» Anatomie pathologique générale tératome

tératome


Les tératomes : prolifération anormale de cellules totipotentes (pouvant évoluer vers tous les types de tissus) avec nombre variable de tissus différents étrangers à l'organe ou à la région où ils se développent, mal organisés entre eux, à comportement cancéreux si indifférencié et immature. Ils peuvent être unitissulaires (monodermiques ou simplifiés) ;
Les tératomes rétropéritonéaux et surtout ceux kystiques de l'ovaire devenir considérables (du fait de leur expression tardive), ceux testiculaires, du médiastin, de l’épiphyse, restent petits.
le tératome kystique ( kyste dermoïde de l'ovaire) : arrondi, souvent volumineux, kyste à paroi nacrée assez mince avec matériel sébacé gris, et souvent des poils au niveau d’un polype avec territoires adipeux, cartilagineux, osseux, voire petits kystes mucineux.
Le tératome solide (testiculaire) : petit, de forme irrégulière, ferme avec territoires adipeux, fibreux, cartilagineux, osseux, et souvent de petits kystes remplis de mucus ou de matériel sébacé. La présence de territoires charnus, souvent hémorragiques ou nécrotiques, est particulière aux tératomes immatures et malins.
On retrouve tous les types de tissus, à tous les stades de maturation :
Des tissus adultes matures : épithéliaux, conjonctifs et nerveux avec ébauche d'organisation (épithélium respiratoire avec muscle lisse et cartilage, ébauches de rétine, kystes dermoïdes avec follicules pilaires, à part les dents, pas de formation d'organes).
Des tissus immatures divers : mésenchymateux, ecto- ou entoblastique, neuroblastique.
Des tissus embryonnaires :boutons embryonnaires +/- anormaux (plaque didermique avec vésicules amniotique et entoblastique), mésoblaste extra-embryonnaire et tissu vitellin, trophoblaste.
Les tératomes simplifiés, monodermiques, matures sous forme de kystes dermoïdes, kystes à revêtement cylindrique mucosécrétant, goitre ovarien.
Malignité : sous forme de tératome immature, de tératome cancérisé
La malignité propre des tératomes est fonction de leur immaturité, elle peut être réversible, si maturation (exemple des métastases de tumeurs germinales testiculaires qui maturent sous chimiothérapie, localisations péritonéales de tissu glial qui ne peuvent s'expliquer que par la maturation spontanée de métastases d'un tératome ovarien malin.
Signification des tératomes : On peut distinguer 3 types de localisations :
- les tératomes gonadiques de loin les plus fréquents,
- les tératomes axiaux : internes (épiphysaires et mésocéphaliques, médiastinaux, rétropéritonéaux), externes (ombilic, cou, sacrococcygien, pharynx) ;
- localisations diverses, en particulier aux viscères (foie, rein, rate, thyroïde...).
Histogenèse :
La théorie de la gémellité : Le tératome serait un jumeau très anormal et très désorganisé de son porteur avec des transitions entre jumeaux anisopages parasites (acardiens soudés parasites, épignathes, ischiopages) et les tératomes axiaux externes.
Ce jumeau anormal pourrait se développer à partir : d'une anomalie de la ligne primitive : tératomes axiaux, ou d'un blastomère ayant échappé à l'induction normale (localisations diverses).
La théorie de la parthéno- (ou éphébo-) genèse : le tératome résulterait du développement d'une gonie, sans fécondation (coexistence fréquente de séminomes dans les tératomes gonadiques, tératomes médiastinaux et rétropéritonéaux, qui siègent sur le trajet de la migration des gonocytes primordiaux formés dans la paroi du sac vitellin. Elle paraît s'appliquer aux tératomes épiphysaires, car des séminomes sont observés dans cette région.
Les tératomes "jumeaux" sont présents dès la naissance, au moins quant à leur souche :
Les tératomes "germinaux" se développent chez l'enfant ou l'adulte jeune.
L'étude des caryotypes a montré :
• dans les kystes dermoïdes ovariens, une formule haploïde indiquant leur origine à partir d'une cellule germinale post-méïotique,
• dans d'autres tératomes, gonadiques et extragonadiques, une formule diploïde identique à celle de leur hôte.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.