» ARTICULATION Genou normal

Genou normal


L'articulation du genou est une articulation supportant le poids du corps, située entre l'extrémité inférieure du fémur, et l'extrémité supérieure du tibia. Entre ces deux extrémités, condyles fémoraux, et plateaux tibiaux, recouverts de cartilage, s'interposent deux ménisques, interne et externe. Les ligaments maintiennent en contact le fémur et le tibia : en périphérie ce sont les ligaments latéraux, ligament latéral interne et ligament latéral externe. Au centre du genou sont situés les ligaments croisés : ligament croisé postérieur, et ligament croisé antérieur.
Elle met en jeu trois os, le fémur le tibia et la patella (rotule), par le biais de trois articulations, l'articulation fémoro-patellaire et la double articulation fémoro-tibiale. Le cartilage assure la fluidité des mouvements du genou. Le genou renferme deux types de cartilages articulaires : le cartilage fibreux (ménisque) et le cartilage hyalin.
Les surfaces articulaires ne sont que peu congruentes. Les condyles fémoraux convexes s'articulent avec les glènes tibiales. La congruence articulaire est améliorée par les ménisques interne et externe (fibro-cartilages semi-lunaires prismatiques, triangulaires à la coupe.
La trochlée fémorale répond à la surface articulaire postérieure de la rotule qui appartient à l' appareil extenseur du genou.
Le système capsulo-ligamentaire est composé de ligaments croisés et latéraux.
Ligaments croisés : LCA qui s'insère sur la face axiale du condyle externe, au niveau de son tiers postérieur et se termine sur la surface préspinale du tibia.
LCP + volumineux / résistant que le LCA, il s'insère sur la face axiale du condyle interne au niveau de son tiers antérieur et se termine sur la surface rétrospinale du tibia.
Les ligaments latéraux sont constitués par les plans ligamentaires interne et externe.
Le plan ligamentaire interne est constitué par les 2 plans (profond fémoro-ménisco-tibial et plan superficiel fémoro-tibial) du ligament latéral interne (LLI) et par le point d'angle postéro-interne (PAPI, entre le bord postérieur du LLI et les coques condyliennes = renforcement capsulaire avec des expansions du demi-membraneux et du LLI, la corne postérieure du ménisque interne y adhère fortement). Le LLI est en connexion avec les tendons de la patte d’oie et avec le rétinaculum patellaire interne. Il forme un triangle à base <, les fibres les plus courtes sont tendues en extension, les plus longues sont tendues en flexion.
La fonction du LLI superficiel est modulée par le tendon du demi-membraneux, ainsi que par le grand adducteur, le vaste médian par l’intermédiaire du rétinaculum patellaire.
Plan ligamentaire externe avec un LLE + court et + mince que le LLI, s'insère sur la face externe du condyle externe et se termine sur la tête du péroné, est oblique en bas et en arrière et le point d'angle postéro-externe (PAPE = zone capsulaire renforcée par les trois tendons d'insertion du muscle poplité qui se réunissent à la face profonde du LLE pour former le ligament poplité arqué et la corne postérieure du ménisque externe renforce cette zone, amarrée par les ligaments de Humphrey et Wrisberg, de même, le tendon terminal du biceps sur la tête du péroné renforce cette zone. La bandelette de Maissiat, terminaison sur le tubercule de Gerdy du fascia lata, est 1 élément supplémentaire de renforcement du plan ligamentaire externe.
Capsule articulaire : manchon fibreux qui s'étend de l'extrémité < du fémur à l'extrémité > du tibia, relativement lâche et mince en avant, très épaisse en arrière, coiffant ainsi les condyles d'une coque fibreuse : les coques condyliennes.
L'appareil extenseur du genou est formé par le quadriceps fémoral, la rotule et le tendon rotulien, le quadriceps s'insère en haut sur l'os coxal par le muscle droit antérieur, sur le fémur par les muscles vaste interne et externe et par le crural, se termine par un épais tendon qui s'insère sur le bord > de la rotule (tendon quadricipital), se continue par le tendon rotulien qui se termine sur la tubérosité tibiale antérieure.
Physiologiquement, il existe une translation tibiale antérieure de 3mm en moyenne ( 0 à 10mm), symétrique d'un genou à l'autre (différentielle < 2mm). La rupture du LCA s'accompagne d'une augmentation de cette translation tibiale antérieure absolue et surtout différentielle (> 2mm). Le LCA est le frein principal à cette translation (1ère structure mise en tension = frein primaire. Si le LCA est rompu, la corne postérieure du ménisque interne et le PAPI s'opposent à cette translation tibiale antérieure = frein secondaire.
Les sollicitations répétées des freins secondaires, finissent par entraîner une lésion méniscale de la corne postérieure du ménisque interne, chevauchée par le condyle interne :
Translation tibiale postérieure, limitée en flexion par le LCP, si rupture tiroir postérieur d'au moins 1cm, les lésions des formations postéro-externes augmentent cette translation postérieure. En extension, limitation par les coques condyliennes qui sont tendues :
Contrôle du varus et du valgus tibial : le LLI s'oppose au bâillement interne lors des mouvements en valgus. Les formations postéro-internes sont sollicitées lors des mouvements de rotation externe. Le LLE s'oppose au bâillement externe lors des mouvements en varus. Les coques condyliennes s'opposent au mouvement de recurvatum. Il existe fréquemment un recurvatum physiologique. s'il est asymétrique, il est pathologique.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.