» obstétrique Grossesse et accouchement après 40 ans

Grossesse et accouchement après 40 ans


Grossesse et accouchement après 40 ans : on distingue : les primipares âgées qui ont repoussé leur 1ère maternité volontairement ou involontairement (infertilités traitées) et les grandes multipares.
Pathologie de la grossesse tardive : taux élevé de fausses couches spontanées (FCS), de 33,8 % à partir de 40 ans vs 11,7 % entre 30 et 34 ans, 17,7 % entre 35 et 39, et 53,2 % après 45 ans, dont au moins 60 % par anomalies chromosomiques (corrélé à l’âge maternel), dont seul une petite minorité naît (1,6 % à 38 ans, 2,21 % à 40 ans et 4 % à 42 ans) avec une moitié de trisomie 21.
La politique de proposer une amniocentèse à partir de 38 ans et aux patientes à risque (enfants avec anomalie chromosomique ou un des parents avec translocation ou si anomalie à l’échographie, et depuis 1997, si les marqueurs sériques l’indiquent), aboutit à un taux de diagnostic prénatal de 89,9 % entre 1992 et 1997.
Augmentation de la fréquence du diabète gestationnel dans les grossesses tardives lié à l’âge et non à la parité, ainsi que de l’HTA / pré-éclampsie à partir de 35 / 40 ans, quelle que soit la parité, plus nette chez les nullipares !
Probable augmentation des métrorragies du 3ème trimestre et placenta prævia :
Taux + élevé de césariennes dès 35 ans, quelle que soit l’indication, de principe (décidées avant la mise en travail) ou en urgence (diminution des présentations céphaliques, durée du travail après 40 ans souvent prolongée).
Augmentation de la prématurité, aussi bien chez les primipares que chez les multipares.
Augmentation discutable de l’hypotrophie et de la macrosomie. Pas de risque accru de malformations congénitales hormis celles d’ordre chromosomique.
Augmentation des morts in utero / mortalité périnatale dans les grossesses tardives.
Nette augmentation de la mortalité maternelle, malgré la qualité actuelle du suivi prénatal (7,8/105 naissances entre 25 et 29 ans, à 33,4/105 entre 40 et 44, et 209,3/105 après 45 ans).
 
Les grossesses restent possibles chez des femmes ménopausées, bien après que les ovaires aient cessé de produire des ovocytes normaux, l’utérus peut avoir une bonne réceptivité à des embryons provenant de femmes jeunes. Après 50 ans taux très élevé de grossesses multiples (9/17), avec 47% de complications (HTA : n = 7 ; prématurité : n = 3 ; diabète gestationnel : n = 2 ; prééclampsie : n = 1).


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.