» Laboratoire de pathologie Cytologie phase liquide

Cytologie phase liquide


La cytologie en phase liquide :  
Généralités :
La cytologie en phase liquide est une technique récente d’une dizaine d’années. Elle a été développée dans le but de réduire le nombre de faux négatifs existant avec la technique du frottis conventionnel. Ce taux varie de 5 à 30 % selon les études. Il est principalement du à l’absence de significativité des prélèvements, aux erreurs de détection et de reconnaissance des cellules pathologiques par les cytopathologistes.
L’objectif de cette technique est donc d’améliorer la qualité du prélèvement pour un meilleur dépistage.
 
Le principe de la cytologie en phase liquide :
Les cellules cervicales sont prélevées avec une spatule ou une brosse comme pour un frottis conventionnel. Sauf qu’elles ne sont pas étalées sur une lame par la suite mais directement incorporées dans un fixateur liquide. Ceci permet le recueil de l’ensemble des cellules prélevées, après une étape de centrifugation ou de dispersion dans le but d’éliminer le mucus et les cellules inflammatoires. Enfin, elles sont transférées sur une lame, sur un spot de taille fixe. La totalité du prélèvement n’est pas utilisé, offrant ainsi une réserve de cellules pour la réalisation d’investigations complémentaires.
Les deux principaux systèmes de recueil et de traitement des cellules en milieu liquide :
Système PrepStain (TriPath imaging) : Les cellules sont recueillies à l’aide d’une brosse à tête sécable. La tête est ensuite placée dans un flacon de 10 mL, de liquide fixateur contenant 24 % de méthanol.
Dans le laboratoire de cytologie, le flacon est vortexé avec la tête de la brosse, favorisant ainsi le transfert des cellules de la brosse vers le milieu conservateur. Le milieu cellulaire homogénéisé est ensuite soumis à une dispersion par gradient de densité et de centrifugation, réduisant ainsi le nombre de cellules inflammatoires, d’hématies et de débris protéiques. Les cellules sont enfin remises en suspension et transférées sur la lame par sédimentation. La coloration se fait ensuite de manière conventionnelle.
 
Système ThinPrep (Cytyc Inc) : Le recueil des cellules se fait au moyen d’une brosse ou d’une spatule, agitée à la main par la suite dans un flacon contenant 20 mL de liquide conservateur, composé à 50 % d’éthanol.
Dans le laboratoire, le flacon est placé dans l’automate ThinPrep. La première étape consiste en une dispersion cellulaire, réalisée par un filtre rotatif : Trans Cyt qui crée des courants dans le liquide suffisamment importants pour permettre la séparation des cellules ainsi que la dispersion du mucus et des débris cellulaires. Puis le vide est appliqué à ce filtre favorisant ainsi le recueil des cellules sur la surface d’une membrane. Lorsque les cellules collectées sont en nombre suffisant, elles sont transférées sur une lame avec un cercle de 20 mm de diamètre. La coloration ce fait ensuite de façon conventionnelle.
 
Les avantages de la cytologie en phase liquide :
1 ) L’obtention de prélèvements plus homogènes par suppression des aléas liés à une mauvaise qualité des étalements cellulaires. Les difficultés d’interprétation liées aux écrasements cellulaires, aux frottis trop épais avec superposition, à la mauvaise fixation cellulaire sont réduites. Le nombre de lames rejetées et la variabilité inter préleveur est par conséquent diminué.
2 ) Une meilleure aisance dans la détection des cellules pathologiques lors de la lecture des lames. Car la cytologie en phase liquide utilise une étape de centrifugation cellulaire après dispersion qui permet d’éliminer une partie du mucus, des cellules inflammatoires et des débris cellulaires.
3 ) Un gain de temps au moment de la lecture des cas. Un seul spot concentrant l’ensemble des cellules réduit le temps de screening.
4) La possibilité de réaliser des investigations complémentaires grâce à l’emploi de cellules fixées dans un milieu liquide. Comme l’ensemble du prélèvement n’est pas nécessaire pour la réalisation du spot, il reste suffisamment de matériel pour effectuer des investigations complémentaires : un dépistage HPV par exemple.
5 ) L’utilisation de la lecture avec assistance automatisée va pouvoir être possible grâce à des étalements cellulaires en couche suffisamment mince pour pouvoir détecter distinctement le contour des cellules.
 
Les limites de la technique :
1) Les conditions de lecture sont modifiées :
- Les cellules présentent un aspect différent car elles sont fixées.
- Modification des repères de lecture, diminution du contexte inflammatoire, dispersion et isolement des cellules pathologiques, réduction de la quantité de cellules nécessaires pour poser un diagnostic.
- Majoration de l'attention lors de la lecture du prélèvement car l’ensemble des cellules est concentré sur une zone réduite.
2 ) Alourdissement de la charge de travail technique, l’ensemble des prélèvements doit être techniqué avent d’être coloré. Diminution du temps de lecture.
3) Surcoût du prix du frottis. La majoration est en moyenne de 3 à 10 euros entièrement à la charge du laboratoire. Principalement du à l’emploi de consommable nécessaire au fonctionnement des systèmes re recueil et de traitement vendu par les firmes de ses derniers.
4 ) Enfin aucune étude n’a montrée un gain de sensibilité et de spécificité dans le dépistage des NIEBG et NIEHG avec cette méthode.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.