» Techniques médicales Ampullectomie

Ampullectomie


L'ampullectomie est la résection en un bloc de la région ampullaire, emportant toute la papille duodénale. Cette technique de résection est réservée aux lésions néoplasiques prouvées par une biopsie préalable et pour lesquelles le bilan endoscopique et écho-endoscopique a montré l’absence de suspicion d'envahissement de la paroi duodénale / par contiguïté de la partie haute de l'ampoule ou de la terminaison des canaux biliaire et pancréatique. I1 en existe 2 techniques : chirurgicale et endoscopique.
Ampullectomie chirurgicale : abord transduodénal qui peut se faire par voie laparoscopique. Après ouverture de la paroi libre du duodénum, le chirurgien aborde directement la région ampullaire et la dissèque sous contrôle de la vue. Ce geste chirurgical est associé à un examen extemporané, pour vérifier l'absence d'envahissement canalaire de la limite profonde de résection.
La limite cholédocienne peut être prélevée directement par le Pathologiste sur la pièce d'ampullectomie, éventuellement orientée par un fi1.
Pour le canal pancréatique, fin et difficile à repérer car coupé au plus court par le Chirurgien, il est plus facile de faire l'extemporanée sur tranche faite sur la limite canalaire par le Chirurgien et adressée à part, orientée par un fi1.
Compte tenu de la taille du prélèvement et des risques d'artefact liés à la technique de résection, pas de vérification de l'état des limites latérales de résection.
Il est recommandé : de canuler les 2 canaux biliaire et pancréatique, d'encrer les limites profonde et latérales duodénales d'une même couleur, de mettre à fixer la pièce avec les canules en place . Après fixation, couper la pièce le long de l'axe des 2 canules et faire 2 blocs d'inclusion séparés. Si la pièce est volumineuse, la coupe peut se faire perpendiculairement à l'axe des 2 canaux, de haut en bas, en passant successivement par chaque canal.
Le principe de l' ampullectomie endoscopique est comparable à celui de l'ampullectomie chirurgicale. Il s'agit de réséquer la région ampullaire "en bloc", mais cette fois sous contrôle endoscopique et à l'aide d'une anse diathermique. L'ampullectomie endoscopique évite l'intervention chirurgicale mais ne permet pas un contrôle d'aussi bonne qualité de la limite de résection profonde et ne permet pas de la corriger en peropératoire si nécessaire.
La pièce doit immédiatement être conditionnée par l 'Endoscopiste et étalée à plat sur un support. A l'arrivée au Laboratoire de Pathologie, la prise en charge est similaire à celle utilisée pour les pièces d'ampullectomie chirurgicale.
Comme pour les ampullectomies chirurgicales, le point essentiel est de vérifier l'état de la limite de résection profonde et l'existence d'une éventuelle colonisation de l'extrémité des canaux biliaire et pancréatique.
La présence d'artefacts d'électrocoagulation, dus à l'importance du courant nécessaire pour effectuer la résection, peut gêner considérablement l'interprétation histologique. L'état des limites latérales doit bien évidemment être précisé mais c'est la présence ou l'absence d'un envahissement de la limite de résection profonde qui déterminera la conduite à tenir ultérieure et notamment, l'indication de réaliser une éventuelle duodéno-pancréatectomie céphalique complémentaire, en cas de résection incomplète.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.