» Médecine légale lésions par agents physiques

lésions par agents physiques


Lésions par agents physiques
Electrisation
Pression atmospherique : accidents de décompression : La diminution de la pression atmosphérique est à l'origine des œdèmes pulmonaires d'altitude, de pathogénie complexe. Les principaux accidents de décompression sont observés chez les plongeurs sous-marins, quand ceux-ci, soumis préalablement à une hyperpression d'installation lente, sont ramenés trop vite à la surface. Le risque principal est celui des embolies gazeuses qui oblitèrent les petits vaisseaux (os spongieux des épiphyses et du SNC, avec petits foyers de nécrose ischémique). Au niveau du névraxe, ces petits infarctus peuvent apparaître comme des petits foyers de démyélinisation, bien visibles dans les cordons postérieurs et latéraux de la moelle épinière lombaire. Le diagnostic macroscopique repose sur la découverte de sang spumeux dans les cavités cardiaques et dans la veine cave inférieure Le clampage de la veine cave et l'ouverture du cœur après immersion de celui-ci facilitent la détection des bulles(dont l'analyse chimique peut être faite).
Les traumatismes par effet de souffle : lésions locorégionales, selon la région atteinte (blast auditif / oculaire / cérébral / abdominal / pulmonaire). Les lésions du blast résultent de 3 mécanismes souvent intriqués : phénomènes de pulvérisation au niveau des interfaces liquides-gaz (interfaces alvéolo-capillaires), brusque augmentation de pression au sein des organes creux, secondaire à la compression extérieure par le souffle, transmission mécanique du choc au niveau des organes pleins.
Les blasts pulmonaires sont caractérisés par une lacération hémorragique des bases, avec parfois déchirure de la plèvre viscérale. L'examen histologique peut mettre en évidence une congestion, un œdème pulmonaire et des degrés variables d'hémorragie et de rupture alvéolaire.
Les blasts abdominaux sont à l'origine de lésions spléniques et hépatiques, de désinsertion des mésos et d'éclatement des organes creux.
Le blast auriculaire va jusqu'à la rupture du tympan ou arrachement de la cochlée de ses attaches avec surdité temporaire ou définitive
La projection d’objets (débris, éclats / shrapnels) occasionnent des plaies (victime polycriblée) = blast secondaire
Lorsque l'onde de choc atteint la personne, celle-ci est très brièvement avec une surpression d'un côté et la pression atmosphérique de l'autre coté, ceci peut projeter la personne au sol, avec des traumatismes liés à la chute = blast tertiaire
Il faut une pression proche de 3 bars avant d'observer des lésions (uniquement dues à la pression) potentiellement mortelles (possibilité de survie à une onde de choc de 21 bars). NB : variation > 1 bar en moins d'une milliseconde est un blast, en dessous il s’agit d’un barotraumatisme ou d'un traumatisme sonore de forte intensité.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.