» OS Fractures Fractures de l'humérus (distales + diaphyse)

Fractures de l’humérus (distales + diaphyse)


Fractures diaphysaire de l'humérus : par choc direct ou flexion ou torsion avec possibilité de trait de fracture spiralé, possibilité de fracas avec fracture comminutive
Clinique : douleur, impotence, +/- hématome, déformation parfois évidente (angulation) et œdème, position du blessé du membre supérieur, le bras blessé étant soutenu par l’autre main
Complications : Lésions des vaisseaux ou nerfs, dont une paralysie du nerf radial avec main tombante, absence de sensibilisation du pouce et face dorsale du 1er doigt ce nerf cravatant l’os en son tiers moyen / tiers inférieur. La lésion peut être occasionnée par la fracture ou par l’œdème engendré par celle-ci. Ouverture cutanée, les complications tardives sont : cals vicieux, pseudarthrose, déplacement secondaire de la fracture, algodystrophie, séquelles fonctionnelles.
Traitement :
Orthopédique : Plâtre thoraco-brachial (rare), immobilisation articulaire sus et sous jacente avec rotation neutre de l’épaule. Plâtre pendant, réduction de la fracture par son seul poids .
Chirurgical : Comme pour la plupart des interventions en chirurgie orthopédique, une antibiothérapie péri opératoire est instituée.
Clou centromédullaire (fractures des deux tiers > de la diaphyse humérale), soit par en haut, soit par en bas, verrouillé en amont et en aval de la fracture par des vis, puis immobilisation coude au corps pour une durée qui sera fonction de la stabilité du montage puis commence une mobilisation douce.
Le brochage rétrograde, sous contrôle radioscopique, les broches sont introduites par un mini abord au dessus du coude, les broches remontent jusqu’à la tête humérale. Le membre > est immobilisé coude au corps pendant trois mois.
Ostéosynthèse par plaque, mais risque de dévascularisation des fragments , attention à ne pas comprimer le nerf radial, retarde la consolidation car on abîme le périoste.
Fixateur externe , quand fracture ouverte mais perte de substance osseuse, attention aux pseudarthroses infectées.
Risques opératoires : lésions neurologiques dues à la fracture ou à la réduction peropératoire, hématome, infection du site opératoire
Fractures distales de l'humérus : elles peuvent être : Supra condylienne, sus et inter condylienne ou limitées au condyle externe ou interne.
Mécanisme : Fracture par hyper extension (80%), chute sur la main
Complications (fracture supra condylienne) : ouverture cutanée, lésions vasculo-nerveuses, des nerfs radial (surtout), cubital et médian
Traitement au bloc opératoire systématique avec réduction et immobilisation, si nécessaire une ostéosynthèse à foyer ouvert (plaques-vis), sinon traitement orthopédique pur, puis immobilisation temporaire impérative.
Plâtre pendant à 90° et bandage à l’épaule ou attelle directionnelle, qui bloque le coude avec suivi radiologique et clinique 1 fois par semaine.
Prévention du syndrome de Volkmann qui se traduit par une cyanose de la main avec picotement, des douleurs de l’avant bras, disparition rapide des mouvement de la main, douleurs à la mobilisation des doigts, si non traité : évolution spontanée vers une nécrose musculaire avec rétraction ischémique des fléchisseurs et attitude de griffe irréductible caractéristique avec flexion du poignet, hyperextension des métacarpophalangiennes, flexion des phalanges


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.