» RECTUM NORMAL

NORMAL


Sur le plan anatomique, le rectum est la partie terminale du tube digestif, reliant le côlon sigmoïde à la marge anale. Le mésorectum est constitué de graisse et de pédicules vasculo-nerveux qui entourent le rectum. Le mésorectum est essentiellement développé en arrière et latéralement.
La paroi rectale est composée des quatre couches suivantes, décrites de dedans en dehors : la muqueuse (incluant la musculaire muqueuse), la sous-muqueuse, la musculeuse et la dernière couche correspond à l'ensemble sous-séreuse-séreuse. Dans les zones sans péritoine, cette dernière couche représente le tissu périrectal. Pour les adénocarcinomes rectaux, il est important de préciser la profondeur de l'envahissement pariétal sur les prélèvements disponibles. Un cancer invasif dépasse la musculaire muqueuse, sinon il s'agit d'un carcinome intramuqueux (ou in situ).
Dans le rectum : tissu périmusculaire. La muqueuse est elle-même composée de 3 composants : l'épithélium, le chorion et la musculaire muqueuse. La surface muqueuse étant constituée d'une seule couche de cellules cubo-cylindriques dans laquelle s'ouvrent de nombreux cryptes de Lieberkuhn. Cet épithélium est constitué de cellules absorptives avec des noyaux en situation basale, un cytoplasme acidophile non mucineux et une bordure en brosse apicale, de cellules en gobelets contenant de la mucine, entre les cellules épithéliales on retrouve de rares lymphocytes et polynucléaires éosinophiles. Les cryptes de Lieberkuhn ont une forme tubulaire, sont agencées de façon parallèle et ne sont que très rarement arborisées, la présence d'une arborisation est une indication d'une pathologie inflammatoire quiescente, l'arborisation doit être distinguée de l'aspect en trèfle résultant de l'ouverture de plusieurs cryptes dans une fente innominée. Le revêtement cryptique contient des cellules absorptives matures et des cellules en gobelet ainsi que des cellules indifférenciées précurseurs des cellules endocrines et des cellules de Paneth. Les cellules précurseurs et endocrines prédominent à la base des cryptes, les cellules endocrines se caractérisent par des granules infranucléaires alors que cellules de Paneth comportent de nombreux granules éosinophiles supranucléaires, ces granules contenant du lysozyme, de l'EGF et d'autres substances. Leur survenue en dehors du colon est un signe de métaplasie le plus souvent secondaire à une inflammation chronique. 
Le chorion contient peu de cellules inflammatoires essentiellement sous forme de lymphocytes, de plasmocytes, d'histiocytes avec quelques mastocytes reposant sur un réseau de fibres collagènes, de muscle lisse, de vaisseaux et de nerfs. 
Présence de complexes lymphoglandulaires qui sont des structures normales constituées par un épithélium cryptique profond entouré par des follicules lymphoïdes et qui s'étendent de la muqueuse jusque dans la sous-muqueuse. Les macrophages du chorion peuvent contenir du pigment brun consistant soit en de l'hémosidérine, le plus souvent secondaire à des phénomènes hémorragiques antérieurs ou de la pseudo-mélanine (lipofuchsine, PAS +, huile rouge -, Perls -, Fontana +)due à l'ingestion de laxatifs de type anthraquinolone. Quand ces macrophages sont nombreux, on parle de mélanose colique. Des macrophages contenant de la mucine se voient de façon normale et ne doivent pas être confondus avec des cellules de la maladie de Whipple (98). 
En immunohistochimie, les cellules de la muqueuse colique normale contiennent des kératines 8,18 et 19. La sous-muqueuse est constituée d'un tissu conjonctif lâche similaire au chorion et contient les plexus sous-muqueux de Meissner, la musculeuse comporte une couche circulaire interne, une couche externe longitudinale avec entre les 2 des plexus d'Auerbach. 
NB des cellules en bague à chaton s'observent également dans des polypes de Peutz-Jeghers du grêle, la muqueuse colique ou vésiculaire voire dans des lymphomes du MALT. Dans le tube digestif le risque de diagnostic erroné est important avec un carcinome à cellules indépendantes surtout en l'absence d'atypies nettes. Les cellules bénignes sont Ecadhérine +, p53-, Ki-67 - alors que dans le carcinome à cellules indépendantes les réactions sont opposées (52). 
 
Références bibliographiques
(52) Wang K, Weinrach D, Lal A, Musunuri S, Ramirez J, Ozer O et al. Signet-ring cell change versus signet-ring cell carcinoma : a comparative analysis. Am J Surg Pathol 2003 ; 27(11):1429-1433
 
 


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.