» ONGLE Tumeurs bénignes

Tumeurs bénignes


Tumeurs non mélanocytaires :
De multiples tumeurs bénignes ont été observées au niveau de l’appareil unguéal.
Botryomycome : Rouge, pédiculé, fréquent au niveau du repli latéral, complique une incarnation, un soin de pédicurie (gros orteil) ou un traumatisme péri-unguéal (onychotillomanie). Les rétinoïdes peuvent engendrer des botryomycomes péri-unguéaux multiples.
Pseudokyste mucoïde : tumeur bénigne la plus fréquente de l’ongle, des doigts, surtout de la femme après 50 ans. Fréquente dégénérescence arthrosique de l’articulation interphalangienne distale (nodules d’Heberden, ostéophytes) à la radiographie. Petite tuméfaction translucide, ovoïde, rénitente, située entre l’articulation interphalangienne distale et le repli sus-unguéal.
Lorsqu’il est distal, il comprime la matrice, entraînant la formation d’une gouttière longitudinale à la surface de la tablette unguéale ; des variations de largeur de la gouttière et des sillons transversaux barrant la gouttière témoignent des poussées successives et des variations de volume du pseudokyste. La fistulisation à la peau ou repli sus-unguéal est fréquente, affaissant la lésion, laissant une petite croûte au niveau de la cuticule.
Le diagnostic est plus difficile dans les localisations atypiques, sousunguéales par exemple, se traduisant alors par une déformation de la lame unguéale à type d’hypercourbure transversale, d’ongle en pince avec possibilité d’incarnation dans le repli latéral. Injections de Trombovar® à 1 %, après évacuation du contenu kystique, on injecte 2/10e à 4/10e de millilitre de la solution sclérosante en 1 à 3 injections, répétées à 1 mois d'intervalle avec 60% de rémissions, sinon chirurgie avec dissection du kyste + pédicule.
Fibrokératome acquis : souvent uniques, des doigts ou orteils, parfois dans les suites d’un traumatisme. Tumeurs fibreuses, lisses, rosées, à extrémité kératosique émergeant du cul-de-sac unguéal, ils sont responsables d’une gouttière longitudinale de la lame unguéale dans laquelle ils s’allongent. Ils peuvent être parfois volumineux. Lorsqu’ils sont petits, seule la gouttière est visible, la lésion étant masquée par le repli sus-unguéal. Une simple section tangentielle au plan cutané est suffisante.
Onychopapillome : ou kératose sous-unguéale distale à cellules multinucléées = érythronychie longitudinale, onycholyse distale, une / plusieurs hémorragies filiformes distales intermittentes, et lésion kératosique sous-unguéale distale. Souvent monodactylique avec prédilection pour le pouce. Une avulsion unguéale montre une crête longitudinale allant de la matrice distale au lit distal, ainsi que la lésion kératosique distale.
L’histologie associe papillomatose hyperacanthose avec cellules multinucléées du lit unguéal distal, ainsi qu’une zone kératogénique produisant une kératine proche de la kératine unguéale.
Dermatofibromes péri-et sous-unguéaux : masses arrondies ou polypoïdes, péri-ou sous-unguéales, soulevant alors la lame, fermes, mobiles ou fixées. En cas de localisation sus-matricielle, il existe une dystrophie unguéale en regard.
Tumeurs glomiques : prédominance féminine, plus fréquentes aux doigts, douleurs de l’extrémité digitale, surtout aux chocs, à la pression et aux changements de température (froid). La douleur peut avoir des irradiations ascendantes vers le bras ou l’épaule.
Apparaît, souvent plus tardivement, une dystrophie unguéale à type de ligne longitudinale érythémateuse avec fissuration longitudinale distale. Exérèse chirurgicale
Verrues de localisations péri-unguéales ou sous-unguéales : Elles siègent au niveau du repli sus-unguéal, des replis latéraux, de l’hyponychium, et se prolongent souvent sur le lit de l’ongle, obligeant alors à un découpage de la tablette unguéale pour apprécier l’extension et traiter la totalité de la lésion. Une dystrophie unguéale peut accompagner les volumineuses verrues du repli sus-unguéal par compression matricielle. Les lésions volumineuses anciennes peuvent s’accompagner d’une ostéolyse sous-jacente (compression). Les rétinoïdes peuvent être utilisés dans les formes polydactyliques désespérément récalcitrantes.
Exostoses et ostéochondromes : chez les sujets jeunes (deuxième / troisième décennie), avant tout au niveau du gros orteil. Un antécédent de traumatisme est parfois retrouvé ; le rôle des microtraumatismes répétés a aussi été suspecté.
Douloureuses à la marche et à la pression : masse rosée fibreuse ou fibrokératosique soulevant la lame unguéale, responsable d’une onycholyse secondaire en regard. Il existe souvent un blanchiment parfois télangiectasique du lit unguéal visible à travers la lame ; la lésion +/- volumineuse apparaît sous le bord libre de l’ongle. La lésion peut mimer une incarnation, une paronychie. Dans les formes évoluées, une onychoptose peut survenir, et l’affection peut alors prendre le masque d’un botryomycome, d’une lésion tumorale.
La radiographie de face et de profil confirme le diagnostic ; l’exostose est une projection osseuse de la face dorsale de l’extrémité de la phalange distale ; l’ostéochondrome naît de la région juxtaépiphysaire, et est constitué d’une excroissance osseuse sessile recouverte d’une coiffe de cartilage.
Kyste épidermoïde : de l’ongle dans les suites d’un traumatisme / plaie / geste chirurgical, par inclusion dermique d’un fragment épidermique.
Kérato-acanthome : rare au niveau de l’ongle, sous forme d’un nodule kératosique sous-unguéal avec onycholyse d’apparition rapide, en quelques semaines. L’aspect clinique peut être celui d’une paronychie. Les douleurs sont d’intensité croissante. Il est souvent destructeur et responsable d’une atteinte osseuse sous-jacente, sans tendance à la régression spontanée.
Le traitement est chirurgical.
Certains cas, en particulier les formes polydactyliques ou récidivantes, peuvent bénéficier d'un traitement par les rétinoïdes.
Fibromatose juvénile digitale : traitement conservateur, car 60% de récidives chirurgicales, cette affection n'étant pas rencontrée chez l'adulte, c'est qu'elle régresse spontanément. La cryothérapie serait capable d'accélérer cette évolution favorable.
 


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.