d’effet sur les troubles de la conscience de l’administration de 1 à 2 mg de flumazénil permet d’exclure une intoxication par benzodiazépines.
Ce type d’utilisation n’est cependant pas dénué de risque : en effet, lors d’une prise associée d’antidépresseur tricyclique, il existe un risque de survenue de convulsions au décours immédiat de l’injection de flumazénil.
Par ailleurs, l’administration de flumazénil chez un sujet prenant régulièrement des benzodiazépines peut induire un syndrome de sevrage brutal avec convulsions.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.