» obstétrique Aspects immunologiques de la gestation

Aspects immunologiques de la gestation


Le fœtus n’est jamais en contact direct avec les tissus maternels. La plupart des mécanismes immunologiques agissent à l’interface foetomaternelle à 3 niveaux : le trophoblaste extravillositaire, qui envahit la decidua basalis où il rencontre les effecteurs maternels de l’immunité, les artères spiralées, sur lesquelles les cellules endothéliales maternelles sont progressivement remplacées par le trophoblaste endovasculaire, le syncytiotrophoblaste, qui tapisse la surface des villosités et est en contact direct avec le sang maternel dès la douzième semaine de grossesse .
Les villosités choriales baignent dans le sang de la chambre intervilleuse, elles sont recouvertes de 2 couches de trophoblaste avec, de dedans en dehors : le cytotrophoblaste, qui forme une couche d’abord continue, puis de plus en plus incomplète avec l’ évolution de la grossesse, le syncytiotrophoblaste, qui recouvre complètement les villosités. Certaines villosités se fixent sur la décidua (villosités crampons), le cytotrophoblaste de la zone d’insertion prolifère beaucoup. De ce trophoblaste proliférant vont migrer 2 populations de trophoblaste extravillositaire : le cytotrophoblaste interstitiel et le trophoblaste endovasculaire, une des fonctions importantes du trophoblaste extravillositaire est la destruction de la paroi musculo-élastique des artères spiralées, les transformant en vaisseaux à faible résistance et à grande capacité, permettant un flux adapté à la grossesse ; une insuffisance de ces modifications vasculaires peut compromettre la circulation et l’approvisionnement du fœtus.
Ni les antigènes HLA de classe II, ni les antigènes HLA-A et -B, dits de classe Ia ne sont exprimés par le trophoblaste (permet au trophoblaste d’échapper aux effets néfastes des cellules T maternelles cytotoxiques). Le trophoblaste villositaire n’exprime aucune molécule HLA (HLA classe I -), le trophoblaste extravillositaire exprime des molécules HLA de classe I (HLA classe I +), dont l’antigène HLA-G de classe Ib et l’Ag HLA-C (classe Ia) exprimé sur le trophoblaste endovasculaire et de l’antigène HLA-E (classe Ib).
La décidualisation touche toutes les populations cellulaires (les glandes, les leucocytes et les artères) de la muqueuse utérine, les cellules stromales déciduales (DSC ) (60 à 80 % des cellules déciduales) proviennent de la prolifération et de la différenciation (décidualisation) de précurseurs fibroblastiques (pré-DSC).
En période sécrétoire, les cellules stromales se transforment. Leur taille est quintuplée.
Les modifications morphologiques permettent leur identification facile.
Les lymphocytes représentent 10 % des cellules de la muqueuse utérine en phase proliférative et en début de phase sécrétoire, vs 20 % en fin de cycle et 30 % en début de grossesse (surtout des grands lymphocytes granuleux qui sont des cellules NK avec nombreux granules intracytoplasmiques).
Les macrophages déciduaux humains sont en contact intime avec le trophoblaste extravillositaire invasif. Ils sont les principaux agents de nettoyage de l’endomètre non gravide et participent activement à l’élimination des débris tissulaires et des cellules secondaires à l’envahissement trophoblastique.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.