» ONGLE Lichen

Lichen


Lichen : atteinte unguéale dans 10 %, rarement exclusivement unguéal, touchant les vingt ongles, les ongles des doigts ou seulement quelques ongles, plus volontiers ceux des doigts que des orteils. La maladie unguéale peut être simultanée sur tous les ongles, ou progressive, atteignant les ongles les uns après les autres ; elle se rencontre surtout chez des sujets d’âge mûr (cinquième et sixième décennies).
Elle précède souvent l’apparition d’un lichen cutané, du cuir chevelu ou des muqueuses, ou apparaît dans les années qui suivent, indépendamment de la sévérité de l’atteinte extra-unguéale.
Le lichen unguéal est d’évolution cicatricielle. Une coloration érythémateuse ou violacée du repli sus-unguéal peut témoigner d’une atteinte de sa face ventrale.
L’atteinte matricielle, la plus fréquente, se traduit par une onychorrhexis, hyperstriation longitudinale, avec fragilité et fissurations distales. Lorsqu’une papule lichénienne envahit toute la longueur de la matrice, on observe alors un defect longitudinal bordé latéralement de deux ailerons latéraux, parfois koïlonychiques ; ce defect longitudinal est souvent comblé au stade cicatriciel par un ptérygion.
L’atteinte matricielle peut également se traduire par un amincissement total ou localisé de la tablette unguéale, une onychomadèse.
Une atteinte matricielle totale peut aboutir à l’anonychie, avec au stade cicatriciel, possibilité de ptérygion (évocateur du lichen).
Une trachyonychie de l’enfant peut traduire un lichen de la matrice proximale, de pronostic favorable sans évolution cicatricielle.
On peut également observer une onychoschizie proximale, une mélanonychie longitudinale, un érythème lunulaire ou des taches érythémateuses lunulaires.
Les atteintes du lit de l’ongle et de l’hyponychium peuvent se traduire par des papules rondes ou linéaires, érythémateuses ou violacées, visibles à travers la lame unguéale, ou encore par une onycholyse avec ou sans hyperkératose sous-unguéale, majeure dans certains cas, soulevant alors la tablette unguéale.
À un stade avancé, le lit de l’ongle peut être totalement cicatriciel et atrophique, ne permettant plus à la tablette unguéale, ou aux vestiges de kératine unguéale en cas d’atteinte matricielle sévère, de s’y accoler.
Certaines formes de lichen évoluées, sévères, aboutissent à une atrophie cicatricielle totale de l’aire unguéale.
L’évolutivité du lichen unguéal varie suivant les sujets ; certains patients présentent une atteinte destructrice rapide, d’autres ont une évolution plus lente ; des rémissions spontanées sont possibles.
Le traitement repose sur la corticothérapie générale, sauf dans les trachyonychies qui n'ont en général pas d'évolution sévère et qui régressent souvent après quelques années : une IM mensuelle de Kenacort Retard pendant 6 mois (80 mg pendant 1 ou 2 mois, puis 40 mg par mois) +/- corticothérapie intralésionnelle si formes graves. L’amélioration survient après 2 à 3 mois de traitement.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.