» Médecine du sport Pathologie cutanéo-unguéale du pied de l'athlète

Pathologie cutanéo-unguéale du pied de l’athlète


Anomalies cutanéo-tégumentaires :
Les Phlyctènes ou ampoules : suite à mouvement inhabituel dans la chaussure avec frottement et échauffement et 3 stades : rougeurs, bulles, destruction du derme. En préventif : tannage au jus de citron tous les matins et massage au beurre de karité le soir pendant 15 jours (à renouveler avant une épreuve sportive) ainsi on obtient un derme souple et résistant. En curatif avec 1 seringue aspirer le liquide puis ajouter de l'éosine et ré-aspirer l'éosine pour sécher le derme, mettre un pansement hydrocolloïde et strapper ou appliquer une crème anti-échauffement.
Hématome sous unguéal : après des microtraumatismes (chaussure trop courte sur laquelle l'ongle vient butter (surtout lors de descentes et en terrains accidentés). Apparition brutale d'une tâche noires sous l'ongle qui entraine une vive douleur. Tâche noirâtre douloureuse sous-unguéale après une marche, qui se déplace avec la pousse de l’ongle ; il se distingue du mélanome non douloureux mais de pronostic souvent sombre, trompeur s’il est achromique. En préventif : on emballe les ongles avec un élastoplaste pas trop épais, chaussage adapté. En curatif : dans les 24 heures car sinon le sang aura coagulé, on fait un trou avec un thrombone chauffé au rouge, pour faire ressortir le sang puis on pose un pansement antiseptique.
L'hyperidrose : causé par le froid, la chaleur, réchauffement et les troubles de la statique.
Elle entraîne des odeurs désagréables selon le PH de la peau, une dégradation prématurée de la chaussure, une pâleur de la peau, un épaississement de la peau (hyperkératose), une sensation de cuisson et de brûlure, une destruction de la peau (kératolyse ponctuée) petit trous dans l'épiderme surtout rencontrés lors d'une macération prolongée. En préventif : ionophorèse, crème et sray antitranspirant en traitement, bain de pieds froid qui resserre les pores de peau, application d'acide borique, de tanin ou de dry foot, acide citrique ou jus de citron pour un tannage de la peau. Lors d’une course : changement de chaussettes et de chaussures régulièrement
Ongles incarnés ou plicature unguéale consulter un podologue avant tout épreuve ultra endurante pour couper les ongles de façon à se qu'ils ne soient ni trop courts ni trop longs, pour éviter les décollements ou les hématomes sous unguéaux
Cors dorsaux des orteils (en griffe ou marteau), ou latéraux (5ème orteil du pied varus), durillons plantaires sous les têtes métatarsiennes (métatarsalgies statiques) qui signent une hyperpression localisée, pied souvent creux.
L’œil de perdrix, entre 2 orteils, avec hyperkératose en tenon et mortaise sur leurs faces médiale et latérale, est douloureux, parfois favorisé par une petite exostose sous-jacente.
Des signes cutanés locaux infectieux (ongles, espaces interdigitaux) font rechercher une mycose (pied d’athlète).
Des nodules plantaires aponévrotiques antérieurs signent la maladie de Ledderhose.
Des nouures dermiques enchâssées, douloureuses et colorées de la cheville, avec signes biologiques inflammatoires, signent l’érythème noueux témoin de pathologie iatrogénique, streptococcie, syndrome de Löfgren (sarcoïdose), primo-infection tuberculeuse ou yersiniose.
Nodules et plaques violines indurés, enchâssés dans le derme, douloureux, étendus à d’autres sites cutanéomuqueux, voire au squelette sous-jacent, signent le sarcome de Kaposi.
Des troubles trophiques (peau fine et dépilée) font rechercher artériopathie ou neuropathie périphérique, une coloration plantaire orangée un myxœdème évolué, une pigmentation brunâtre et une mauvaise hygiène une pellagre chez un « sans domicile fixe ».
Les érythèmes squameux et kératosiques évoquent une dyshidrose (terrain atopique) parfois difficile à distinguer d’un psoriasis ou d’une pustulose palmoplantaire des spondylarthropathies ou du syndrome SAPHO (synovite, acné, pustulose, hyperostose par ostéite), ou bien même de la syphilis. Parmi les kératodermies plantaires, l’acrokératose de Bazeix est toujours paranéoplasique (cancer des voies aériennes).
Des vésicules, des bulles peuvent indiquer chez l’enfant un syndrome « mains-pieds-bouche » annonciateur de complications artérielles éventuelles.
Papules, nodules et tumeurs attirent vers un granulome annulaire, des xanthomes (tendineux dans les hypercholestérolémies familiales), la goutte (tophus), le sarcome de Kaposi, etc.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.